Déplacements, Attestations, Réunion de famille, Dîner... : le point sur vos fêtes de fin d'années

Petit comité à 6 ou 10, table en visio, train, sapin… À quoi peut-on s'attendre pour le Réveillon de Noël et celui de la Saint-Sylvestre qui seront forcément affectées par la situation sanitaire ? Voilà à quoi pourraient ressembler vos fêtes.

Déplacements, Attestations, Réunion de famille, Dîner... : le point sur vos fêtes de fin d'années
© UGO AMEZ/SIPA

"Une chose est sûre, on ne dira pas aux Français de manger des parts de dinde individuelle en barquette, en parlant à leur famille par visioconférence", aurait déclaré Emmanuel Macron en conseil de défense, selon Le Parisien.
Alors, fêtes confinées ou déconfinées ? La question n'est toujours pas tranchée. À l'approche des fêtes de Noël et du Réveillon, elle se fait pourtant plus pressante dans l'esprit des Français. Actuellement, trois pistes de réflexion seraient sur le bureau du Président. "Un aménagement des règles en vigueur", un "assouplissement" ou "un retour à une certaine normalité", a énuméré le Parisien ce mercredi 18 novembre. "Une chose est sûre : on ne dira pas aux Français de manger des parts de dinde individuelle en barquette, en parlant à leur famille par visioconférence", a confié un ministre anonyme à nos confrères. Alors : à quoi nos fêtes de fin d'année risquent-elles de ressembler ?

Les réunions familiales seront-elles autorisées pour Noël ?

"Il sera sans doute possible de se retrouver avec les siens mais il ne sera pas raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes, à plusieurs dizaines de personnes", indique le Gouvernement sur son site. Le programme qui se profile donc ? Des fêtes de fin d'année en tout petit comité. La situation sanitaire a même poussé 53 % des Français à envisager d'annuler leurs célébrations familiales. Pour beaucoup, Noël 2020 risque de rimer avec visioconférence ou diner entre les membres d'un seul et même foyer.

Et quand est-il du Nouvel An ?

Même programme pour le 31 décembre. Si on peut espérer que la seconde vague soit passée, pas question d'être trop nombreux à se serrer dans un seul et unique endroit.  "Je pense que pour le Nouvel An, il y aura une jauge en termes de nombre de personnes", a confié Dr. Martin Blachier sur le plateau de Pascal Praud ce 16 novembre, avant d'évoquer un quota de d10 convives.

Pourra-t-on acheter de bons repas pour les fêtes de fin d'année ?

Les commerces alimentaires faisant partie de la liste des commerces essentiels, leur fermeture n'a jamais été à l'ordre du jour. Et pourtant : les producteurs s'adaptent à la situation sanitaire. Moins de convives se traduit pour eux en moins de quantité produite ! Une donne qui ne devrait pourtant pas vous empêcher de trouver votre bonheur.

Sera-t-il possible de prendre le train ?

Interrogé à ce sujet, le premier ministre, Jean Castex, s'est contenté de répondre que, pour l'heure, il était "encore trop tôt pour répondre à cette question". "Très vite, en fonction des données sanitaires, nous pourrons apporter une réponse claire à cette question, pour que les Français puissent s'organiser dans des délais raisonnables", a-t-il ajouté.

Toujours est-il que la vente des billets de train pour la période des fêtes a déjà commencé sur le site de la SNCF. "Si la situation sanitaire le permet, l'offre des trains devrait être normale", a également précisé pour Europe 1, Jean-Pierre Farandou, le PDG de la SNCF. Et le Secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari a, lui-même, confirmé sur BFM-TV qu'à compter de la mi-décembre et jusqu'au 4 janvier "100% des trains" devraient circuler.

Et qu'en est-il de l'avion ?

Les avions n'ont jamais arrêtés de voler. Pour autant, des consignes sanitaires strictes s'appliquent à chaque décollage et chaque atterrissage. Les passagers doivent, en effet, se faire tester à leur départ ou à leur arrivée. Rien n'empêche, pour autant, les Français installés à l'étranger de regagner l'Hexagone s'ils le souhaitent.

Pourrons-nous acheter un sapin ?

