Ecole covid : autotests, aménagements du bac, classes fermées

Chargement de votre vidéo
"Ecole covid : autotests, aménagements du bac, classes fermées"

Aménagements du bac, épreuves de BTS et du brevet, enseignements hybrides, protocole sanitaire, autotests pour les lycéens, tests salivaires dans les écoles, vaccination des enseignants avant l'été... Le point sur les dernières annonces pour les écoliers de la maternelle au lycée.

[Mise à jour du 7 mai à 10h01]. Les collégiens et lycéens ont fait leur rentrée ce 3 mai dans des conditions adaptées. Tous les élèves de 6e et 5e ont repris les cours en présentiel à 100%. Parmi les élèves en demi-jauge : les collégiens des classes de 4e et 3e situés dans les 15 départements les plus touchés par la crise sanitaire, ainsi que tous les lycéens français. Comme pour les élèves de primaire qui ont fait leur retour à l'école le 26 avril dernier, le protocole sanitaire à l'école prévoit la fermeture de classe dès le premier cas de Covid-19. Le dépistage est renforcé avec davantage de tests salivaires dans les écoles et des autotests pour les lycéens dès le 6 mai et de façon régulière et hebdomadaire dès le 10 mai. Enfin, Jean-Michel Blanquer a annoncé des aménagements ce 5 mai pour les épreuves de philosophie, du Grand oral et du bac français pour les lycéens qui passent leurs épreuves cette année. On fait le point sur les dernières annonces concernant les élèves.

Les dernières actualités sur le Covid à l'école

  • Nombre d'écoles et de classes fermées. En date du jeudi 6 mai à 13h, le ministère de l'Education nationale enregistre 32 structures scolaires (25 écoles, 6 collèges et 1 lycée) ainsi que 4992 classes fermées. Rappelons qu'une classe ferme dès le premier cas de Covid-19 selon le protocole sanitaire en vigueur. Depuis les 7 derniers jours, 9536 élèves ont été testés positifs au coronavirus et 768 parmi le personnel de l'Education. Le ministère de l'Education nationale indique aussi que 207 554 tests salivaires ont été réalisés entre le 26 avril et le 3 mai et que leurs résultats ont été positifs dans 0,18% des cas.
  • Quels aménagements pour le baccalauréat ? Alors que les lycéens réclamaient un contrôle continu pour les épreuves du bac, Jean-Michel Blanquer a annoncé quelques aménagements pour les épreuves de philosophie, du Grand oral et du bac français, qui restent maintenus. Ainsi, la meilleure note entre les épreuves de philosophie et celles du contrôle continu sera retenue. Pour le Grand oral, les lycéens pourront présenter un message de leur enseignant précisant les parties du programme n'ayant pas pu être étudiées afin de ne pas être interrogé sur cette thématique. Pendant les 20 minutes de préparation, les élèves pourront prendre des notes et s'en servir durant l'épreuve. Enfin, pour les élèves de français qui passent l'oral de français, deux textes seront sélectionnés sur les 14 textes par le professeur, et l'élève pourra choisir celui qu'il souhaite traiter. En savoir plus sur les aménagements du baccalauréat.
  • Un forfait psy pour les enfants. Ce 14 avril, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un forfait psy, avec dix séances prépayées pour les enfants âgés de 3 à 17 ans, affectés par la crise sanitaire. Ce dispositif sera opérationnel à la fin du mois de mai. Pour y avoir droit,  l'enfant doit bénéficier d'une ordonnance avant le 31 octobre 2021 et les séances de suivi chez le psy devront ensuite être réalisées avant le 31 janvier 2022.
  • Cours hybrides : pour qui ? Ce 3 mai, les collégiens et lycéens ont fait leur rentrée scolaire. Tous les lycéens ainsi que les élèves de 4e et 3e situés dans l'un des 15 départements touchés par la crise sanitaire auront des cours hybrides.
  • Augmentation du nombre d'autotests et de tests salivaires. Ce 3 mai, lors d'un déplacement à Laxou (Meurthe-et-Moselle), Jean Castex a expliqué que le nombre de tests salivaires réalisés dans les écoles allait augmenter. "Nous en avons réalisé autour de 250 000 par semaine, et notre objectif est d'arriver, à partir de la troisième semaine de mai, à 600 000", a expliqué le Premier ministre qui a aussi évoqué les autotests. "On en a commandé 64 millions, c'est une nouvelle arme pour surveiller cette pandémie (...) On va commencer par tester, à deux reprises -comme ce fut le cas pour les enseignants du primaire et des maternelles la semaine dernière-, les enseignants des lycées. Puis on va autotester les lycéens", a ajouté Jean Castex.
  • Reprise des cours d'EPS en intérieur. Le ministre de l'Education estime que la rentrée des élèves de primaire s'est bien déroulée. Il précise que les cours d'EPS en intérieur peuvent reprendre dès ce lundi 3 mai pour les écoliers du CP à la Terminale. Le protocole sanitaire à l'école confirme en effet qu'"à compter du lundi 3 mai, la pratique en intérieur est de nouveau autorisée". Toutefois "les activités physiques en extérieur ainsi que les activités "de basse intensité" en intérieur permettant le port du masque dans les gymnases sont à privilégier notamment dans les départements faisant l'objet de mesures de freinage renforcées. Les activités physiques et sportives sans port du masque sont autorisées à l'extérieur et à l'intérieur des espaces clos dans le strict respect de la distanciation physique".
  • Vaccination des enseignants : une première dose avant l'été. Alors que les professeurs de plus de 55 ans étaient prioritaires à la vaccination, Jean-Michel Blanquer a précisé que tous les enseignants pourront recevoir une première dose de vaccin avant les grandes vacances d'été. Pour l'heure, "il est normal qu'une personne en surpoids de 45 ans puisse être vaccinée avant un professeur de 30 ans", a-t-il précisé au JDD. Dans les prochains jours, les professeurs de plus de 50 ans en charge des élèves en situation de handicap ainsi que les AESH pourront être vaccinés.
  • Fermeture de classe dès le premier cas de Covid. Le protocole sanitaire à l'école prévoit la fermeture d'une classe dès qu'un élève est déclaré positif au coronavirus (au lieu de trois cas). "Si la situation s'améliore, nous pourrions (...) envisager de fermer de nouveau les classes à partir de trois cas, ou, peut-être, de rétablir les classes entières pour tous", a précisé le ministre de l'Education nationale. En ce qui concerne les absences de professeurs qui seraient positifs au virus, le ministère de l'Education nationale avait annoncé le recrutement de 5.000 professeurs des écoles remplaçants et d'AED.
  • Vaccination des enfants en Europe ? Le laboratoire allemand BioNTech va déposer une demande d'autorisation pour l'utilisation de son vaccin dans l'Union Européenne pour les 12-15 ans, avec une homologation possible à partir du mois de juin. "En Europe, nous en sommes aux dernières étapes avant de soumettre" les essais cliniques à l'Agence européenne des médicaments (EMA), précise le co-fondateur au magazine allemand Spiegel. La validation du vaccin devrait prendre entre quatre et six semaines.
  • Des écoles équipées de capteurs de CO2. Les syndicats de l'Education nationale réclament l'installation de capteurs de CO2 dans les écoles afin de vérifier si le renouvellement de l'air est suffisant pour prévenir la propagation du coronavirus. 
  • L'activité partielle pour les parents. "Si la classe de votre enfant est fermée, vous pouvez demander à votre employeur à bénéficier de l'activité partielle" a précisé Elisabeth Borne ce mardi sur Europe 1. La ministre du Travail rappelle que le salaire est pris en charge à hauteur de 84%, avec un reste à charge pour l'entreprise de 15%. Deux conditions sont requises : l'enfant doit avoir moins de 16 ans et les parents doivent être dans l'incapacité de travailler. Seul l'un des deux parents peut bénéficier de ce dispositif. 

