Macron, "claqué" par la Covid, fête son anniversaire loin de Brigitte

Chargement de votre vidéo
"Macron, "claqué" par la Covid, fête son anniversaire loin de Brigitte"

Isolé à la résidence de la Lanterne, Emmanuel Macron fête ses 43 ans le 21 décembre. Le chef de l'État aurait une "version assez forte du Covid", selon un proche, et souffrirait de sa séparation avec Brigitte Macron. Sombre anniversaire...

[Mis à jour le lundi 21 décembre à 13h05] Un anniversaire bien sinistre... Emmanuel Macron fête ses 43 ans le 21 décembre, malade confiné et isolé à la résidence présidentielle de la Lanterne. Testé positif à la Covid-19 le 17 décembre, le président de la République serait particulièrement affaibli selon les confidences de l'un de ses proches au Journal du Dimanche. "Il a une version assez forte du Covid, avec courbatures, maux de tête, nez pris. Il est vraiment claqué", lit-on. Quelques jours plus tôt, le sénateur LAREM André Gattolin avait toutefois précisé, sur LCI : "Il n'est pas terrassé. Il a simplement des poussées de fièvre et des courbatures sur le plan physique".

En outre, le chef de l'État est loin de son épouse Brigitte Macron, dont il est pourtant inséparable. Cas contact mais testée négative, la première dame a dû rester isolée à l'Elysée. "D'habitude, dans la semaine, il y a toujours des moments consacrés à Brigitte, pendant lesquels il pose son téléphone. Mais là, Brigitte n'est pas là, donc il ne doit pas souvent poser son téléphone", a ajouté le proche d'Emmanuel Macron au JDD

En ce jour d'anniversaire un peu particulier, Emmanuel Macron a présidé en visioconférence le dernier Conseil des ministres de l'année.

La chancelière allemande Angela Merkel a eu une petite pensée pour son homologue français et lui a "transmis quelques remèdes de grand-mère pour se soigner", selon le JDD.

Concernant son état de santé, le président de la République se voulait rassurant, dans une vidéo postée sur Twitter le 18 décembre. "Il n'y a normalement pas de raison que cela évolue mal, mais je fais l'objet d'une surveillance médicale et je vous en rendrai compte de manière totalement transparente", avait-il assuré.

Emmanuel Macron : ses "symptômes réels"

Le 18 décembre, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait confirmé que le président de la République avait "les symptômes réels de la maladie".

Toutefois, "pas d'inquiétude à avoir sur son suivi". Il est suivi de très près par un médecin du service de santé des Armées et est entouré d'une équipe de médecins. 

Le chef de l'État s'est isolé à la résidence présidentielle de la Lanterne, située à Versailles dans les Yvelines. Si son état de santé se dégradait dans les prochains jours, Emmanuel Macron serait pris en charge à l'hôpital militaire de Percy. "La transparence sera la règle", a ajouté Gabriel Attal, avant de préciser qu'un "tracing de ses cas contacts" avait été "organisé immédiatement".

Quant à Brigitte Macron, en septaine à l'Elysée, "elle effectuera un nouveau test dans les prochains jours et reste à l'isolement. Elle poursuit ses activités en visioconférence", a expliqué le cabinet de la première dame.

Le 17 décembre, le chef de l'État a participé à la conférence nationale humanitaire en visioconférence. Visiblement assez faible, il portait un masque et ne s'est pas exprimé sur son état de santé.

Macron, contaminé à la Covid-19 : l'annonce qui a chamboulé le sommet de l'État

Le chef de l'État avait présenté des symptômes dans la nuit du 16 au 17 décembre et a décidé de faire un test PCR le lendemain. Le président de la République, infecté, doit s'isoler pendant 7 jours et s'est déclaré comme positif sur l'application TousAntiCovid, selon BFM TV.

Il continuera toutefois de travailler à distance et son agenda sera réorganisé en conséquence. Il a par exemple annulé son voyage officiel au Liban, où il devait se rendre les 22 et 23 décembre. 

Le Premier ministre Jean Castex a été testé négatif à la Covid-19, après avoir été considéré comme cas contact. Il devra faire un autre test et doit resté isolé.

Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne, et le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, ont été placés à l'isolement après avoir été considérés comme cas contact.
Toutefois, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, et Olivier Véran, ministre de la Santé, n'ont pas été considérés comme cas contact.

Emmanuel Macron, contaminé au sommet européen de Bruxelles ?

Emmanuel Macron "aurait été contaminé lors du sommet européen de Bruxelles jeudi et vendredi", a affirmé à l'AFP une source proche de l'exécutif. La chancelière allemande Angela Merkel ainsi que le président du conseil européen Charles Michel étaient présents au sommet, entre autres.

Ce dernier a été mis à l'isolement par sécurité, tandis que la chancelière allemande, qui affirme être en forme, a été testée négative quelques jours après le sommet, a révélé une porte-parole.

Trump, Boris Johnson... quels dirigeants ont été contaminés au coronavirus ?

