Jean-Michel Blanquer annonce les changements pour cette rentrée 2019

Le ministre de l'Education présente ce mardi les nouvelles mesures destinées à la réussite de tous les élèves. Ecole obligatoire dès trois ans, éducation au développement durable, dédoublement des classes de CP et CE1, nouveau baccalauréat... Découvrez ce qui va changer pour les écoliers de la maternelle au lycée dès la rentrée de septembre.

Jean-Michel Blanquer annonce les changements pour cette rentrée 2019
© Blondet Eliot/ABACA

Jean-Michel Blanquer présente ce 27 août les nouvelles mesures pour la rentrée scolaire 2019-2020, qui aura lieu ce lundi 2 septembre. Le projet de loi sur l'école de la confiance adopté cet été est cette année axé sur la réussite de tous les élèves. "Réussir ensemble, c'est ce qui caractérise la situation de chaque classe et école, dès la maternelle. Nous sommes engagés vers l'élévation du niveau des élèves" a affirmé le ministre de l'Education lors de la conférence de presse ce mardi. Pour y parvenir, l'abaissement de l'âge de l'instruction obligatoire à 3 ans au lieu de 6 ans est mis en place dès septembre afin de lutter contre les inégalités sociales dès le plus jeune âge. Dès le début de l'école maternelle, une visite médicale sera par ailleurs organisée pour tous les enfants de 3 à 4 ans afin de mieux repérer les éventuels troubles de santé. Les troubles de l'attention, de la coordination, de la vision, de la croissance ou de la communication seront alors dépistés lors de la seconde visite organisée, pour les écoliers de 5 à 6 ans. Jean-Michel Blanquer a également annoncé sa volonté de mieux accompagner les élèves en situation de handicap, de revaloriser le métier d'enseignant en favorisant le bien-être au travail et la formation continue, et de renforcer la maîtrise des savoirs fondamentaux (lire, écrire et compter). "Nous allons progressivement voir les progrès et nous continuons à investir en primaire avec 2300 postes créés cette année", a déclaré Jean-Michel Blanquer. Les classes de CP et CE1 continuent d'être dédoublées en Rep et Rep+ pour atteindre 300 000 élèves concernés en 2019. D'ici 2022, le dédoublement s'étendra alors aux classes de grandes sections de maternelle. Enfin, l'éducation à l'environnement est un point essentiel de cette rentrée scolaire 2019. "Nous voulons une génération d'acteurs et avons besoin d'un esprit collectif et positif. C'est pourquoi nous devons valoriser l'engagement des élèves pour l'environnement", a déclaré Jean-Michel Blanquer. On fait le point sur les changements qui attendent les écoliers, les collégiens et les lycéens dès la rentrée 2019.

L'école obligatoire dès l'âge de 3 ans : qu'est-ce que ça change ?

A la rentrée 2019, l'école devient obligatoire dès l'âge de trois ans (au lieu de 6 ans actuellement) afin d'offrir à tous les élèves les mêmes chances de réussir leur scolarité. Ainsi, l'entrée à l'école maternelle sera la première rentrée des classes de tous les enfants. "Il est important de faire de l'école maternelle une véritable école. C'est là qu'il est possible d'attaquer les inégalités à la racine et il s'agit d'un moment essentiel du parcours de l'élève", avait déclaré Jean-Michel Blanquer. L'article 2 du projet de loi sur l'école de la confiance prévoit donc l'abaissement de l'âge de l'instruction obligatoire à trois ans, ce qui signifie que tous les enfants âgés de 3, 4 et 5 ans sont concernés par l'obligation d'instruction. Néanmoins, "l'article 18 de la loi autorise, à titre dérogatoire, l'instruction d'un enfant de 3 à 6 ans dans un jardin d'enfants. Jusqu'à l'année scolaire 2023-2024, une inscription dans un jardin d'enfants est considérée comme respectant l'obligation d'instruction après déclaration préalable des personnes responsables de l'enfant à l'autorité compétente", précise le ministère de l'Education.

Le défi du développement durable à l'école

Les programmes d'enseignement évoluent cette année pour sensibiliser davantage les élèves à l'environnement. "Le Conseil supérieur des programmes a été saisi afin de mieux identifier et valoriser les éléments ayant trait au développement durable dans les programmes d'enseignement, du primaire jusqu'au lycée, et notamment dans les voies technologique et professionnelle dans lesquelles tous les diplômes devront prendre en compte cette problématique", précise le ministère de l'Education. Les enseignants et personnels d'encadrement seront également formés à ces enjeux éducatifs pour "faire de l'éducation le fer de lance de l'environnement", a ajouté Jean-Michel Blanquer. Ainsi, les notions de de transition écologique, de biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique sont pour la première fois intégrées dans le code de l'éducation.