Autotests pour les lycéens dès le 10 mai de façon hebdomadaire

Les autotests sont proposés aux lycées depuis le 6 mai et jusqu'au 11 mai afin de leur permettre d'organiser des séances de dépistage du coronavirus. A partir du 10 mai et pour au moins 15 jours, "des séances hebdomadaires de dépistage par autotest au sein des établissements seront proposées aux lycéens ayant un accord parental (...) et sous la supervision d'un encadrant" indique un document du ministère de l'Education nationale. Dans une interview du 2 mai accordée au Journal du Dimanche, Jean-Michel Blanquer était revenu sur les autotests distribués dans les lycées et le personnel de l'Education. "Nous en avons déjà diffusé plus de 2 millions pour les 560.000 agents des écoles primaires. À raison de deux tests par semaine, nous avons quinze jours d'avance. Nous allons en livrer 60 millions en mai et juin. La semaine prochaine pour les adultes; à partir du 10 mai pour les lycéens, qui pourront se tester une fois par semaine", avait-il précisé. Alors que la Haute Autorité de Santé recommande les tests antigéniques sur prélèvement nasal aux moins de 15 ans, les collégiens pourraient par la suite les utiliser d'ici fin mai, a précisé le ministre. Ces autotests représentent "un outil de dépistage chez les moins de 15 ans " et sont "pertinents pour briser les chaînes de contamination, notamment en milieu scolaire" indique la HAS dans un communiqué. La Has recommande une utilisation de ces tests sous forme d'autotests au moins une fois par semaine et en autonomie pour les étudiants, les lycéens et les collégiens. 

Protocole sanitaire à l'école et à la cantine : qu'est-ce qui change ?

