Traumatisée, Marie a développé 50 personnalités : sa psy raconte [TEMOIGNAGE]

Marie, 34 ans, est une survivante. Victime d'inceste enfant et d'un viol en réunion adolescente, elle a développé des troubles dissociatifs de l'identité qui l'ont conduite au bord du précipice. Jusqu'à sa rencontre avec une psychologue plus ouverte que les autres...

Traumatisée, Marie a développé 50 personnalités : sa psy raconte [TEMOIGNAGE]
© Wavebreak Media Ltd 123-RF

Quand Marie entre dans le bureau d'Emmanuelle Vaux-Lacroix, psychologue clinicienne et praticienne EMDR en 2013, elle est en grande souffrance et c'est un véritable appel à l'aide qu'elle lance.
Quand Marie arrive en fauteuil roulant (elle souffre d'une paralysie fonctionnelle), Emmanuelle est étonnée de la découvrir très différente de la comptable qu'elle imaginait. "Je  rencontre une jeune femme de 28 ans habillée tout en noir, en surpoids et assez négligée. Elle n'a pas de manteau alors qu'il fait très froid."
Marie souhaite consulter Emmanuelle Vaux-Lacroix car elle a subi des viols en réunion au collège de 11 à 13 ans qui ont été classés sans suite et depuis elle fait des cauchemars, a des intrusions et souffre d'une addiction à l'alcool. Elle voit une psychologue, psychothérapeute depuis deux ans et a une bonne alliance thérapeutique avec elle. Grâce à leur travail, elle a amélioré ses relations avec sa compagne, mais le traumatisme reste très présent.
A tel point que Marie a l'impression d'être folle. Elle perd pied, pense à la mort et envisage de prendre sa voiture adaptée à son handicap pour en finir. Cette rencontre avec Emmanuelle Vaux-Lacroix est donc celle de la dernière chance. 

"La séance se déroule normalement jusqu'à un moment précis. Je travaille dans un cabinet mal insonorisé et j'entends ma collègue dans le bureau qui jouxte le mien qui dit au revoir à son patient. Immédiatement le comportement de Marie change ainsi que sa voix : elle me dit qu'ils arrivent, que ses agresseurs se rapprochent, et qu'il faut fuir. Je note alors immédiatement sur mon carnet, TDI ? "

"Soudain la voix de Marie change"

Identifiés aux Etats-Unis mais relativement méconnus en France, les troubles dissociatifs de l'identité ont été décrits par Onno Van der Hart, Nijenhuis et Kathy Steele Van der Hart. Ils se développent dans la petite enfance chez des personnes qui ont subi des traumatismes chroniques, sévères ou précoces. Il s'agit de formes de maltraitances, d'agressions, de négligences qui se traduisent souvent par des violences physiques et/ou sexuelles.
"Une personne qui souffre de TDI développe des parties de l'identité pour protéger le soi des souvenirs traumatiques", raconte Emmanuelle Vaux-Lacroix. 

Ces parties sont soit des Parties apparemment normales (PAN) soit des parties émotionnelles (PE). Les parties apparemment normales (PAN) sont orientées vers la survie de l'espèce et se caractérisent par un évitement phobique des souvenirs traumatiques. Elles sont relativement difficiles à identifier car elles prennent une apparence normale. Les PAN gèrent la vie quotidienne. Elles sont identiques au soi qui est le lieu d'intégration et d'apprentissage du sujet. 
"Au début de notre rencontre, Marie en avait 4 ou 5 parmi lesquelles l'autre, " celle qui bosse ", raconte Emmanuelle Vaux-Lacroix.

"Elles prennent souvent le pouvoir pour me faire passer pour quelqu'un de normal. Quand je rencontre Emmanuelle, je ne comprends pas ce qui m'arrive, Emmanuelle me parle de parties mais je ne sais pas très bien comment me comporter. Je ne veux pas parler avec elles ce qui aggrave ma situation à l'époque", confie Marie. 

