Ecole covid : grève des assistants d'éducation, nombre de cas à l'école

Chargement de votre vidéo
"Ecole covid : grève des assistants d'éducation, nombre de cas à l'école"

Nombre de classes et d'écoles fermées, ouverture des lycées et des universités en janvier, grève ce 1er décembre, ouverture des écoles à New-York... On fait le point sur les dernières actualités concernant les élèves.

Ouverture des lycées et universités à partir de janvier 2021

[Mise à jour du 30 novembre à 11h11]. Ce 26 novembre, Jean Castex a détaillé l'assouplissement du confinement qui a débuté ce samedi 28 novembre, avec notamment la réouverture des commerces et services. En ce qui concerne les écoles et les collèges, rien ne change donc puisque les établissements scolaires sont restés ouverts durant ce deuxième confinement. En revanche, les lycéens qui étaient parfois à distance, pourront être accueillis comme d'habitude à partir du 20 janvier. "Les lycées  pourront de nouveau accueillir la totalité des élèves" a indiqué Jean Castex ce jeudi. "15 jours plus tard", ce sont les universités qui pourront à leur tour ouvrir leurs portes à tous les étudiants.

Combien d'écoles et de classes fermées en France ?

Nombre de cas covid à l'école. Selon le ministère de l'Education nationale, à la date du 26 novembre à 13h, 23 structures scolaires (19 écoles, 3 collèges et 3 lycées) sont fermées ainsi que 135 classes. Il précise également dans un communiqué du 27 novembre que 7776 élèves ont été testés positifs au Covid-19 ces 7 derniers jours, soit 799 en 24 heures. Par ailleurs, 1020 membres du personnel des établissements scolaires ont été également testés positifs ces 7 derniers jours soit 139 en 24 heures. Pour Jean-Michel Blanquer, ces chiffres sont relativement stables compte tenu de nombre de classes en France.

Fermeture-classes-academie-covid
Fermetures de classes par académie © Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports

Des enseignants recensent les cas de Covid à l'école. Cependant, certains dénoncent une sous-estimation massive du nombre d'élèves contaminés et un décalage important entre le nombre de cas déclarés par le ministère de l'Education nationale et les laboratoires. Interrogé sur ce décalage par CheckNews, le cabinet de Jean-Michel Blanquer met en avant le fait que "les données communiquées par le ministère sont basées sur les déclarations des familles." Pour dénoncer ce flou concernant le nombre de cas positifs de Covid à l'école, des enseignants ont décidé de créer une carte collaborative, pour apporter d'autres chiffres sur ces cas recensés dans les établissements scolaires. Pour le collectif "Les Stylos Rouges", la situation sanitaire dans les écoles est donc loin d'être maîtrisée, comme l'affirme le ministère de l'Education nationale.

 

A cause de l'opacité, voire de l'absence, des informations fournies par le Ministère de l'éducation nationale aux...

Publiée par Les Stylos Rouges - Page Nationale sur Mercredi 18 novembre 2020

Actualités covid à l'école :

