Mon enfant dort bien mais est toujours fatigué : que faire ?

Votre enfant tombe de sommeil dans la journée alors qu'il fait des nuits complètes ? Cette fatigue n'est pas forcément liée à un déficit de sommeil mais à un sommeil qui n'est pas complètement récupérateur. Les explications et les conseils d'Héloïse Junier, psychologue spécialiste de l'enfant.

Mon enfant dort bien mais est toujours fatigué : que faire ?
© Milkos-123RF

La majorité des enfants se sentent régulièrement fatigués en semaine à l'école. Or, le manque de sommeil perturbe fortement le métabolisme alimentaire : dormir insuffisamment donne envie de consommer des aliments gras et sucrés. La croissance est, elle aussi, largement impactée par le manque de sommeil chez l'enfant : lorsque l'enfant dort, son organisme produit en quantité maximale l'hormone de croissance, essentielle à son développement physique et psychique. En conséquence, les enfants qui dorment moins de 9 heures s'avèrent plus susceptibles de devenir hyperactifs et impulsifs. Le sommeil est donc capital encore plus à cet âge de la vie. Mais comment faire quand il n'est pas réparateur chez les enfants ? Les conseils d"Héloïse Junier, psychologue spécialiste de l'enfant, formatrice pour les professionnels de la petite enfance et auteure de "Le sommeil du jeune enfant" (Dunod). 

Quelles sont les causes de la fatigue chez un enfant qui dort bien ?

Cette sensation de fatigue peut être liée à l'enfant lui-même ou à son environnement de sommeil. Elle peut être provoquée par :

  • Un trop grand stress accumulé dû à un changement dans le quotidien (déménagement, changement d'école…) ou à un événement de vie éprouvant (deuil, séparation…). "En effet, on sait qu'un niveau plus élevé de stress durant la journée risque d'impacter la bonne libération de la mélatonine la nuit et ainsi d'augmenter le risque d'un sommeil plus fragmenté, plus vigilant ", explique Héloïse Junier.
  • Une trop grande irrégularité des horaires de réveil. "Pour que l'horloge interne d'un enfant soit bien renforcée, un horaire de lever régulier est conseillé et même les jours où il n'a pas école ! Je sais que cela peut paraître impensable pour un parent de réveiller son enfant alors qu'il dort…  Et pourtant, la régularité des horaires de sommeil est l'une des principales clés d'un sommeil de qualité", insiste Héloïse Junier. 
  • Un environnement de sommeil défavorable : une veilleuse trop forte, trop proche du visage de l'enfant ou trop blanche ; une chambre trop bruyante, trop chaude, trop stimulante, etc.
  • Enfin, il existe des causes endogènes comme des douleurs répétées survenant la nuit ou encore une apnée du sommeil de l'enfant, appelée aussi syndrome d'apnée-hypopnée obstructive du sommeil (SAHOS). "En cas de doute, une consultation chez un ORL pédiatrique est indiquée. Bien sûr, en parallèle, une sensation de fatigue fréquente doit faire l'objet d'une consultation chez un médecin afin d'éliminer une problématique d'ordre médicale n'ayant aucun rapport avec la qualité ou la quantité de sommeil de l'enfant", explique Héloïse Junier; 

Est-ce que la quantité de sommeil est toujours gage de qualité chez un enfant ?

Non et c'est souvent le problème. L'assurance maladie rappelle qu'un enfant âgé de 0 à 6 mois doit dormir entre 16 et 17h et un enfant de 3 ans 12 heures par nuit. Un enfant de 6 ans doit dormir au moins 10 heures et un enfant de 12 ans de 9 heures. Cependant, les spécialistes remarquent que certains enfants dorment suffisamment mais semblent fatigués malgré tout.

Comment l'aider à avoir un sommeil réparateur ?

