Les secrets de Valérie Trierweiler

Compagne de François Hollande pendant huit ans, élégante mère de trois adolescents à la classe naturelle et au charme ravageur, cette grande et belle femme est désormais célibataire... mais savez-vous vraiment tout sur Valérie Trierweiler ?

Valérie Trierweiler ne trépignait pas d'impatience à l'idée de devenir première dame, rechignait même à poser ses valises à l'Elysée. Indépendante farouche, elle aurait préféré rester dans son appartement du 15e arrondissement. Là où elle "remplit le frigo et fait des lessives pour se déstresser". Selon RMC, elle a finalement emménagé sous les ors de la République pour des raisons de sécurité...

Des origines modestes

Née en 1965 à Angers, cinquième d'une famille de six enfants, Valérie Massonneau grandit dans un milieu désargenté. Son père, qui a perdu une jambe, subvient aux besoins du foyer grâce à sa pension d'invalide de guerre. Lorsqu'il décède, sa mère prend le relais et travaille comme hôtesse d'accueil à la patinoire de la ville. Mais n'allez pas vous apitoyer sur son enfance: "Je ne suis pas Cendrillon et je n'ai pas le parcours d'une arriviste non plus ! J'ai travaillé dans le même journal pendant vingt-deux ans sans avoir progressé dans la hiérarchie et ça me va ! Aujourd'hui, je connais la valeur des choses", a-t-elle confié.

Amour clandestin 

Un DESS de science politique en poche, la jeune rédactrice entre à Paris Match. C'est là qu'elle rencontre Denis Trierweiler, collaborateur du magazine et surtout traducteur des philosophes allemands avec qui elle a trois garçons. C'est dans ce même contexte professionnel qu'elle croise François Hollande. Elle a 23 ans, lui 34. Le député de Corrèze et conseiller de François Mitterrand entretient alors avec la journaliste une relation décontractée et confiante. En 2005, année de l'arrivée de Valérie Trierweiler à la chaîne Direct 8, les sentiments d'amitié se muent en "passion".

Une manipulatrice ?

En 1992, Valérie Trierweiler co-signe dans Paris-Match une interview de la jeune ministre, Ségolène Royal, qui vient d'accoucher de Flora, son quatrième enfant avec son compagnon François Hollande. Un grand moment de peopolitique. Valérie Trierweiler ne laissera pas dire qu'elle aurait noué là une "complicité d'intrigante": "Ma consœur, chef du service people de "Match", est allée à la maternité, pas moi. L'interview s'est faite par fax et via l'attachée de presse. C'est tellement plus romanesque de me faire aller à la maternité... Il faut s'en tenir aux faits !", conclut Valérie Trierweiler -dont les relations avec l'élue de Poitou-Charentes restent, de notoriété publique, extrêmement tendues. "Chacune à sa place. Moi, je suis la femme du politique, elle est la femme politique. Il n'y a aucune concurrence entre nous", se défend la première dame.

Un sacré tempérament

On la surnomme "duchesse" ou "princesse aux petits pois", elle s'en contrefiche. "On me dit parfois froide (...) Je suis franche et j'aime qu'on le soit avec moi", répond celle qui aurait giflé un confrère à la suite d'une remarque sexiste. Un caractère tel qu'un député UMP, Lionnel Luca, a cru bon de l'affubler du patronyme de "Rottweiler". Heureusement, certains détails, savamment distillés, adoucissent l'image d'une maîtresse-femme qui pourrait passer pour cassante.

Une femme drôle 

"Avec elle, on se marre bien. C'est quelqu'un qui sait rire et peut être très chaleureux", a confié au Figaro Mikaël Guedj qui a présenté avec elle l'émission Politiquement Parlant pendant 4 ans.

D'autres confidences, notamment aux magazines Elle et Femme Actuelle, nous permettent de mieux cerner sa personnalité. Inventaire à la Trierweiler...

Ses modèles : Sa mère... et l'opposante birmane Aung San Suu Kyi.

Un couple politique qui l'inspire : Les Pompidou, "qui vivaient un amour véritable avec une grande complicité".

Ses coups de cœur culturels : Tennessee Williams, Régis Jauffret, Eric Reinhardt, Guy Bedos, Michel Fugain, Benjamin Biolay... Derrière la littéraire, se cache une midinette qui a adoré le film Cloclo. Valérie Trierweiler apprécie aussi le cinéma populaire d'Etienne Chatiliez et les romans de Marc Lévv.

Initiales B.B : Malgré ses faux airs de Katharine Hepburn, c'est "Brigitte" que son frère la surnomme, depuis qu'à 5 ans, on lui a trouvé un minois de poupée à la môme Bardot.

Une conseillère : Valérie Trierweiler bénéficie des lumières de Nathalie Mercier, ex-Euro-RSCG, ex-membre de l'équipe du candidat Jospin en 2002 et grand-prêtresse du très chiraquien Musée des Arts Premiers.

Un produit de maquillage : Le rouge à lèvres, pour une bouche rouge, rose ou corail, mais toujours habillée de couleur.

Un loisir : La natation, jusqu'à deux kilomètres par jour.

Une recette: La purée de carottes au gingembre, qu'elle maîtrise sur le bout des doigts.

Une anecdote : La veille du débat de l'entre-deux-tours, Valérie Trierweiler a assisté au spectacle de l'humoriste Stéphane Guillon avec la députée Aurélie Filippetti.

Ses incontournables Mode: Les cache-cœurs, les coupes longues, les grosses lunettes de soleil, le noir et blanc... 

Une manie : Ecouter France Info à longueur de journée.

Ses accessoires : son iPhone et son vélo avec lequel elle circule dans Paris

Ses dimanches : Plateau-télé devant le JT puis un bon film en DVD.

Une fleur : Le lilas et la glycine.

Lire aussi :

Les secrets de Valérie Trierweiler
Les secrets de Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler ne trépignait pas d'impatience à l'idée de devenir première dame, rechignait même à poser ses valises à l'Elysée . Indépendante farouche, elle aurait préféré rester dans son appartement du 15e arrondissement. Là où elle...