Click and Collect : dérives (et fin ?) des commandes avec retrait en magasin

Files d'attente devant les magasins non-essentiels, commandes effectuées non pas en ligne, mais directement sur place, Regroupements dans les rues et centres commerciaux… Voilà des pratiques abusives auxquelles le gouvernement compte mettre fin ! Le ministère de l'Economie alerte sur les mauvais comportements rencontrés dans le cadre du système de "Click and Collect".

Click and Collect : dérives (et fin ?) des commandes avec retrait en magasin
© KONRAD K./SIPA

Le ministère de l'Economie voit rouge ce vendredi 6 novembre. de nombreux abus auraient été constatés dans les magasins ou les grandes surfaces qui pratiquent le "Click and Collect". Une tendance à laquelle Bercy compte bien mettre fin.
Pour rappel, ce système permet à de nombreux commerçants de produits dits "non-essentiels" de poursuivre leur activité à l'heure où leurs enseignes sont contraintes d'être fermées. Le principe est simple: les clients peuvent commander de chez eux un article pour ensuite venir le récupérer en magasin.

Des files d'attente observées devant les magasins

Le problème ? Selon Bercy, de nombreuses enseignes auraient trouvé la parade. Certaines commandes ne seraient pas passées au domicile, mais directement devant ou à l'intérieur du magasin.

"Il ne faut pas confondre le click and collectif et le ask and collect", s'est agacé un proche de Bruno Le Maitre, ministre de l'Economie, dans les colonnes du Parisien. 

Une mauvaise habitude qui induit un problème de taille : peu à peu, les clients s'amassent à la porte d'entrée des magasins.

"Ce n'est pas acceptable car les files d'attente multiplient les contacts", a rappelé cette même source. 

Un rappel à l'ordre pour éviter l'arrêt du dispositif 

Vendredi 6 novembre, le téléphone de nombreux représentants des commençants a donc sonné. Au bout du fil ? Le Ministère de l'Économie qui a tenu à les rappeler à l'ordre. Le Centre Interministériel de crise (CIC) serait en effet déjà sur ce sujet, selon le magazine des commerçants LSA.

Pas de panique cependant: "Tant que les règles sont respectées" selon Le Parisien, Bercy n'a pas l'intention de mettre fin à ce dispositif qui permet à de nombreux commerçants de continuer en partie leur activité. 

À charge aux commerçants, mais aussi aux clients, de rentrer dans le rang !