Violences faites aux femmes dans les Outre-Mer : elles disent "stop"

Elles sont 19% en Nouvelle-Calédonie a avoir été victimes d'agressions par leur (ex)conjoint. Dans les territoires d'Outre-Mer, les violences faites aux femmes sont plus importantes qu'en métropole. Les 5, 6 et 7 avril 2019 ont lieu les premières Assises Nationales des violences faites aux femmes à Paris, pour faire bouger les lignes.

Violences faites aux femmes dans les Outre-Mer : elles disent "stop"
© Gal Amar

Quand 2,3% des femmes sont victimes d'agressions physiques par leur (ex)conjoint dans l'Hexagone, elles sont 17% en Polynésie française. Au cours des douze derniers mois, 7,2% des habitantes de Nouvelle-Calédonie ont été victimes d'agressions sexuelles par leur conjoint contre 0,8% en métropole, selon une étude du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) datant de 2017. Un constat alarmant qui pousse les femmes d'Outre-mer à faire entendre leur voix et à trouver des solutions pour contrer la montée des violences envers les femmes dans les DOM-COM. 
Du 5 au 7 avril 2019 inclus, le collectif Figures de Femmes Totem des Outre-Mer (FFTOM) organise trois journées de rencontres, de débats et de questionnements autour des violences conjugales sous le marrainage de l'ancienne Garde des Sceaux,Christiane Taubira et de Victoire Jasmin, sénatrice de Guadeloupe et de Thérèse Baillif, Présidente du Collectif pour l'élimination des violences intra-familiales  (CEVIF). Au Musée de l'Homme, tables rondes, ateliers-débats et performances artistiques viendront ponctuer les prises de paroles et témoignages des uns et des autres. 

Violences faites aux femmes dans les DOM-COM : les premières Assises Nationales ouvrent le débat

Pourquoi les femmes vivant dans les collectivités et territoires d'Outre-Mer sont plus nombreuses à être victimes d'agressions qu'en métropole ? Cette question, le public, les associations et invités vont tenter d'y répondre et de trouver des solutions pour remédier aux violences domestiques et conjugales, trop importantes en Outre-mer. La source du problème est-elle sociale ? Par le dialogue, la prise de parole, des témoignages et des chiffres, le collectif Figures de Femmes Totem des Outre-Mer (FFTOM) veut mettre des mots sur ce mal.
Pour graver ses Premières Assises Nationales dans les mémoires, un Livre Blanc sera mis à disposition durant les 3 jours, afin que chacun puisse donner son avis, son ressenti sur la question. Le Livre Blanc sera ensuite adressé à Agnès Buzyn, ministre de la Santé, Annick Girardin, ministre des Outre-Mer et Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité hommes-femmes.   

L'art au service du dialogue autour des violences

Lors de ces trois jours d'Assises, plusieurs formes artistiques seront appelées pour permettre la bonne compréhension du problème des violences conjugales. La "Compagnie sans sommeil" qui a réadapté Violences conjugales, un recueil de 9 témoignages, se produira le 7 avril au Musée de l'Homme pour ensuite débattre avec les comédiennes. 
La danse sera également au rendez-vous grâce à la présence de Dakota et Nadia, deux danseurs révélés au grand public lors de l'émission La France a un Incroyable Talent,  avec leur chorégraphie sur la violence au sein du couple. Ils présenteront leur toute nouvelle chorégraphie, intitulée "Ne me quitte pas !", portant sur le même sujet. 

Les Premières Assises Nationales des Violences faites aux jeunes Jeunes Filles et aux Femmes dans les Outre-Mer, du 5 au 7 avril 2019 au Musée de l'Homme.  

Violences faites aux femmes dans les Outre-Mer : elles disent "stop"
Violences faites aux femmes dans les Outre-Mer : elles disent "stop"

Quand 2,3% des femmes sont victimes d'agressions physiques par leur (ex)conjoint dans l'Hexagone, elles sont 17% en Polynésie française. Au cours des douze derniers mois, 7,2% des habitantes de Nouvelle-Calédonie ont été victimes...