  • Grève des AE (Assistants d'Education). Estimant qu'ils sont très exposés au coronavirus en raison de leur proximité avec les élèves, des Assistants d'Education (AE ou AED) seront en grève ce 1er décembre notamment dans les académies d'Aix Marseille, Lille, Rouen, Clermont et Versailles. Ils dénoncent "l'exclusion des perspectives de revalorisation et l'absence de perspectives concernant le versement de la prime REP et REP+ (prime versée aux équipes éducatives se trouvant dans des Réseaux d'éducation prioritaire)" selon une intersyndicale regroupant les syndicats CGT, SNALC, SNES FSU et SUD.
  • Réouverture des écoles à New York. Malgré l'augmentation des cas de Covid-19, Bill de Blasio, le maire de New York, a annoncé que les écoles publiques primaires, qui avaient baissé leur rideaux le 19 novembre, rouvriront leurs portes le 7 décembre tout comme les établissements scolaires qui accueillent des enfants rencontrant des problèmes d'apprentissage. Bill de Blasio a cependant indiqué que les élèves seraient testés toutes les semaines. "Nous voulons que nos enfants aillent en classe le plus possible (...) C'est aussi ce que veulent nos familles", a poursuivi le maire de New York. Les établissements publics du secondaire resteront, quant à eux, fermés sauf ceux qui accueillent des enfants en difficulté.
  • Des avocats saisissent la justice contre le masque dès 6 ans. Alors que de nombreux parents s'opposent à l'obligation du port du masque dès le CP, un collectif d'avocats compte déposer un recours, en évoquant "la souffrance tant psychologique que physique occasionnée par le port du masque 8 heures par jour chez de nombreux enfants", précise France Info. Maux de tête, angoisses et agressivité, problèmes dermatologiques et ORL... Selon eux, "l'intérêt supérieur de plus de 4 millions d'enfants de 6-11 ans n'a, à aucun moment, été pris en considération, et ce en violation des dispositions constitutionnelles et internationales".
  • 500 000 masques transparents pour les crèches et Maisons d'assistants maternels. Dans un communiqué du 17 novembre, la CNAF a annoncé le financement, "à titre exceptionnel" de trois masques transparents pour chaque professionnel des crèches, micro-crèches, et maisons d'assistants maternels. "L'épidémie n'est pas encore derrière nous, je remercie la CNAF d'avoir répondu présent à l'invitation du Gouvernement. Accéder aux visages et aux émotions des adultes qui les entourent au quotidien est un facteur clé du bon développement des jeunes enfants. Aux employeurs désormais de poursuivre cette dynamique" a déclaré Adrien Taquet. 
  • Revalorisation des professeurs. Dans un communiqué du 16 novembre, le ministère de l'Education a confirmé la revalorisation du métier et du salaire des enseignants, dans le cadre du Grenelle de l'éducation. Parmi les principales mesures : une prime d'activité à hauteur de 100 euros pour les professeurs débutants, 150 euros de prime d'équipement informatique, et une augmentation des directeurs d'écoles de 450 euros. 
  • Une aide pour les classes de découvertes. Pour soutenir les organisateurs de classes de découverte face à la crise, un fond d'urgence de 15 millions d'euros est mis en place. "3 000 structures pourront ainsi être aidées" annonce dans un communiqué du 17 novembre Sarah El Haïry, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale. Les dossiers sont à envoyer par mail à fondsdesoutien@education.gouv.fr avant le 18 décembre, pour des aides versées d'ici au 15 janvier 2021. "Pour être éligibles, les associations gestionnaires d'un ou plusieurs centres devront employer au moins deux salariés permanents sur l'année et avoir enregistré une perte d'activité de 50% ou plus par rapport à 2019. Le montant du soutien accordé dépendra du nombre d'établissements gérés (de 5 000 à 20 000 euros). Les associations organisatrices mais non gestionnaires de centre recevront quant à elles une aide forfaitaire de 1 500 euros".
  • Préserver l'éducation des enfants. En ce qui concerne les écoles, collèges et lycées, Jean Castex a précisé lors de son dernier point d'étape que le gouvernement n'avait pas souhaité "reproduire le confinement du printemps dernier qui s'était traduit par une mise à l'arrêt brutale de la vie économique, sociale et éducative de notre pays". Ce "confinement adapté" cherche à "limiter au maximum tous les déplacements non essentiels, mais préserve l'éducation de nos enfants et limite autant que possible ses impacts sur l'emploi et l'économie", a-t-il ajouté 
  • Tests de dépistage à l'école. Jean-Michel Blanquer confirme qu'il y aura davantage de dépistages du personnel dans les écoles et établissements scolaires. Les personnels sont prioritaires pour l'accès des tests PCR. Près de 1,2 million de tests antigéniques seront mis à disposition des établissements scolaires. Aussi, certaines zones plus exposées au virus seront prioritaires. 
  • Aide aux étudiants. Chacune des 800 cités universitaires de France va disposer de deux référents étudiants qui viendront renforcer le travail des services des Crous, notamment pour accompagner les étudiants de première année et ceux qui sont les plus en difficulté. Près de 1500 emplois étudiants seront ainsi créés en novembre, décembre et janvier, dans un contexte où l'emploi étudiant est difficile. Le plan "un jeune, une solution" continuera à être déployé. Il mobilise une part importante des plans de relance, précise le Premier ministre.

Lycées à distance ou en présentiel, dans quels cas ?