Certains réflexes simples à mettre en place peuvent faciliter la qualité de sommeil d'un enfant comme le rappelle Héloïse Junier. Ainsi, vous pouvez limiter sa température corporelle durant la nuit en commençant par ne pas trop chauffer sa chambre et ne pas sur-couvrir ses pieds qui vont gagner un degré durant la nuit; "Si votre enfant réclame une veilleuse, privilégiez une veilleuse de faible intensité, de couleur chaude, sans fantaisies ni sons, diffuse et indirecte, située idéalement dans le couloir avec une porte entrouverte Privilégiez des horaires de réveil, et aussi de coucher (dans une certaine mesure), réguliers. Encouragez votre enfant à bien bouger dès le réveil et à ouvrir grand les volets  et ne l'exposez pas aux écrans au moins une heure avant de dormir pour ne pas risquer de freiner la libération de mélatonine", conseille Héloïse Junier. Autant que faire se peut, favorisez une activité calme juste avant le coucher que vous pouvez d'ailleurs inclure dans les rituels du soir, comme un jeu de société et/ ou un livre.

Mon enfant est toujours fatigué, quand consulter ?

"Que l'origine de cette fatigue soit liée au sommeil ou à une problématique d'ordre médical, cette fatigue persistante est un signal d'alerte. Il est donc essentiel qu'elle soit prise au sérieux. Côté sommeil, les recherches soulignent qu'un manque chronique de sommeil peut être impactant sur du long terme au niveau des capacités cognitives (mémoriser, se concentrer…), du comportement, des émotions, de la scolarité, de la prise de poids, etc", explique Héloïse Junier.

Faut-il inciter un enfant à faire des siestes  ?

Si l'enfant a moins de 4-5 ans, une sieste peut lui être bénéfique dans le sens où elle vient favoriser sa régulation émotionnelle et ses apprentissages (en favorisant la mémorisation, la concentration…). En revanche, cela n'est pas conseillé pour un enfant âgé de plus de 5-6 ans. "Il est plutôt préférable dans ce cas d'améliorer la qualité et la quantité de son sommeil nocturne. Une sieste trop conséquente la journée risquerait d'impacter la qualité et la quantité du sommeil nocturne, venant retarder l'endormissement le soir. En revanche, vous pouvez tout à fait lui proposer un temps de repos, de relaxation voire de méditation histoire qu'il recharge ses batteries !", explique Héloïse Junier;

Pour qu'il dorme sereinement, faut-il lui permettre de dormir avec ses parents ?

Le cododo, qui consiste à dormir avec son enfant, peut être une solution pour les familles qui le souhaitent surtout quand bébé est petit. "Pour un nourrisson âgé de moins de 6 mois, l'Académie Américaine de Pédiatrie préconise un partage de chambre plutôt qu'un partage de lit, pour limiter le risque de mort inattendue du nourrisson. En revanche, pour les enfants plus âgés, le partage de lit peut être tout à fait envisagé" explique Héloïse Junier. Elle précise par ailleurs que le cododo peut favoriser le sommeil nocturne des enfants qui présentent une forme d'anxiété. "Contrairement aux idées reçues perpétuées dans notre culture française, il n'y a pas d'âge limite pour pratiquer le cododo avec son enfant. Un enfant qui dort avec ses parents ne risque pas plus que la moyenne de développer une dépendance affective invalidante à ses parents et/ ou des troubles du sommeil. L'essentiel est que les deux parents soient favorables à ce sommeil partagé et que chacun y trouve un équilibre".

Que faut-il éviter pour aider son enfant à mieux dormir ?

Les mauvais réflexes à éviter sont tous ceux qui risquent de perturber la qualité et la quantité du sommeil. Ainsi ne faites pas l'impasse pas les rituels du soir; "On sait que les rituels favorisent l'endormissement, diminuent le nombre de réveils nocturnes et allongent la durée de sommeil nocturne)", insiste Héloïse Junier;  Evitez aussi de mettre au lit trop tôt votre enfant le soir alors qu'il n'a pas sommeil. Le risque est qu'il se retourne dans son lit encore et encore, que son niveau de stress augmente et qu'il finisse du coup par s'endormir beaucoup plus tard que s'il s'était couché un peu plus tard !

"Ne le disputez pas ou ne le menacez  pas s'il ne parvient pas à s'endormir : un enfant stressé aura plus de mal à trouver le sommeil et à passer une nuit sereine, le stress étant l'un des premiers ennemis du sommeil ! Enfin, il ne faut surtout pas Isoler, exclure ou enfermer dans sa chambre son enfant la journée pour le punir, sous prétexte qu'il a eu un comportement inadapté à vos yeux. La chambre d'un enfant doit rester un lieu paisible dédié au repos, au plaisir et à la sérénité, conclut Héloïse Junier.

Autour du même sujet
  • Fatigue intense > Guide