Réussite scolaire : les élèves français n'ont pas confiance en eux

Une étude du Conseil d'analyse économique montre que la confiance en soi, l'estime de soi et la persévérance jouent un rôle essentiel dans l'apprentissage. Mais les élèves français sont ceux qui ont le moins confiance en leurs propres capacités.

Réussite scolaire : les élèves français n'ont pas confiance en eux
© racorn-123rf

Pour réussir à l'école, il ne suffit pas d'être intelligent et bon en maths. Selon une étude du Conseil d'analyse économique publié ce mercredi 11 octobre, "l'estime de soi, la persévérance, la confiance en soi, le sens de la coopération, le respect et la tolérance jouent un rôle central dans la capacité à apprendre et favorisent ensuite la réussite dans l'insertion professionnelle". Or, la France est en retard par rapport aux autres pays de l'OCDE. Selon les chercheurs Yann Algan, Elise Huillery et Corinne Prost, "les élèves français figurent parmi ceux qui ont le moins confiance en leurs propres capacités, sont les plus anxieux, présentent une forte défiance envers le système scolaire en général et une faible capacité à coopérer entre eux par rapport aux  autres pays". En outre, ce sont les filles qui seraient les plus concernées. Selon l'étude, "l'indice du sentiment d'anxiété des filles est près de dix fois plus élevé que celui des garçons". 

Pour améliorer les capacités des élèves, le Conseil d'analyse économique recommande d'intervenir à l'école en privilégiant les interactions entre écoliers et professeurs. La personnalisation de l'enseignement et la coopération entre les élèves sont fortement liées au développement des compétences comportementales et au bien-être à l'école permettant ainsi de favoriser la réussite scolaire des élèves, précise l'étude. Pourtant, "22 % personnalisent le travail contre 44 % en moyenne dans les pays de l'OCDE et 37 % utilisent le travail en groupe, contre 58 % au Royaume-Uni et dans les pays du Nord". Pour encourager les écoliers et leur donner envie d'apprendre, l'étude suggère de mettre en place des évaluations formatives, du CP à la 3e, plutôt que des évaluations mesurant les performances scolaires des élèves. Enfin, le Conseil d'analyse économique recommande de développer la formation initiale des enseignants sur les pratiques pédagogiques. Quant aux parents, ils ont aussi un rôle à jouer pour encourager leurs enfants et leur permettre de développer leurs compétences socio-comportementales, leur motivation et leur estime de soi.

Lire aussi