La force intérieure des enfants doués

On aurait tendance à négliger cette caractéristique, pourtant essentielle, des personnes douées tant on peine à imaginer qu'elles puissent s'accorder avec une trop grande sensibilité. Elles-mêmes l'ignorent alors qu'elles l'utilisent tout naturellement. On s'étonne que des personnes prises dans des orages insensés parviennent à se reprendre et on se demande d'où elles tirent cette énergie et cette capacité à discerner la minuscule amorce de chemin les guidant vers cette renaissance.

La force intérieure des enfants doués
© Viacheslav Iakobchuk-123rf

Les enfants doués sont encore mal aguerris, ils cèdent plus vite aux coups du sort : un enfant doué harcelé commence par chercher les raisons de cette persécution, il ne peut pas imaginer le mal pur puisque lui-même serait bien incapable d'en faire, si la raison logique lui échappe, c'est qu'il ne cherche pas dans la bonne direction, preuve supplémentaire de sa nullité. Pris dans cette spirale, il ne sait plus se défendre, il donne raison à ses persécuteurs, il ne vaut rien, il peut disparaître, ce ne sera pas une grande perte, personne ne le regrettera, il laissera une trace trop légère pour qu'elle marque le souvenir de quiconque. Il suffit de le sortir de cet engrenage en lui expliquant de façon rationnelle que le mal existe, qu'il l'a rencontré un peu tôt en son jeune âge et que cette agressivité malfaisante dont il est l'objet ne repose sur rien de concret pour qu'il commence à retrouver son énergie : sa force était toute prête à rejaillir pour le guider vers tout ce qui alimente son goût pour la connaissance, la beauté et l'amitié choisie.

Les enfants se reconstruisent vite grâce à leur vitalité, et cette reconstruction est encore plus solide quand elle a dû s'opérer dans l'urgence et la nécessité au contact d'une réalité qui ne les a pas ménagés. Certes, ils gardent à jamais des traces de ces attaques, ces marques sont toujours aussi vives, une fois adultes ils évoquent ces moments très tôt dans l'échange, toujours avec le même frisson d'effroi au  souvenir de ces blessures, mais en contrepartie, ces enfants sont désormais moins crédules, ils ont découvert la perfidie insondable de certains, ils ont appris à ne plus croire que les autres sont comme eux, ils retrouvent leur force et savent l'entraîner.
Dans de telles situations, le rôle des parents est essentiel, mais les enfants doués tiennent à les ménager et pensent qu'ils doivent régler leurs problèmes eux-mêmes ; peut-être leurs parents seraient-ils atterrés en découvrant la faiblesse et la nullité de leur enfant qu'ils croyaient agile et doué.

On ne doit pas oublier que les personnes douées, enfants et adultes, n'ont pas une image très précise d'elles-mêmes : elles se sentent différentes, il n'y a pas d'identification possible, elles errent sans modèle, ou alors prennent comme modèle des héros de légende, difficiles à égaler. Même si elles ne se reconnaissent pas dans l'image qu'on leur renvoie, elles ne savent pas ce qu'elles doivent mettre à cette place : de toute façon, elles se sentent bien inférieures à leurs rêves.

Parfois le poids des attaques est tel qu'il ne laisse pas s'exprimer cette force intérieure, mais elle ne peut disparaître, elle fait partie de la nature même des personnes douées. Ce serait par une sorte d'alchimie inconnue et secrète, dont la nature échappe à toute description, que cette force s'est élaborée à l'insu de celui qui la possède.  Parfois, il l'ignore, mais il en perçoit les effets, sans savoir comment il a pu, dans des circonstances exceptionnelles, réagir avec cette vivacité et de façon tellement adaptée et surtout comment il parvient à se préserver face à des attaques et à se reprendre quand elles ont été particulièrement agressives.

Sur le moment, sa sensibilité lui a fait ressentir une blessure presque mortelle, mais cette force le guide pour qu'il puisse continuer sa route, avec cette douleur qui s'estompera peu à peu. C'est grâce à elle que les enfants peuvent continuer à bien travailler en classe, à faire à peu près bonne figure et à tenter de protéger leurs parents le plus longtemps possible. Plus tard, ils sauront déceler les prémices d'éventuelles attaques et s'en prémunir, en dépit de la croyance, car c'est presque du domaine de la croyance, que tout le monde est comme eux : incapable de faire du mal, surtout sans raison. Cette naïveté paradoxale se teinte désormais d'un certain réalisme, mais ce n'est pas très naturel ni très spontané. Le souci de se préserver, amplifié par cette force qui combat sans relâche pour conduire celui qu'elle anime vers un accomplissement réellement satisfaisant de lui-même, s'allie à cette force pour amener celui qui le possède à se dépasser. Elle vient du plus profond de soi, sa source est indécelable, on lui donne différents noms, mais il faut savoir qu'elle est propre aux personnes douées, animées par la même intensité que celle qui leur fait vivre pleinement, et parfois de façon exagérément amplifiée, les événements de leur vie. C'est un des aspects de leur personnalité qui contribue à la singularité de cette force.

Cette force s'exprime aussi au quotidien : elle  est plus manifeste dans les moments difficiles, quand il faut lutter contre la maladie par exemple, et qu'on la trouve alors admirable, mais dans le courant ordinaire, elle insuffle une énergie souvent créatrice : ainsi ces enfants qu'on ne pousse pas particulièrement, mais qui ne veulent pas renoncer à une activité passionnante, souvent artistique ou sportive. On s'inquiète pour eux, on s'étonne, on soupçonne les parents d'être trop exigeants, tandis qu'ils ne savent, en réalité, comment freiner cette énergie. Ces enfants apprivoisent cette force, sans en être conscients, ils lui font subir un entraînement, mais cette vigueur peut s'exprimer dans une créativité originale, elle ne se traduit pas forcément en activités dûment répertoriées comme telles. La vigueur est dans le choix du sujet abordé, dans la façon de le traiter et de mener au plus loin  un raisonnement d'une rigueur absolue,  dans la persévérance à  travailler quand il s'agit de poèmes, de romans, de bandes dessinées, de musique, de toute création que l'on tire du plus profond de soi.

Plus tard, ils montreront des talents d'organisateurs, ils défendront des causes qui leur tiennent à cœur avec rigueur et efficacité, ils seront à l'origine d'élans novateurs. Ils n'auront pas refréné l'élan premier, rendu plus efficace par la connaissance acquise, l'expérience, une maîtrise plus grande de leurs qualités. Sans les porteurs de cette force, les initiatives seraient plus pauvres, moins généreuses, les héros représentant des modèles à suivre moins nombreux, l'existence de tous plus terne.

Conclusion : il est bon de prendre conscience de l'existence de cette force pour l'utiliser en cas de nécessité. Elle est encore vacillante chez les enfants, aussi est-il préférable de les aider à dépasser un moment difficile afin qu'ils n'en gardent pas de traces encore trop douloureusement  vives : elles pourraient être réactivées si une situation similaire survenait à l'âge adulte alors qu'ils sont restés fragiles. On ne doit pas hésiter à recourir à des techniques telles que l'EMDR par exemple. EMDR signifie  "eye movement desensitization and reprocessing" c'est-à-dire : désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires. Il s'agit d'une technique qui aide à faire passer les effets  persistants d'un choc, le patient a du mal à se défaire de ce souvenir, il le revit sans cesse.