Pierre-Jean Chalençon a pensé au suicide : "Mais qu'est-ce que j'ai fait de mal ?"

Pierre-Jean Chalençon a été dévasté par l'affaire des dîners clandestins. Dans "Touche Pas à Mon Poste", il a révélé avoir pensé au suicide et a raconté sa version des faits...

Pierre-Jean Chalençon a pensé au suicide : "Mais qu'est-ce que j'ai fait de mal ?"
© Pierre-Jean Chalençon au Palais Vivienne, en mai 2020 par Lionel GUERICOLAS/MPP/SIPA

Un mois après l'affaire des dîners clandestins, Pierre-Jean Chalençon s'est livré sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste. Le féru de Napoléon, soupçonné d'avoir organisé des soirées clandestines au palais Vivienne, est dévasté. A tel point qu'il a songé à mettre fin à ses jours.  "Ça a été traumatisant (…) tu ne fais rien de mal, tu essayes de t'en sortir (...) Il y a un moment où je me suis dit : 'Je vais me flinguer'", a-t-il déploré face à Cyril Hanouna, avant d'ajouter: "Quand j'étais à Lyon. D'ailleurs, Damien, qui est mon directeur, je le remercie beaucoup".

"Mais qu'est-ce que j'ai fait de mal ?"

L'ancien acheteur d'Affaire Conclue a le sentiment d'être la cible de nombreux détracteurs: "À un moment, je me suis dit : 'Mais qu'est-ce qu'ils me veulent ?' L'année dernière, c'était pour une histoire de photo (il avait provoqué le scandale en posant avec Dieudonné, ndlr), là c'est pour une histoire de dîner... Mais qu'est-ce que j'ai fait de mal?".

Dans le reportage de M6 diffusé début avril, les téléspectateurs ont pu entendre la voix (déguisée) de Pierre-Jean Chalençon, qui déclarait: "J'ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont soi-disant des restos clandestins, avec un certain nombre de ministres".

Après avoir argué qu'il s'agissait d'un poisson d'avril, Pierre-Jean Chalençon avait été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui" et a finalement été relâché.

Pierre-Jean Chalençon porte plainte : ce qui l'a "énervé"

Sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste, il a raconté dans quel contexte il avait déclaré avoir dîné clandestinement avec des ministres: "J'ai dit à cette journaliste qui m'a appelé indirectement (…) Elle m'a un peu énervé parce qu'elle a fait 6 appels en absence (…) elle m'appelle sur une ligne enregistrée, elle ne me dit pas que la conversation est enregistrée et je me suis énervé (…) à un moment donné je lui dis : 'D'ailleurs je déjeune régulièrement dans des restaurants clandestins où je croise régulièrement des ministres'. Je n'ai pas dit qu'il s'agissait de ministres en poste".

Pierre-Jean Chalençon a annoncé qu'il comptait porter plainte contre la journaliste pour diffamation.

Et d'ajouter: "J'essaye de vivre, j'essaye de survivre, comme beaucoup de chefs d'entreprise, je ne suis pas le seul. Simplement, je suis connu, médiatique, people, ça a été très dur".

Malgré tout, le féru de Napoléon voit la lumière au bout du tunnel. Il a annoncé que le Palais Vivienne pourrait rouvrir au public dès le 12 juin.