Comment développer l'empathie chez l'enfant ?

L'empathie est une qualité indispensable chez les enfants. Si elle est innée, les parents peuvent aussi favoriser son développement. Explications avec Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, autrice du livre "Développer l'empathie chez les enfants", aux Editions Jouvence.

Comment développer l'empathie chez l'enfant ?
© 123RF / Aleksandr Davydov

L'empathie est indispensable pour les enfants, comme pour les adultes. Être empathique, c'est quelque chose d'inné, mais qui doit aussi se développer et s'entretenir. Pour encourager le développement de cette capacité chez les enfants, Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, autrice du livre Développer l'empathie chez les enfants (Editions Jouvence), livre ses conseils aux parents.

Qu'est-ce l'empathie et à quoi sert-elle ?

"L'empathie est la capacité à ressentir les sentiments, les émotions, les intentions d'une autre personne et à les comprendre", explique Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau. Elle est importante, car elle favorise les bonnes relations, et permet de savoir comment prendre soin de soi et des autres. Les personnes empathiques sont aussi souvent plus heureuses. Cette capacité va aussi mener à l'altruisme, c'est-à-dire la faculté de s'intéresser et de se consacrer à autrui sans rien attendre en retour. Aider son enfant a développer cette capacité est donc important pour lui, mais aussi pour les autres. "Diverses expériences montrent que l'empathie semble innée chez les bébés. Mais cette capacité innée peut soit être renforcée par un entourage lui-même empathique et développée afin de concerner des cercles plus larges que les "proches", soit être détruite par de la maltraitance et/ou de la négligence", explique l'autrice. L'empathie s'apprend donc en partie par imitation : si un parent est empathique envers son enfant, celui-ci développera de l'empathie envers ceux qui l'entourent.

Comment l'empathie se développe-t-elle ?

L'empathie se nourrit de l'empathie. Donc, comme le dit le psychiatre Serge Tisseron, "Plus un enfant bénéficie d'empathie de la part de ses adultes de référence, plus il développe sa capacité d'empathie, qu'il s'agisse de l'empathie pour autrui ou pour soi-même"", indique la spécialiste. Si les enfants peuvent développer cette faculté dès la naissance, c'est que "l'empathie pour le bébé est à la base des soins maternels, et irrigue toutes les pratiques de ce qu'on appelle "maternage (voire parentage) proximal" : l'allaitement, le portage, le cododo, les massages...". Toutes ces pratiques favorisent la sécrétion de l'ocytocine, une "hormone qui joue un rôle primordial dans la reconnaissance sociale, l'empathie, la sociabilité, la confiance, l'attachement...". Cependant, ce n'est pas parce qu'on ne pratique pas l'une ou plusieurs de ces choses que l'enfant ne développera jamais son empathie !

Empathie cognitive, affective... Les étapes

Comme nous le précise Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, l'empathie est innée chez les bébés. Mais différentes étapes dans son développement, vont l'amener au fur et à mesure à différents stades de la vie : 

  • L'empathie affective, la capacité d'identifier les émotions d'autrui, apparaît en premier.
  • Puis, vers l'âge de 4 ans, vient l'empathie cognitive, c'est-à-dire la capacité à se mettre intellectuellement à la place de l'autre.
  • Entre 8 et 12 ans, les enfants développent l'empathie mature, celle qui permet de se mettre émotionnellement à la place de l'autre.
  • Tout cela va permettre d'aboutir à la sollicitude empathique, qui nous incite à prendre soin du bien-être d'autrui, et qu'on peut assimiler à l'altruisme", explique l'experte.

Empathie : comment montrer l'exemple en tant que parents ?

Le développement de l'empathie passe par l'observation du comportement des parents et des autres personnes qui entourent l'enfant. Par exemple, il faut répondre aux pleurs d'un bébé. Le laisser pleurer "serait un moyen infaillible de détruire sa capacité d'empathie", explique l'autrice dans son livre. En effet, il ne faut pas oublier que les pleurs sont le seul moyen de communication des tout-petits. S'il n'est pas toujours évident de savoir à quoi ils correspondent (faim, fatigue, peur…), y répondre est en tout cas un moyen de faire comprendre à son enfant qu'on fait attention à lui, qu'il est entouré et soutenu par ses parents. Les parents peuvent donc montrer l'exemple "en étant chaleureux envers l'enfant, en reconnaissant ses émotions, en l'aidant à les reconnaître lui-même, en lui expliquant les conséquences de ses gestes sur l'autre, ce qui l'aidera à se mettre "à sa place", en étant empathique envers les autres en général". En effet, pour qu'un enfant développe sa capacité d'empathie, il faut pour commencer qu'il apprenne à reconnaître ce qu'il ressent. Il faut l'aider à mettre des mots dessus. Ensuite, il apprendra à décrypter les émotions des autres. Pour cela, on peut l'aider en lui demandant ce qu'il ressentirait à la place d'un autre enfant qui est triste ou en colère par exemple, indique la spécialiste dans son ouvrage. Les parents pourront aussi lui montrer l'exemple en consolant cet enfant, pour que le leur voit qu'elle comportement adopter dans cette situation.

L'Atelier des émotions, un livre pour développer l'empathie

Comme l'explique Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau, apprendre à reconnaître et à exprimer ses émotions est indispensable pour développer l'empathie. Pour aider les parents à accompagner les enfants dans ce chemin, le livre L'Atelier des Émotions de la philosophe Mathilde Chevalier-Pruvo, spécialiste des pédagogies, des émotions et de l'estime de soi, propose des activités créatives et des exercices pédagogiques, pour apprendre à verbaliser ou transmettre les émotions, et développer certaines capacités, dont l'empathie et la confiance en soi. L'Atelier des Émotions, Mathilde Chevalier-Pruvo (Editions Eyrolles).

Règles d'éducation