Face à la deuxième vague, le protocole sanitaire a été durci depuis le 2 novembre, avec la limitation du brassage des élèves, la généralisation du port du masque pour tous les élèves dès le CP, l'aération, la désinfection plus fréquente des locaux. Jean-Michel Blanquer a reconnu que certains établissements ont rencontré des difficultés à s'adapter face à ces nouvelles mesures et que dans les lycées, la limitation du brassage des élèves est plus complexe à organiser notamment en raison de la taille des établissements, et du fait des déplacements plus nombreux des élèves. Suite à de nombreux blocages de lycées, et à la grève lancée par les syndicats enseignants dénonçant le non-respect du protocole sanitaire dans les écoles et établissements scolaires, le gouvernement a laissé plus de souplesse aux lycéens. "Nous avons établi cela avec les chefs d'établissements, les partenaires sociaux et ce cadrage précise que dans la mesure où un lycée peut encore le faire (lycées avec peu d'élèves par exemple), la présence à 100% des élèves reste souhaitable". En revanche, s'il n'est pas possible pour un établissement d'assurer les conditions sanitaires requises lorsque tous les élèves sont présents, des solutions hybrides sont alors proposées. Jean-Michel Blanquer souhaite qu'au minimum, 50% du temps scolaire de l'élève se déroule en présentiel d'ici la fin de l'année civile pour garantir le maintien d'un lien fort avec la classe. Chaque lycée devra également établir, avec le soutien de chaque rectorat, un plan précis de suivi et de continuité pédagogique qui détaille les modalités de l'enseignement à distance.

Lycées et Covid : bac en contrôle continu

Le baccalauréat 2020-2021 est cette année encore aménagé, "aussi bien pour le contrôle continu que pour les épreuves de spécialités", précise le ministre de l'Education. Concrètement, les évaluations communes n'auront pas lieu et se passeront en contrôle continu, avec la moyenne des bulletins scolaires des élèves de Première et de Terminale. "En pratique, cette mesure concerne l'histoire-géographie, les langues vivantes, et la spécialité qui n'est pas poursuivie en terminale, ainsi que les mathématiques pour la voie technologique et l'enseignement scientifique pour la voie générale. Elle concerne les élèves en terminale, inscrits pour la session 2021, comme les élèves en première inscrits à la session 2022, pour les évaluations communes prévues cette année scolaire" précise le ministre de l'Education dans un communiqué du 5 novembre.

Les épreuves de terminales sur les enseignements de spécialité sont maintenues en mars 2021, mais elles seront également adaptées face à la crise sanitaire. Deux sujets ou des exercices au choix seront proposés pour chaque épreuve et l'un des deux sujets devra avoir été étudié en cours par l'élève. Enfin, le ministère rappelle que le calendrier de Parcoursup reste inchangé

Lycées, universités et confinement : Pour les BTS, IUT et prépas, les cours se tiennent à distance. En revanche, les travaux pratiques se feront en présentiel, a précisé Gabriel Attal ce 29 octobre.

Attestation scolaire à télécharger pour la rentrée :

Pendant le confinement, une attestation pour se rendre au travail, à un rendez-vous médical, pour porter assistance, faire ses courses ou prendre l'air seront possibles. Les écoles restant ouvertes durant le confinement, une nouvelle attestation scolaire est disponible pour les parents qui déposeront ou iront chercher leurs enfants à l'école ou à leurs activités périscolaires.

Crèches, écoles, collèges et lycées ouverts en confinement

Alors que le confinement a débuté le 30 octobre, les crèches, écoles, collèges et lycées ainsi que les établissements périscolaires restent ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés. "Nos enfants ne sauraient être durablement privés d'éducation, de contact avec le système scolaire" a déclaré Emmanuel Macron, qui a notamment pointé du doigt les conséquences sur l'éducation, en particulier pour les plus modestes. A l'inverse, les facultés et les établissements d'enseignement supérieur assureront des cours à distance"Au-delà des conséquences éducatives pour les enfants, le confinement peut aussi avoir des conséquences sur leur développement psychique et même sur leur santé", a rappelé Jean-Michel Blanquer ce 29 octobre. Il ajoute que les contaminations qui peuvent exister se passent généralement "en dehors des établissements scolaires". Maintenir les écoles ouvertes est donc une priorité pour le ministère de l'Education.