Les parties émotionnelles ou PE sont orientées vers la survie individuelle et portent les expériences traumatiques. Elles sont "coincées " au temps du traumatisme. Au début de la thérapie de Marie, 2 ou 3 se sont manifestées puis une quarantaine par la suite.
"Ces PE protègent la personne du souvenir du traumatisme. C'est un processus psychophysiologique, une solution de survie car l'agression est insupportable et ne peut pas être digérée psychiquement.
Pour gérer ce traumatisme se créent des parties : l'une peut être gardienne du secret, d'autres peuvent être bloquées dans des systèmes d'action de survie.
Des parties sont dans la fuite, d'autres dans l'agression, dans la peur ou dans la sidération.  Certaines parties imitent l'agresseur et d'autres sont bloquées au temps du traumatisme ce qui explique pourquoi les personnes qui ont des TDI ont des amnésies dissociatives. Elles ne se souviennent pas ce qui leur est arrivé
, raconte Emmanuelle Vaux-Lacroix.

De lourds traumatismes

"Caractérisés par des éclatements de la personnalité, les TDI sont souvent confondus avec la schizophrénie. Or les schizophrènes entendent des voix qui viennent de l'extérieur alors que les personnes qui souffrent de TDI adoptent différentes personnalités et donc plusieurs parties. Ce que nous savons aujourd'hui c'est que les psychotropes ne fonctionnent pas sur les TDI alors qu'ils sont plutôt efficaces pour les patients souffrant de schizophrénie" raconte Emmanuelle Vaux-Lacroix.
Au fur et à mesure des séances, Emmanuelle Vaux-Lacroix comprend que ce ne sont pas les viols subis à l'adolescence qui sont à l'origine du traumatisme mais un autre événement inqualifiable subi par Marie à l'âge de 2 ans et demi : l'inceste paternel.

Dès que le secret est levé concernant ce premier traumatisme, Marie parvient au bout de 20 mois à remarcher après avoir fait de la rééducation. Elle n'a plus lieu de "paralyser" ce corps qui l'a fait tant souffrir et qui avait cessé de se manifester quand son père lui a dit que les viols dont elle avait été victime avaient été classés sans suite sous entendant que l'inceste qu'il lui avait fait subir resterait à jamais impuni.

"La première fois que j'ai fait trois pas avec un déambulateur, je me suis sentie invincible. J'ai demandé à ma compagne de venir au centre de rééducation afin de constater ce que j'étais capable de faire. J'étais tellement fière", raconte Marie.

Progressivement, Emmanuelle Vaux-Lacroix va entrer en contact avec les différentes parties de Marie afin de gagner leur confiance, pour ensuite les " présenter " à la jeune femme et l'aider à vivre avec. 

"Marie n'avait pas 3 ou 4 personnalités comme je l'imaginais au départ, mais une cinquantaine"

"Je ne savais pas à ce moment-là que j'allais m'engager dans un très long chemin et qu'il n'y avait pas 3 ou 4 parties comme je l'imaginais au départ mais une cinquantaine qui se présenteraient à moi au fur et à mesure du dévoilement de son histoire", raconte Emmanuelle qui découvre deux ans plus tard que Marie a aussi été victime d'agressions sexuelles dans le cadre d'un réseau pédocriminel. La même année, c'est l'inceste maternel qui est dévoilé.
"Etant donnée la complexité de son histoire et de sa symptomatologie, Marie est extraordinairement résiliente et a beaucoup de ressources car elle travaille normalement. 
Elle est ce qu'on appelle une personne à haut potentiel. Une grande partie des personnes souffrant de TDI ont un QI supérieur à la moyenne tout simplement parce qu'il faut une vraie capacité d'élaboration.
C'est un système interne qui est d'une complexité extrême",
 raconte Emmanuelle Vaux-Lacroix qui pendant des années va développer ses connaissances et sa pratique grâce à Marie.

