Benjamin Azoulay, chirurgien dénoncé par les stars de TV-réalité : "Il y a des matins où j'ai la tête en vrac..."

Luna Skye, des Marseillais, a failli mourir après des injections au fessier. Influenceuses ou anonymes, elles sont plusieurs à proférer de graves accusations contre le chirurgien Benjamin Azoulay. "Nez collé à l'os", "douleur intense", "séquelles physiologiques et psychologiques": le médecin star a répondu à ces allégations dans TPMP.

Benjamin Azoulay, chirurgien dénoncé par les stars de TV-réalité :  "Il y a des matins où j'ai la tête en vrac..."
© Benjamin Azoulay - TPMP - Capture d'écran

Benjamin Azoulay est LE chirurgien le plus réputé dans le monde de la téléréalité française. Les starlettes se l'arrachaient toutes et, avec plus de 57 000 abonnés Instagram à son actif, les rendez-vous continuaient de pleuvoir à flots... mais aujourd'hui, six femmes pointent le médecin du doigt et dénoncent des opérations ratées. "Il faut l'arrêter", ont-elle déclaré auprès du Parisien. Entre 2014 et 2022, celles-ci auraient subi de graves complications sur leurs opérations de chirurgie esthétique. 

Benjamin Azoulay, sanctionné par l'Ordre des médecins

La réputation de Benjamin Azoulay en prend un coup pour la première fois en 2017, lorsqu'il est sanctionné par l'Ordre des médecins de deux ans d'interdiction d'exercer dont un avec sursis. La raison? Le chirurgien star aurait "violé le secret médical et déconsidéré la profession" en acceptant que les interventions de plusieurs starlettes soient filmées "sans cacher l'identité ni les visages".

En février 2022, rebelote. Le chirurgien est sanctionné pour le même motif par la chambre disciplinaire de première instance d'Île-de-France. Cette fois, son interdiction d'exercer ne s'étend que sur un mois. 

Luna Skye a frôlé la mort : elle accuse Benjamin Azoulay 

Mais dernièrement, c'est surtout l'intervention ratée de la célèbre star des Marseillais, Luna Skye, qui a fait grand bruit. La jeune femme de 26 ans, qui avait confié à Benjamin Azoulay la mission de lui galber son fessier à l'aide d'injections d'Hyacorp, un gel d'acide hyaluronique, a failli en mourir. Loin de rester silencieuse, l'influenceuse a raconté son calvaire à ses abonnés. Atteinte d'un staphylocoque et d'une septicémie, elle avait effectué pas moins de huit séjours à l'hôpital, dont deux ont failli être fatals. 

Qu'est-ce qui a pu provoquer ces complications? "L'IRM a montré que le docteur Azoulay m'avait injecté du produit dans les muscles", a expliqué Luna Skye au Parisien. Une pratique totalement "déconseillée", a assuré Éric Plot, membre de la Société française des chirurgiens esthétiques plasticiens (Sofcep). Et de préciser: "Il y a un risque d'embolie qui peut être mortelle".

Luna Skye : "Il m'a injecté dans une chambre"

En outre, les conditions d'hygiène dans lesquelles ont été réalisées la procédure auraient été plus que critiques, selon l'influenceuse. "C'était en juin 2021, lors d'un anniversaire dans une villa à Dubaï. Le docteur était parmi les invités, je ne le connaissais pas. Le lendemain, il devait faire des injections à une amie. Il lui restait du produit, il m'en a proposé. J'ai hésité, le lieu n'était pas stérile mais il répétait qu'il n'y avait aucun risque. Il m'a injecté dans une des chambres", s'est souvenue la star des Marseillais auprès du quotidien local. Aujourd'hui, Luna Skye n'est toujours pas complètement sortie d'affaire.

Emilie Amar, accro aux médicaments depuis son opération

Emilie Amar, ancienne candidate des Anges, dénonce également des complications pour la même intervention que Luna Skye. De surcroît, elle affirme qu'à cause de son infection, elle est devenue accro aux corticoïdes. Le chirurgien lui aurait envoyé des ordonnances de médicaments à distance, sans la voir en consultation au préalable.

Les deux starlettes ont décidé de faire appel à un avocat. "Soit on tombe sur une solution à l'amiable, soit on désignera un expert judiciaire. Elles ont chacune des séquelles physiologiques et psychologiques", a détaillé au Parisien Me Jean-Louis Saves, spécialiste en réparation corporelle et indemnisation des victimes. Toutes deux ont été prises en charge par celui qu'elles nomment leur "sauveur", le professeur Michael Atlan, à l'hôpital Tenon, dans le XXe arrondissement de Paris.

Benjamin Azoulay, accusé d'avoir été "stone" au bloc

D'autres patientes, méconnues du public, dénoncent elles aussi des complications. Cindy, 26 ans, avait été opérée du nez par le docteur Benjamin Azoulay.... puis se serait retrouvée avec une narine de travers! Pour corriger le souci, elle s'est rendue en Tunisie. Son médecin "n'en revenait pas". "La peau de mon nez était collée à l'os", a-t-elle expliqué.

Quant à Léa, 28 ans, elle avait voulu réduire les petites lèvres de sa vulve... Mais a fait une hémorragie le lendemain de l'opération. Le chirurgien est revenu la voir. "Quand il est arrivé, il était complètement stone. Dans ma chambre, il m'a enlevé les points de suture sans anesthésie et il a appuyé fort sur les caillots de sang pour tout faire sortir. Ensuite, il a refermé et fait de nouveaux points, toujours sans anesthésie", s'est-elle souvenue.

Éric Plot, membre de la Sofcep, a tempéré: "Quand on peut, on essaie de faire autrement. Mais c'est une pratique qui n'est pas condamnable". Mais Léa, elle, se souvient d'une douleur horriblement "intense". "À la fin, il m'a dit : Vous avez été courageuse. J'avais envie de lui mettre mon poing dans la figure. Je me suis demandé comment un chirurgien pouvait infliger une telle souffrance", 

Benjamin Azoulay répond aux accusations dans TPMP

Interrogé par Le Parisien, Benjamin Azoulay pointe du doigt une "vendetta" contre lui. Puis, le chirurgien de 41 ans conçoit: "Je ne fais jamais l'autruche. Je ne suis pas Dieu. Cela fait partie du métier. Il n'y a pas un chirurgien qui n'a pas connu de complications dans sa carrière". Il affirme avoir opéré plus de 6000 patientes en 15 ans de carrière et nie avoir opéré dans des conditions d'hygiène déplorables. "J'attaquerai toute personne qui osera porter atteinte à ma réputation", a-t-il assuré.

Quant à celles qui l'accusent d'avoir été "stone" au bloc, Benjamin Azoulay balaie leurs allégations d'un revers de main. Sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste, il a assuré, le 5 mai: "Je me lève le matin très tôt, puisque j'ai choisi un métier où j'opère à 7h30 tous les jours, je finis à 21h en moyenne le soir, donc oui forcément, il y a des matins où j'ai la tête en vrac (...) Je ne suis pas toujours frais, ça veut dire que j'ai une tête fatiguée, que je marque, j'ai des cernes, etc. Mais est-ce que j'irais opérer dans un état second ? (...) Ce sont des propos qui sont calomnieux".