Terre franche : ce qu'il faut savoir

C'est le rêve de tous les jardiniers : pouvoir travailler facilement une terre meuble, drainante et humifère, au pH neutre et dans laquelle toutes sortes de végétaux peuvent pousser. Elle a un nom : la terre franche et elle pourrait bien exister. Enfin, en théorie... Explications.

Terre franche : ce qu'il faut savoir
© Winnond - 123RF

Qu'est-ce que la terre franche ?

Vous n'en trouverez pas sous cette appellation dans le commerce et pourtant c'est un terme que l'on retrouve souvent dans l'univers du jardinage. La "terre franche" est un terme ancien qui a désigné plusieurs concepts au fil des années, allant de l'humus à la terre de jardin. Dans tous les cas, son nom est sans équivoque : il s'agit d'une terre pure, sans tromperies. 

La terre franche est en général la terre basique du jardin, mais il est rare de l'obtenir naturellement. Elle constitue plutôt une référence, un objectif d'équilibre et de composition de la terre à atteindre, dans l'idéal

Il n'existe certes pas de terre "parfaite", puisque différents types de plantes ont besoin de différents types de sol pour pousser. Mais la terre franche serait ce qui se rapproche le plus d'un compromis, car de nombreux légumes et fleurs d'ornements semblent y pousser sans trop de difficulté. 

Visuellement, c'est une terre humifère et souple, de couleur sombre. Elle s'agglomère sous la pression de la main mais éclate sous le choc. Au printemps, elle se réchauffe rapidement et facilite ainsi la croissance des plantes. 

De quoi est composée la terre franche ?

A quoi ressemblerait cette terre idéale ? C'est ce que tentent de déterminer les experts. Pour comprendre sa composition, il faut savoir que la terre est composée de quatre éléments : l'argile, le sable, le calcaire et l'humus, présents dans des proportions variables. La terre franche a une composition suffisamment équilibrée pour le développement d'une grande partie des végétaux. Les avis divergent, mais voici de quoi la terre franche serait composée - à 5% près - : 

  • 65% de sable (+ limons grossiers)
  • 15% d'argile (+ limons fins)
  • 10% d'humus 
  • 10% de calcaire 

Son pH est neutre. 

Peut-on acheter de la terre franche ? 

Elle n'est pas commercialisée sous ce nom mais la "terre végétale" vendue dans le commerce est celle qui y ressemble le plus. Attention, la terre végétale ne doit pas être utilisée seule en pot, il ne faut pas la confondre avec le terreau, qui est une terre végétale à laquelle on a ajouté du compost, de l'engrais ou de l'humus. La terre végétale vendue dans le commerce doit respecter plusieurs normes.

Selon l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), la terre végétale est "la terre issue d'horizons de surfaces humifères ou d'horizons profonds pouvant être mélangée avec des matières organiques d'origine végétale, des amendements organiques et/ou des matières minérales". Sa teneur en matière organique doit se situer entre 3% et 15% du total. 

Pour vous approcher au plus près de la composition de la terre franche, vous pouvez aussi corriger le sol de votre jardin avec des amendements et des engrais organiques. L'opération prend plusieurs années.