Le protocole sanitaire à l'école en vigueur depuis le 1er février s'applique pour cette rentrée scolaire dans les écoles, collèges et lycées. Une classe devra fermer dès le premier cas de Covid-19, des tests salivaires sont déployés dans les écoles primaires, et des autotests seront distribués dans les établissements scolaires. La HAS a notamment autorisé les autotests chez les moins de 15 ans dans un avis publié ce 26 avril. A la cantine, le protocole recommande une limitation du brassage des élèves : ceux d'une même classe déjeunent ensemble avec une distance de deux mètres. Les repas peuvent s'organiser en extérieur ou dans un gymnase, et des plats à emporter peuvent être proposés. Port du masque dès 6 ans, gestes barrières renforcés, aération toutes les heures, capteurs de CO2 et purificateurs d'air, activités physiques et sportives en plein air sont recommandés. 

Tests salivaires à l'école

Pour la rentrée du 26 avril, le gouvernement prévoit d'augmenter le nombre de tests salivaires dans les écoles pour mieux dépister les élèves avec l'objectif d'en réaliser progressivement 600 000 tests salivaires par semaine d'ici mi-mai. Ce dispositif de dépistage sera déployé dans les départements où l'incidence est la plus élevée. Les collégiens pourront également en bénéficier à leur retour à l'école, progressivement à partir du 3 mai. Suite aux recommandations de la HAS d'autoriser les autotests chez les moins de 15 ans, les collégiens pourraient en effet utiliser les tests antigéniques sur prélèvement nasal.

Baccalauréat 2021, lycée et demi-jauge, brevet et BTS

  • Baccalauréat et Covid : les épreuves maintenues. "L'objectif est de maintenir autant que possible les examens finaux tels qu'ils sont prévus aujourd'hui, notamment l'épreuve écrite de philo en juin et le grand oral du baccalauréat. Tout cela se prépare avec une extrême bienveillance, y compris pour les élèves" a déclaré Jean-Michel Blanquer sur RTL ce 1er avril. Des aménagements sont néanmoins prévus pour les épreuves écrites et orales.
  • Les épreuves de BTS adaptées : dans un communiqué du 16 avril, les ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur précisent que les épreuves de BTS seront adaptées pour tenir compte de la situation sanitaire. "A titre exceptionnel, une session de rattrapage pour l'année en cours" sera ouverte "à destination de l'ensemble des candidats qui n'auraient pas pu valider leur diplôme". Quant aux stages de fin de BTS, ils seront plus flexibles pour permettre aux étudiants de mieux apprendre sur le terrain. Ils pourront par exemple être fragmentés et des mises en situation professionnelles pourront être organisées dans l'établissement de formation. 

Masque à l'école : quels masques pour les enfants ?

Le masque à l'école est obligatoire pour les enfants dès l'âge de 6 ans et pour le personnel de l'Education nationale. Suite à l'apparition de variants, seuls les masques "grand public' de catégorie 1 sont autorisés. 

Quels risques de contamination à l'école ?

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche ce 2 mai, Jean-Michel Blanquer précise que l'école est "loin d'être le facteur principal" dans les risques de contamination des élèves. "Il faut arrêter d'être obnubilé par le rôle de l'école dans les contaminations" a-t-il précisé.

Covid à l'université : retour en présentiel à 100% en septembre

Ce 27 avril, la ministre de l'Enseignement supérieur a voulu se montrer optimiste concernant la rentrée de septembre des étudiants. "On prépare une rentrée 100% en présentiel" a indiqué, sur France Inter, Frédérique Vidal qui a ajouté qu'une "solution de repli à demi-jauges" était prévue. La ministre a aussi confié que "le passage à une jauge à 50% dans les semaines qui viennent" allait "permettre de tester les protocoles et de voir comment vont se mettre en place les possibilités d'autotests pour les étudiants". Deux jours plus tôt, elle avait aussi annoncé dans 20 minutes que les examens terminaux dans les universités, suspendus jusqu'alors, allaient de nouveau être organisés "à compter du 3 mai". Ils auront lieu "en présentiel, à distance ou via la remise d'un rapport" en fonction des établissements. Repas à un euro, chèques psy, aide à l'emploi... Le gouvernement a mis en place certaines aides pour venir en aide à la jeunesse touchée par la crise sanitaire.

Ce 17 février, le porte-parole du gouvernement a rappelé qu'aucun étudiant ne serait laissé pour compte et livré à lui-même. Il a précisé que près de 1,3 million de repas à un euro ont été servis dans les 500 points de restauration en France durant les trois premières semaines, pour venir en aide aux étudiants touchés par la crise sanitaire. En ce qui concerne le mal-être des jeunes, Gabriel Attal a ajouté que les chèques psychologiques mis en place et les autres mesures "doivent maintenant s'appliquer partout sur le territoire en faveur des étudiants". Des aides pour l'emploi des jeunes sont également mises en place.