La réponse est oui ! Comme toutes les autres années, vous pourrez garnir votre salon d'un arbre de Noël puisque leur vente est autorisée depuis le 20 novembre. "Vous aurez les lieux habituels, dans lesquels la vente sera organisée, beaucoup de lieux sont déjà ouverts, je pense aux grandes surfaces, je pense aux magasins de bricolage, aux jardineries. S'agissant des fleuristes [...], la vente à l'extérieur, là aussi, pourra être organisée", a expliqué le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, sur RMC le 17 novembre.

Pas sûr pour autant que vous puissiez l'habiller de toutes nouvelles décorations de Noël. Leur vente n'étant, pour l'heure, pas autorisées.

Pourra-t-on acheter des cadeaux de Noël ?

Il est d'ores et déjà possible d'acheter ses cadeaux de Noël chez certains commerçants qui pratiquent le Click and Collect. Pour rappel, ce système permet aux clients de commander les articles souhaités de chez eux avant de venir les chercher à l'enseigne.

Pour autant, de nombreux Français ont choisi de privilégier cette année les achats en ligne. À noter qu'une autre partie de la population préfère, elle, attendre que les magasins ouvrent de nouveaux leurs portes. Une réouverture qui serait envisagée par le gouvernement dès le vendredi 27 novembre ou le samedi 28 novembre, selon les informations de RTL.

Pourra-t-on se rendre à la messe ?

A cinq semaines de Noël, la question n'a pas encore été tranchée. Après avoir rencontré plusieurs responsables religieux, Jean Castex a cependant souligné que l'ouverture des lieux de culte, catholiques mais aussi musulmans, protestants ou encore juifs, pourrait être envisagée à "l'horizon fixé autour du 1er décembre prochain". Une donne qui pourrait permettre aux catholiques de célébrer la traditionnelle messe de Noël.

Comment ça se passe chez nos voisins ? 

L'Italie, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne… Malgré la pandémie, tous se préparent à célébrer les fêtes de fin d'année. 

Le Royaume-Uni prépare son déconfinement

Cela fait quatre semaines que les Britanniques sont cloîtrés chez eux. Un second épisode de confinement qui prendra fin le 2 décembre prochain, au terme de quatre semaines. Une donne qui devrait permettre aux Britanniques de célébrer Noël ! 

L'Allemagne, entre consignes sanitaires et nouveau calendrier des vacances

Nos voisins allemands ne sont pas confinés. Cependant, un ensemble de consignes sanitaires strictes s'imposent à la population. À l'approche des fêtes de fin d'année, Angela Merkel a cependant annoncé envisager une possible réouverture des restaurants en décembre. 

Pour limiter la propagation de l'épidémie, le gouvernement allemand envisagerait également d'avancer les vacances de Noël dans les écoles. L'idée ? Faire débuter les congés deux jours avant la date habituelle pour limiter les contacts avant de retrouver sa famille. A noter que le ministre de la santé allemand a tout de même prévenu qu'il ne voyait "pas d'événements à plus de 10 ou 15 personnes cet hiver". 

L'Italie : Un Noël avec le "noyau familial resserré" 

L'Italie vient de dépasser la barre du million de cas. Une seconde vague qui a été accompagnée de restrictions à la mobilité et au travail. Des mesures que beaucoup d'experts jugent, pour l'heure, insuffisantes. Certains appellent même à un reconfinement

Si le gouvernement italien ne s'est pour l'heure pas exprimé sur la question, Francesco Boccia, le ministre des Affaires régionales, a fait savoir, jeudi 19 novembre, que Noël serait célébré entre membres du "noyau familial resserré". 

L'Espagne : Noël ou pas noël ? 

Noël en famille ou pas ? Cela, nos voisins espagnols ne le savent toujours pas. Pour l'heure, le gouvernement n'a pas encore, en effet, annoncé sa décision. 

Interrogé par le journal La Vanguardia, Pasi Penttinen, épidémiologiste et conseiller principal sur le Covid-19 du Centre européen pour le contrôle et la prévention des maladies, a cependant recommandé de confiner la population quatorze à dix jours avant les fêtes de fin d'année. "Ce serait peut-être une bonne manière de protéger la plus grande partie des familles", a-t-il confié.