"Quand je la rencontre je ne maitrise pas l'EMDR aussi bien qu'aujourd'hui mais j'ai la chance d'avoir une culture américaine. La question sur l'existence des TDI ne se pose donc pas. A l'âge de 15 ans j'ai lu Sybil (ouvrage sur une femme qui a 16 parties) et pour moi c'est une réalité. J'apprends au fur et à mesure au contact de Marie : je n'ai pas conscience de la complexité de son cas tout de suite et heureusement car je n'aurais peut-être pas accepté de la suivre par peur de ne pas être assez compétente. J'ai beaucoup appris avec elle".

Un sentiment partagé par Marie qui confie : "Emmanuelle m'a sauvé la vie au sens propre comme au sens figuré. Elle a fait de la psycho éducation pour m'apprendre à avoir une vie quasi normale. Elle a été une psy qui a été capable de sortir de son cadre pour me montrer que j'étais importante. Elle s'est formée pour m'apprendre encore plus sur moi et sur nous".

"Marie a beaucoup moins de comportements à risques car elle est beaucoup moins dissociée"

Aujourd'hui, au bout de 6 ans de thérapie, Marie va beaucoup mieux ."Quand j'ai rencontré Marie son soi était présent 5 minutes par jour uniquement. Aujourd'hui il est présent entre 5 et 10 heures par jour avec des phases de crise quand des événements surviennent"
Aujourd'hui elle n'a plus que 2 PAN et une vingtaine de PE.  Les parties ont commencé par fusionner entre elles : par exemple la dizaine de parties adolescentes est devenue une quand la problématique autour du collège a été traitée et que le traumatisme a été en EMDR désensibilisé et retraité . 
Ces parties ont alors intégré le soi et sont devenues une partie de Marie comme nous avons chacun une partie adolescente alors que chez elle cette partie était dissociée
".

Marie n'a plus d'addictions. Beaucoup plus intégrée qu'avant, elle marche, parvient à parler de sa pathologie à certains membres de sa famille et à ses amis et elle forme des professionnels à ce sujet.

Elle s'est mariée, elle a changé de poste et elle accepte des responsabilités. Elle a beaucoup moins de comportements à risques car elle est beaucoup moins dissociée. 

Contrairement aux schizophrènes, les personnes souffrant de TDI peuvent-elles guérir ? "En théorie, oui ", explique Emmanuelle Vaux-Lacroix.

"Je pense qu'on peut arriver à une désensibilisation et à un retraitement de tous les traumatismes.  Petit à petit, toutes les parties de Marie devraient être intégrées même si elle est ambivalente par rapport à cette question.
Ses parties tiennent compagnie à Marie et lui permettent de ne pas toujours affronter la réalité. Le rêve de Marie ? Appeler ses différentes parties quand elle en a envie sans qu'elles deviennent des états du moi.  C'est ce que font
 ceux d'entre nous qui n'ont pas souffert d'un traumatisme", conclut Emmanuelle Vaux-Lacroix.

Qu'est-ce que l'EMDR ?

Créée à la fin des années 80 aux Etats-Unis, la thérapie EMDR  est devenue l'un des modes de traitement psychothérapeutique de l'État de Trouble Post-Traumatique. Il s'agit de l'acronyme d'Eye-Movement Desensitization and Reprocessing en anglais ou Désensibilisation et Retraitement par les Mouvements Oculaires.
L'EMDR repose  sur la sollicitation sensorielle des deux côtés du corps, soit grâce au mouvement des yeux soit grâce à des stimulations auditives ou cutanées afin de retraiter et de désensibiliser des souvenirs traumatiques.

Traumatisée, Marie a développé 50 personnalités : sa psy raconte [TEMOIGNAGE]
Traumatisée, Marie a développé 50 personnalités : sa psy raconte [TEMOIGNAGE]

Quand Marie entre dans le bureau d'Emmanuelle Vaux-Lacroix, psychologue clinicienne et praticienne EMDR en 2013, elle est en grande souffrance et c'est un véritable appel à l'aide qu'elle lance. Quand Marie arrive en fauteuil roulant...