L'UFC accuse McDo d'avoir recours à des enfants influenceurs

L'UFC-Que Choisir a porté plainte contre McDonald's devant le Tribunal judiciaire de Paris pour pratiques commerciales trompeuses. L'association de consommateurs dénonce le recours dans les publicités à des enfants influenceurs.

L'UFC accuse McDo d'avoir recours à des enfants influenceurs
© lenaogurtsova-123rf

L'UFC-Que Choisir a annoncé ce 13 octobre avoir déposé une plainte devant le Tribunal judiciaire de Paris contre le groupe McDonald's France pour "pratiques commerciales trompeuses". L'association de consommateurs a en effet repéré sur les réseaux sociaux que l'enseigne de restauration rapide avait recours à des enfants influenceurs pour faire sa promotion sur ses produits ou les valeurs de son entreprise. Pourtant, l'EU Pledge, une initiative européenne d'autorégulation, vise à éviter toute publicité sur des produits d'alimentation ou de boissons dans les programmes et médias destinés aux jeunes enfants. McDonald's s'y est d'ailleurs engagé. Mais pour l'UFC-Que Choisir, "McDonald's s'écarte de cette ligne de conduite sur les réseaux sociaux où il fait discrètement appel au renfort de jeunes influenceurs pour inciter leurs communautés constituées d'enfants déjà acquis à consommer les produits McDo à l'aide de mises en scènes identiques"

Sur YouTube par exemple, on y voit des enfants déballer des cadeaux surprises avec des jouets que l'on retrouve dans les menus Happy Meal, d'autres influenceurs "jouent au restaurant à la maison"... Le tout sans mentionner l'existance d'un partenariat, ce qui correspond à "une pratique commerciale trompeuse sanctionnable" précise dans un communiqué l'association. Elle rappelle que les placements de produits sont prohibés dans les programmes télévisés destinés aux enfants et ce depuis 2010, mais que les réseaux sociaux "s'apparentent à un no man's land juridique qui profite à l'autorégulation".

Pour McDonald's, il s'agit d'une "plainte abusive, à destination médiatique, qui ne reflète absolument pas la nature de [ses] pratiques", a déclaré l'enseigne à l'AFP. En avril 2021, McDo avait précisé à l'association de consommateurs "ne jamais réaliser aucun partenariat avec des mineurs âgés de 17 ans ou moins, ou [avec] des parents mettant exclusivement en avant leurs enfants sur leur chaîne". Le groupe précise également avoir "proposé à plusieurs reprises des échanges pour répondre à toutes les questions de l'association de consommateurs", mais sans succès.