Prince Andrew : son accusatrice raconte... "Il m'a léché les pieds"

Accusé d'agressions sexuelles, le prince Andrew continue de faire des vagues. Tandis qu'il refuse de collaborer avec le FBI, son accusatrice a raconté des détails scabreux…

Prince Andrew : son accusatrice raconte... "Il m'a léché les pieds"
© Prince Andrew à Bruges en 2019 par Brady Jonathan/PA Wire/ABACA

Depuis qu'il fait l'objet d'accusations d'agressions sexuelles, le prince Andrew est mis au ban de la famille royale. Une situation qui ne semble pas motiver le fils préféré de la Reine à faire profil bas. Pire encore. D'après des révélations du Mirror, le prince qui est accusé de viol par Virginia Guiffre ne serait pas disposé à collaborer avec le FBI dans le cadre de l'enquête sur les crimes sexuels de Jeffrey Epstein et sa conjointe Ghislaine Maxwell. Il s'était pourtant engagé à aider la justice, mais l'ex-époux de Sarah Ferguson, désormais déchu de tous ses titres militaires, aurait tout bonnement changé d'avis.

"Andrew n'a pas l'intention de parler aux autorités américaines. Il n'a rien à dire et rien à ajouter. Il ne voit aucune raison de le faire et maintenant que son cas a été réglé avec Virginia Giuffre, il considère que l'affaire est réglée", a confié une source proche du Palais, interrogée par le Mirror.

Prince Andrew : une affaire réglée à l'amiable

Virginia Giuffre est la première femme à avoir levé le voile sur le réseau de prostitution mené par Jeffrey Epstein et sa compagne, Ghislaine Maxwell. Elle avait également dénoncé certains agissements du prince Andrew qui se seraient produits alors qu'elle était encore mineure. Depuis ces différentes accusations, Jeffrey Epstein avait été retrouvé mort en 2019, pendu dans la cellule de la prison fédérale de Manhattan où il est incarcéré. Le 28 juin dernier, Ghislaine Maxwell, à quant à elle était condamnée à 20 ans de prison pour trafic sexuel de mineures.

De son côté, le prince Andrew a finalement réglé l'affaire dans laquelle il était impliqué à l'amiable. L'homme de 62 ans a versé la somme de 12 millions de livres sterling (plus de 14 millions d'euros, ndlr) à son accusatrice. Mais pour les avocats des victimes, l'histoire est loin d'être finie. "L'affaire civile de Virginia ne devrait être qu'un début. Toute personne associée à Epstein et Maxwell devrait faire l'objet d'une enquête approfondie. Nous demandons au FBI d'enquêter pleinement sur le prince Andrew".

"Le duc d'York a au moins trois fois cette année offert son aide en tant que témoin"

Ce n'est pas la première fois que le prince Andrew refuse de collaborer avec la justice américaine. En janvier 2020, le procureur américain du district sud de New York avait déclaré: "À ce jour, le prince Andrew n'a fourni aucune coopération."

Mais côté défense, les avocats du prince Andrew tiennent un tout autre discours. "Le duc d'York a au moins trois fois cette année offert son aide en tant que témoin au DoJ. Malheureusement, le DoJ a réagi aux deux premières offres en violant ses propres règles de confidentialité et en affirmant que le duc n'a offert aucune coopération. Ce faisant, ils recherchent peut-être de la publicité plutôt que d'accepter l'aide offerte", ont-ils affirmé.

Virginia Giuffre : "Il a commencé à me lécher les pieds…"

A l'heure où Virginia Giuffre s'apprête à publier un livre choc, l'attitude du duc d'York risque d'alimenter le scandale. Et pour cause, l'Américaine de 38 ans, qui accuse le prince Andrew d'agression sexuelle, y révèle des détails sordides sur les faits présumés qui se seraient produits lorsque la jeune femme avait 16 ans.

"Il m'a touché les seins, les fesses. Il n'était pas mon type mais j'avais été entraînée à ne pas montrer mes émotions et à faire ce qui était attendu." Et de poursuivre : "Il a commencé à me lécher les pieds… ce furent les dix minutes les plus longues de ma vie", raconte-t-elle dans l'ouvrage. Un témoignage qui ne devrait pas aider le prince Andrew a retrouver grâce aux yeux de sa majesté la Reine…