Violences conjugales : 130 femmes tuées en 2017, des chiffres affolants

Ces données provoquent la nausée : 130 féminicides ont été recensés en 2017 par la Délégation aux Victimes (DAV). Entre 2016 et 2017, on dénombre plus de 100 000 victimes de violences au sein du couple dont 88% sont des femmes. Autre mesure inquiétante : les enfants font aussi les frais de ces agressions conjugales.

Violences conjugales : 130 femmes tuées en 2017, des chiffres affolants
© loganban

Quand ces drames vont-ils cesser ? Malgré la mise en place du téléphone "grave danger", un dispositif permettant aux femmes victimes de violences conjugales d'alerter la police au plus vite en cas d'incident, 109 femmes ont perdu la vie sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint au cours de l'année 2017 et 21 autres ont été tuées par leur petit ami ou amant, selon les chiffres avancés par la Délégation aux Victimes (DAV). L'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) remarque que si le nombre d'homicides au sein du couple a diminué de 28% entre 2012 et 2017, les femmes restent les premières victimes de ces violences meurtrières avec 109 féminicides deux années de suite, en 2016 et 2017. Par ailleurs, le nombre de signalements pour "différents entre époux et concubins" enregistrés par la Main Courante Informatisée (MCI) de la police n'a jamais été aussi bas qu'en 2017 avec 86 331 signalements. Néanmoins, les services de police et de gendarmerie ont enregistré (plainte, signalement, intervention au domicile) une hausse du nombre de victimes de violences au sein du couple hors homicide. En 2016, il était de 110 240 et est passé à 111 870 signalements en 2017. 

Viols, harcèlement, insultes : les femmes en ligne de mire 

Selon l'étude menée par l'ONDRP qui se base sur les chiffres de la DAV, les femmes sont les premières à être victimes de violences antérieures à un homicide dans 49% des cas. Ces dernières sont d'ordre physiques et psychologiques et sont souvent réciproques au sein du couple. D'après le rapport, le climat de violences est installé entre les partenaires depuis longtemps. "En dehors des homicides, les crimes commis sont principalement des viols. En 2017, 2410 viols par un conjoint ou ex-conjoint ont été enregistrés par les services de police et de gendarmerie. Parmi ces victimes, 98% étaient des femmes", expose l'ONDRP.

Les enfants, victimes collatérales des violences conjugales 

Près de 98% des morts violentes au sein du couple sont dues à des homicides volontaires : 151 ont été répertoriés au cours de l'année 2017. La majorité des couples au sein desquels ces faits ont lieu sont mariés (68%) et les mobiles qui reviennent le plus souvent sont la dispute (40%) et la séparation (33%). Mais les conjoints ne sont pas pas les seules victimes de ces drames. En plus des traumatismes que ces violences peuvent engendrer chez les enfants, 9 mineurs ont trouvés la mort en 2017 en même temps que leur mère et 31 enfants ont été témoins de scènes de crime d'après les chiffres de la DAV.   

Violences conjugales : quel est le profil type de l'agresseur ?

L'étude perpétrée par la Délégation des Victimes pour le Ministère de l'Intérieur permet de mettre en exergue des éléments intéressants sur le profil de l'auteur de violences conjugales. Ainsi, les chiffres démontrent que la plupart des agresseurs en 2017 avaient entre 41 et 50 ans dans 21,6% des cas, étaient sans emploi (35 %) ou à la retraite (29 %). Dans 54,4% des cas, l'auteur ne s'est pas suicidé. 

Paris et sa banlieue, terrain des violences conjugales 

Les homicides prennent place dans le domicile du couple, de la victime ou de l'auteur dans 84% des cas. En 2017, les départements de Paris, de l'Oise, de la Gironde, de l'Isère, de La Réunion et du Rhône ont été les plus touchés par des homicides au sein du couple avec 4 faits enregistrés au cours de l'année dans chaque département. La région d'Ile-de-France et Auvergne-Rhônes-Alpes comptabilisent 18 victimes d'homicides conjugales chacune, tandis que Paris et sa petite couronne comptent 10 cas.
En 2017, le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), a recensé près de 112 000 victimes de 18 ans ou plus pour des faits similaires. 

Violences conjugales : 130 femmes tuées en 2017, des chiffres affolants
Violences conjugales : 130 femmes tuées en 2017, des chiffres affolants

Quand ces drames vont-ils cesser ? Malgré la mise en place du téléphone "grave danger", un dispositif permettant aux femmes victimes de violences conjugales d'alerter la police au plus vite en cas d'incident, 109 femmes ont perdu la vie sous...