Une scolarité sans harcèlement

L'article 5 de la loi pour une école de la confiance inscrit "le droit à une scolarité sans harcèlement comme un principe du droit à l'Éducation". En reconnaissant la gravité de cette forme de violence à l'école, cet article revêt une valeur symbolique pour les élèves qui en sont victimes chaque année. "Cette disposition entend également accroître la vigilance de tous les personnels, comme de tous les élèves, sur cette problématique. En sensibilisant davantage la communauté éducative, elle participe de l'arsenal de prévention déjà développé par le ministère sur le terrain. La loi n'est donc pas une finalité mais un nouveau point d'appui pour agir ; tout l'enjeu étant de rendre ce nouveau droit effectif", assure le gouvernement, qui fait de cette rentrée 2019 une priorité ministérielle contre le harcèlement scolaire. Par ailleurs, le ministère de l'Education a récemment annoncé 10 nouvelles mesures pour amplifier les actions menées avec notamment, l'amélioration de la formation au repérage du harcèlement et aux méthodes de médiation. "Dans ce cadre, un programme anti-harcèlement sera progressivement déployé dans les écoles et collèges qui le souhaitent ; il comprend notamment des outils pédagogiques, la formation d'une équipe dédiée à la prise en charge des situations de harcèlement et un kit d'information à destination des parents d'élèves", ajoute le ministère.

Un plan pour lutter contre les violences à l'école

Le ministre de l'Education entend mettre fin aux violences au sein des établissements scolaires. Un "référent violence" sera alors nommé auprès des inspecteurs d'académies. Quant aux élèves perturbateurs, ces derniers pourront être envoyés (sans l'autorisation des parents) dans des structures spécialisées. "Il pourra aussi être proposé aux familles d'envoyer un élève (les poly-exclus) dans un internat tremplin" précise Jean-Michel Blanquer. "Nous voulons responsabiliser les familles et ce protocole d'accompagnement sera signé entre l'inspecteur d'académie et les parents pour s'entendre sur les lois et les moyens de remettre l'enfant sur le droit chemin", a-t-il ajouté. Il s'agit ainsi d'un suivi très personnalisé pour chaque élève, mais ce protocole ne sera pas mis en place brutalement, tient à rassurer le ministre, "il a une visée éducative". Enfin, pour assurer la sécurité des élèves aux abords des établissements, les équipes de police seront renforcées.

Mieux accompagner les élèves en situation de handicap

"L'égalité des chances passe aussi par la scolarisation des élèves en situation de handicap", a affirmé Jean-Michel Blanquer ce mardi. Cette année, 4 500 postes d'accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) seront créés afin de mieux prendre en charge les demandes des familles et de s'adapter à leurs besoins. Des cellules d'écoute permettront notamment de répondre aux parents en 24h. 

Un nouveau baccalauréat

La réforme du bac entraîne de nombreux changements pour les lycéens. Concrètement, le baccalauréat va évoluer de manière à mieux préparer les élèves à leur orientation et favoriser leur réussite dans l'enseignement supérieur. Il contiendra uniquement quatre matières obligatoires (trois épreuves écrites et un oral), avec l'introduction d'un contrôle continu tout au long de l'année qui comptera pour 40% de la note finale. Même si ce nouveau bac ne sera appliqué qu'en 2021, les élèves de seconde sont les premiers concernés et doivent déjà choisir leurs spécialités, puisque ce sont eux qui passeront cette nouvelle version du bac. Ils bénéficient également d'un accompagnement personnalisé et de 54 heures consacrées à leur orientation, pour mieux les aider à choisir la filière professionnelle qui leur convient. "De nouvelles disciplines comme les sciences informatiques ou encore les sciences politiques et géopolitiques leur offrent une plus grande liberté de choix et une diversité de combinaisons qui leur permettront de se préparer davantage aux réussites post-bac", a précisé Jean-Michel Blanquer.

L'amélioration de la formation des enseignants

"Le nom des écoles chargées de la formation initiale des enseignants, les Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) devient les Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l'éducation (INSPE)", précise le ministère. Selon le gouvernement, les formations initiales présentaient des inégalités d'une région à l'autre. L'objectif est donc d'homogénéiser l'offre de formation sur l'ensemble du territoire, et de renforcer la formation des professeurs.

Drapeau français et Marseillaise

Les députés ont adopté un amendement d'Eric Ciotti (député LR) qui prévoit de rendre obligatoire la présence du drapeau tricolore bleu, blanc rouge, et du drapeau européen dans chaque classe ainsi que les paroles du refrain de l'hymne national. "Je me félicite du vote de mon amendement rendant obligatoire le drapeau français dans chaque classe de chaque école de France. Les valeurs et symboles de la République appartiennent à tous les Français, ils doivent pouvoir se les approprier dés le plus jeune âge" avait-il déclaré. Cette nouvelle mesure pourrait donc être appliquée dans les établissements du premier et du second degré, publics ou privés sous contrat, sous forme d'affiches. Ils incluront donc l'hymne nationale ainsi que la devise "Liberté, égalité, fraternité".

Les autres changements de la rentrée des classes : 

Jean-Michel Blanquer annonce les changements pour cette rentrée 2019
Jean-Michel Blanquer annonce les changements pour cette rentrée 2019

Sommaire Ecole obligatoire à 3 ans Développement durable Harcèlement scolaire Violences à l'école Ecole et handicap Un nouveau baccalauréat Formations des professeurs Drapeau français, Marseillaise Jean-Michel...

Education