5 jeunes créateurs repérés à la fashion week de Moscou

Doués et parfois complètement excentriques, les designers russes montants tirent leur épingle du jeu grâce à leur identité affirmée et leurs pièces désirables. Zoom sur la fine fleur des podiums russes rencontrés à la Mercedes Benz Fashion Week Russia .

5 jeunes créateurs repérés à la fashion week de Moscou
© Mercedes Benz Fashion Week Russia

La Russie possède un terreau mode fertile. Lors de la Mercedes Benz Fashion Week Russia, ils étaient nombreux à saisir leur chance de montrer au monde quelle saveur a le prêt-à-porter slave. Nouveaux labels, jeunes pousses fraîchement sorties des bancs de l'école ou créateurs plus anciennement établis ont tous un point commun : une vision originale, pas nécessairement imbibée des gimmicks de la mode mondialisée. Découvrez cinq de ces talents qui nous ont tapés dans l’œil. 

Otocyo Clothing

Impossible de ne pas être marqué par l'univers arty et délicat de Otocyon. Minimalistes avec un fort sens du détail, les pièces frappent d'abord par leur coupe recherchée et parfaitement mise en œuvre. Puis c'est un plis, un nœud, la subtilité d'une couleur, d'une transparence qui accrochent l’œil. Lors de leur présentation, une des plus attendues de la Mercedes Benz Fashion Week Russia, des centaines de personnes se sont pressées pour observer une installation vivante (beaucoup plus perchée que le contenu de la collection), sonorisée en direct par une musicienne qui jouaient avec des fleurs comme si elle avait un piano entre les mains. C'est sans doute le diplôme d'"artiste - styliste de costume" qui transparaît dans l'univers racé et bien ficelé de la créatrice, Lesya Volchok-Rusakovich. Cette dernière a d'ailleurs appelé sa marque, fondée en 2015, "Otocyo", du nom d'un renard, (le diminutif de son prénom signifie renard en russe). Et on peut dire qu'elle a du flair. 

Où l'acheter ? En ligne sur otocyon.ru

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Otocyon (@otocyonbrand) le

Roma Uvarov Design

"Des vêtements fous avec de l'idée", voila comment se définit le label du créateur éponyme Roma Uvarov. Concrètement, au printemps-été 2020, cela se traduit par un défilé spectaculaire où les invités d'un mariage gitan imaginaire paradaient avec leurs plus beaux atours. Ambiance survoltée et silhouettes décalées ont conquis une assemblée toutefois déjà acquise à sa cause. Du côté des idées, nous ne sommes pas en reste. Upcycling, comme avec des boutons fabriqués en pièces de monnaie anciennes et des bijoux en cristal de lustres de l'époque soviétique, pour cette fois, mais aussi imprimerie 3D, ou tressage traditionnel font partie des techniques fantaisistes que le jeune excentrique explore. La formule est gagnante, il présente déjà ses collections en marge de la fashion week de Paris avant de conquérir le reste du monde. 

Où l'acheter ? Nulle part en France pour le moment

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par ROMA UVAROV DESIGN (@romauvarovdesign) le

Za-Za

Créée en 2011 à Saint-Pétersbourg par Alexandra Koryakina, Za Za possède un univers à tiroirs. On adore ses grandes robes fluides ultra féminines comme ses vestes originales, oversized et toujours très affirmées. La coupe est au centre des collections et les formes bien construites qui en découlent sont incontestablement la force de la marque. Ce qui ne veut pas dire qu'elle se repose entièrement dessus. Au savoir-faire s'ajoute un univers créatif intriguant. Cette saison, lors du défilés, les mannequins arboraient des prothèses faciales d'animaux, et les pièces aux motifs de mains en trompe l’œil déroutaient le spectateur. De quoi gentiment bousculer l'allure. 

Où l'acheter ? En ligne et en direct via le compte Instagram za_za_fashion

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par ZA_ZA (@za_za_fashion) le

Linus Leonardsson

Linus Leonardsson sort tout droit de l'école, pourtant, son style est déjà très affirmé. Diplômé de la Royal Academy of Fine Arts d'Anvers, le jeune homme a présenté une version retravaillée de sa collection de fin d'études à la Mercedes Benz Fashion Week Russia. Couleurs vives, jeu de matières et accumulation aux accents kitsch caractérisent son style sous acide. Bien ancré dans son époque, Linus explore les questions de genre et met un point d'honneur à construire une mode éco-consciente et durable. Sa jeune carrière est déjà bien remplie, puisqu'il a gagné le prix de la jeune création 2019 de la fashion week moscovite et a déjà collaboré avec la marque de lunettes Komono. 

Où l'acheter ?  Sa collaboration avec Komono est disponible sur le site www.komono.com

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Linus Leonardsson (@linusleonardsson) le

Onoma 

Inna et Sandra sont de véritables artistes. Onoma, le fruit de leur collaboration est une marque à l'identité bien nette et aux créations très floues. Et pour cause, leur spécialité est la broderie, qu'elles exécutent avec beaucoup de poésie sur des matières vaporeuses. Leur pièces sont des vestes, des robes, des masques en tulle où des visages et des mains se dessinent et viennent tatouer la peau. En plus d'être admirables, ces œuvres d'art abstraites se superposent très bien et avec délicatesse aux pièces du vestiaire quotidien. 

Où l'acheter ?  En ligne sur le site lmbd.ru/onoma

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par inna and sandra (@onoma.clth) le

5 jeunes créateurs repérés à la fashion week de Moscou
5 jeunes créateurs repérés à la fashion week de Moscou

La Russie possède un terreau mode fertile. Lors de la Mercedes Benz Fashion Week Russia, ils étaient nombreux à saisir leur chance de montrer au monde quelle saveur a le prêt-à-porter slave. Nouveaux labels, jeunes pousses fraîchement sorties des...