Examens et concours : les épreuves n'auront pas lieu avant fin mai

Le calendrier des concours et examens nationaux est bouleversé. Les épreuves qui n'ont pas pu se tenir ou qui doivent se tenir dans les prochaines semaines sont reprogrammées, mais elles ne pourront avoir lieu avant la fin du mois de mai.

Examens et concours : les épreuves n'auront pas lieu avant fin mai
© dolgachov-123rf

[Mise à jour du 24 mars à 14h30]. Les étudiants qui devaient passer des partiels et examens dans les prochains jours sont reportés en raison de l'évolution de l'épidémie de Covid-19. C'est ce qu'avaient déjà annoncé les ministres de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur il y a quelques jours. Une décision également motivée par les difficultés de transports et d'hébergement que peuvent rencontrer les candidats pour se rendre aux examens. Pour ne pas les léser et garantir une égalité de traitement à l'ensemble des candidats, les ministres ont décidé d'aménager le calendrier des concours et des examens nationaux.

Quand auront lieu les examens et concours ?

"Les épreuves des examens et des concours nationaux qui n'ont pas pu se tenir ou qui doivent se tenir dans les prochaines semaines seront reprogrammées à une date ultérieure, mais elles ne pourront avoir lieu avant la toute fin du mois de mai". précise un communiqué du 24 mars. Néanmoins, une exception est faite pour les épreuves écrites des concours postbac qui permettent aux étudiants d'accéder aux formations sélectives du premier cycle de l'enseignement supérieur. Celles-ci seront donc remplacées par un examen des dossiers académiques des candidats, dans le cadre de la procédure nationale de préinscription via la plateforme Parcoursup. Ainsi, les écrits des autres concours nationaux initialement programmés en avril ou en mai 2020 sont reportés à partir de la fin du mois de mai. "Cela concerne aussi bien les concours d'entrée dans les grandes écoles que ceux organisés au sein des universités pour accéder à la deuxième année des études de médecine", précise le ministère de l'Education. Quant aux concours de recrutement de l'Éducation nationale, ils devraient avoir lieu entre les mois de juin et de juillet. Ils feront l'objet d'une communication spécifique dans les prochains jours. 

Enfin, en ce qui concerne les lycéens qui passent le baccalauréat en fin d'année, le ministère de l'Education a déclaré que pour le moment, les examens du baccalauréat prévus à partir du 17 juin ainsi que le brevet, étaient maintenus.

Les examens du permis de conduire également concernés

Les jeunes qui devaient passer l'examen du permis de conduire ces prochains jours devront eux aussi se présenter à une date ultérieure. Dans un communiqué du 15 mars, la Sécurité routière a annoncé "le report sine die des épreuves de l'examen pratique du permis de conduire". Les épreuves de l'examen théorique général et de l'examen théorique "moto" ("le code") sont également interrompues jusqu'à nouvel ordre. 

Des mesures exceptionnelles pour les étudiants confinés

Frédérique Vidal a annoncé le 19 mars que des mesures allaient être prises pour soutenir les étudiants. Ainsi, les résidences universitaires gérées par les Centre régionaux d'œuvres universitaires (Crous) vont rester ouvertes pour accueillir ceux qui n'ont pas pu rejoindre leur famille, a expliqué la ministre de l'Enseignement supérieur dans un communiqué. Pour ceux qui ont quitté leur logement pour le confinement, "le préavis contractuel d'un mois ne sera pas opposable en ces circonstances", "aucun loyer ne sera mis à leur charge pour le mois d'avril", et, une fois les mesures actuelles levées, ils auront la garantie de "bénéficier à nouveau d'un de ces logements" du Crous. En outre, les dizaines de milliers d'étudiants employés dans leur résidence comme agent vacataire temporaire sont également assurés de conserver leur travail, et leur emploi sera maintenu "dans la mesure du possible, pendant toute la période de confinement". Quant à ceux employés en entreprise, ils pourront bénéficier du dispositif de chômage partiel. Enfin, pour les étudiants les plus démunis, la ministre a annoncé que la contribution de vie étudiante et de campus, versée chaque année au moment de l'inscription, pourra "dans les meilleurs délais financer des bons d'achat de première nécessité à destination des étudiants qui en ont le plus besoin". Quant à ceux qui sont engagés dans le programme Erasmus+ à l'étranger, ils pourront "conserver leur bourse tout au long de leur séjour à l'étranger jusqu'à leur retour en France". Frédérique Vidal a expliqué qu'une éventuelle interruption du séjour d'étude "ne pénalisera aucun étudiant une fois rentré en France".