Rappelons qu'Emmanuel Macron est loin d'être le premier dirigeant à avoir été contaminé au coronavirus. En mars, le Premier ministre britannique Boris Johnson avait également été touché. En avril, le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a été touché par la Covid-19. En juin, ce sont Nikol Pachinian, Premier ministre arménien, et Juan Orlando Hernandez, président du Honduras, qui ont dû être placés à l'isolement.

En juillet, ce fut au tour du président brésilien Jair Bolsonaro d'être infecté à la Covid-19, suivis de Jeanine Áñez, ex-présidente de la Bolivie, le dirigeant de la Biélorussie Alexandre Loukachenko, et Alejandro Giammattei, président du Guatemala.

Donald Trump a, lui, été contaminé en octobre, tout comme le président de la Pologne Andrzej Duda, et le chef du gouvernement bulgare Boïko Borissov. Enfin, le président de l'Algérie Abdelmadjid Tebboune a été infecté au virus en novembre.

François Bayrou et Christophe Castaner : leur dîner à risques avec Macron

Selon Le Point, le 16 décembre au soir, une dizaine de membres de LREM et du MoDem, dont François Bayrou et Christophe Castaner, étaient en compagnie du président de la République autour d'un dîner. Jean Castex était également de la partie.

 "Il était en forme et ne présentait aucun symptôme, il n'y avait pas un seul indice qu'il pouvait être malade ! On n'en a même pas parlé", a expliqué au magazine l'un des participants au dîner. 

Et d'ajouter : "On était dans la salle des fêtes de l'Elysée et la table faisait 15 mètres de long, on était tous à trois mètres les uns des autres avec des micros et des masques, sauf pendant le repas bien sûr".

Brigitte Macron, cas contact

Quant à son épouse Brigitte Macron, elle a été désignée cas contact et doit être également placée à l'isolement, bien que le résultat de son test était négatif dans l'après-midi du 17 décembre. Elle avait déjà été cas contact en octobre

Le 16 décembre, la première dame s'était rendue à l'hôpital Saint-Louis, à Paris, avec Olivier Véran, afin de rendre visite à de jeunes patients atteints du cancer. Avant cette visite, elle s'était fait tester le 15 décembre, mais les résultats étaient négatifs.

Qui Macron a-t-il côtoyé ces derniers jours ? 

Outre Brigitte Macron et les politiques présents au dîner du 16 décembre à l'Elysée, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a déjeuné avec le président de la République le 14 décembre. Il a donc annulé tous les rendez-vous qui figuraient sur son agenda, après l'annonce de la contamination d'Emmanuel Macron. Il a été considéré comme cas contact.

Le 14 décembre, il avait même participé à la convention citoyenne sur le climat en compagnie de la ministre de la Transition Écologique Barbara Pompili et de membres d'ONG comme WWF ou Green Peace.

Le 15 décembre, Emmanuel Macron a déjeuné avec les présidents de groupes de l'Assemblée nationale. Jean-Luc Mélenchon, qui était présent, n'a toutefois pas été considéré comme cas contact. De surcroît, le chef de file des Insoumis a montré une copie de son test PCR effectué le 16 décembre, qui est négatif.

Le conseil des ministres ayant traditionnellement lieu le mercredi, le chef de l'État aurait côtoyé plusieurs membres du gouvernement la veille des résultats de son test. 

Ce jour-là, il a également rencontré à l'Elysée le Premier ministre portugais, Antonio Costa, avec qui il a même déjeuné. Ce dernier a été placé à l'isolement.

Richard Ferrand, cas contact, s'isole en urgence

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand est également cas contact du président de la République. 

Alors que le député du Finistère participait à la session budgétaire au Conseil régional de Bretagne, il s'est vu dans l'obligation de quitter précipitamment l'hémicycle régional.

Fin octobre, au micro de France Inter, le président de l'Assemblée nationale avait déclaré : "Si on est malade c'est qu'on n'aura pas fait aussi attention que nécessaire(...)Nous devons être en grande vigilance(...). Ce n'est pas une question de faute, c'est une question de responsabilité".

Jean Castex, remplacé par Olivier Véran

Jean Castex devait intervenir au Sénat afin d'y présenter le plan de vaccination, le 17 décembre. Mais le Premier ministre étant isolé, c'est le ministre de la Santé Olivier Véran qui le remplace.

Et si... Emmanuel Macron décédait du coronavirus ?

Rappelons que le chef de l'État est âgé de 42 ans (il aura 43 ans le 21 décembre). Le risque de développer une forme grave du coronavirus à cet âge reste relativement rare.

Mais que se passerait-il si le président de la République venait à mourir du coronavirus ? De nouvelles élections seraient organisées afin d'élire un nouveau chef de l'État, "vingt jours au moins et trente-cinq jours au plus après l'ouverture de la vacance ou la déclaration du caractère définitif de l'empêchement", lit-on dans l'article 7 de la Constitution.