Les fabricants des masques sont-ils sexistes ?

Porter un masque est devenu (heureusement) la nouvelle norme. Mais elles sont nombreuses à se plaindre de la taille de ces accessoires, peu adaptés aux visages féminins. Le modèle "standard" est masculin...

Les fabricants des masques sont-ils sexistes ?
© YAUHENI HASTSIUKHIN

Prendre les transports, faire les courses, se rendre chez le coiffeur... A l'heure du déconfinement, le port du masque devient nécessaire (et obligatoire) dans de nombreuses situations. La vente libre de masques étant désormais autorisée, de nombreux Français se rendent en pharmacie ou en grande distribution afin de se procurer ces accessoires de protection. Mais, se pose un problème de taille (et de sexe).
De nombreuses femmes se plaignent que les masques commercialisés sont beaucoup trop grands pour leur visage, selon une enquête du magazine Numerama. Souvent, "l'élastique est beaucoup trop long, ce qui empêche le masque d'adhérer à la peau et donc d'être efficace pour éviter la propagation de gouttelettes", rapporte le site. Or, un masque trop grand ou trop petit n'a pas vraiment d'utilité, et ne permet pas de se protéger correctement contre le virus. 

Les masques de protection, symboles d'un sexisme latent ?

Pourquoi les masques sont-ils si peu adaptés aux visages fins ? Tout simplement car, comme tous les équipements vendus à taille unique, ils sont élaborés à partir d'un visage "standard". Et ce visage de base est... masculin.
"Ce standard est calculé sur la base des tailles et caractéristiques des populations masculines des pays d'Europe et des États-Unis", rapporte Numerama. Les personnes au visage plus fin que ce standard, donc principalement les femmes, se trouvent ainsi désavantagées voire même mises en danger. Un sexisme inconscient (ou conscient), donc... Heureusement, certaines couturières indépendantes s'agitent pour proposer des masques adaptés.

Masques : 71% des hommes n'en portent pas "toujours"

Ironie du sort, les hommes seraient moins enclins que les femmes à porter un masque de protection contre le coronavirus dans l'espace public. D'après une étude conjointement menée par des chercheurs de la University of London et de la University of Berkeley aux États-Unis, au mois d'avril 2020, 29 % des hommes déclaraient avoir "toujours" porté un masque lorsqu'ils sortaient de chez eux, contre 44 % des femmes.

Selon les chercheurs, si cet écart résulte du caractère "plus prudent" des femmes, l'explication est avant tout d'ordre psychologique. "Les hommes, plus que les femmes, considèrent en effet que le port du masque est un signe de faiblesse, associé à un sentiment de honte et de ringardise", cite Top Santé... Il est grand temps que le règne du sexe fort s'achève...