Garde d'enfant et coronavirus : les parents à la recherche d'un plan B

Garde partagée, nounou, baby-sitter... De nombreux parents cherchent une autre solution quand la crèche ou l'école reste fermée ou qu'ils ne sont pas prioritaires. Selon un sondage, la garde à domicile et les assistantes maternelles leur semble plus sécurisantes.

Garde d'enfant et coronavirus : les parents à la recherche d'un plan B
© Irina-123rf

[Mise à jour du 20 mai 2020 à 15h50]. La garde d'enfant est un véritable casse-tête pour les parents en cette période de Covid-19. Certes, le chômage partiel pour garde d'enfant permet de garder les petits à la maison et de réduire son activité tout en bénéficiant d'un salaire. Mais l'activité professionnelle doit reprendre pour la plupart des parents. Si les crèches et les écoles ont ouvertes depuis le 11 mai, ce n'est pas le cas de tous les établissements. Et parmi ceux qui accueillent les enfants, ils ne sont pas accessibles à tous, notamment aux enfants dont les parents ne sont pas prioritaires (comme les enseignants, les personnels soignants, les parents isolés ou les familles monoparentales... "Avec deux enfants en bas âge, c'est quasi impossible à gérer au quotidien. Nos garçons sont en crèche, mais il ne peuvent être accueillis pour l'instant, car je suis auto-entrepreneure et que mon mari a la possibilité de travailler à distance", témoigne Marion. Comme elle, de nombreux parents sont dans le flou. "On ne sait pas jusqu'à quand nous allons devoir garder les enfants à la maison tout en télétravaillant, et nous perdons beaucoup en productivité et en chiffre d'affaire" précise-t-elle. En outre, les horaires échelonnés des écoles ne sont pas forcément compatibles avec les horaires de travail.

Les parents, à la recherche d'autres solutions de garde d'enfants

Avoir une place en crèche est souvent considéré comme le Graal à l'arrivée d'un bébé. Mais en cette période épidémique, les parents ayant choisi une nounou ou une assistante maternelle sont bien plus chanceux : ils ont pu leur confier leur enfant durant le confinement et ceux qui ont choisi de les garder à la maison ont pu les emmener de nouveau. "Gabriel a pu retourner chez son assistante maternelle, il a retrouvé ses copains, mais le rythme était un peu fatigant pour lui et il a fait beaucoup de siestes, raconte Bruna. Quant à Marion, elle réfléchi déjà à un autre mode de garde pour ses enfants"On est en train de voir avec deux couples de parents de la crèche, qui sont comme nous, dans l'embarras. Un jour, nous pourrions garder les petits, et les deux jours suivants, ils seraient chez eux et nous aurions donc deux jours pour travailler dans des conditions plus sereines", précise-t-elle. Autre solution : opter pour la garde partagée en trouvant une nounou qui garderait les enfants au domicile, et les frais seraient partagés entre les parents. Les assistantes maternelles sont aussi prisées : leur capacité d'accueil a notamment été augmentée durant la crise en passant de 4 à 6 bébés pouvant être accueillis à son domicile. Enfin, la crise sanitaire ayant un impact considérable sur les emplois, les parents peuvent espérer trouver un(e) baby sitter pour garder les enfants les prochains mois, en attendant un retour à la normale. Consulter notre annuaire des crèches

Nounou, assistante maternelle : le mode de garde le plus sécurisant post-confinement ?

Dans une enquête menée par Yoopies, 60% des personnes interrogées expliquent que garder les enfants pendant le confinement a forcément impacté leur efficacité au travail, 75% sont plus fatigués qu'avant, et 65% ressentent plus de stress et d'anxiété. Heureusement, ils sont une majorité (74%) à dire que cela n'a pas impacté leurs relations avec leurs collègues et leurs supérieurs. Pour pouvoir retourner au travail ou télétravailler dans de meilleures conditions, une majorité de parents ont opté pour la garde à domicile ou une assistante maternelle. Pour 65% d'entre eux, ces deux modes de garde sont plus sécurisants que l'école, la crèche et les grands-parents.

Kangourou Kids lance un service de garde d'enfant dans les entreprises

Pour permettre aux parents de reprendre une activité professionnelle plus rapidement, Kangourou Kids propose un service de garde inter-entreprise. Le concept est simple : sous réserve de la mise à disposition d'un local adéquat, les équipes viennent garder les enfants des collaborateurs directement dans les locaux des entreprises. Le personnel est notamment formé aux procédures de prévention contre le Covid-19, en appliquant les mesures mises en place dans les crèches. Kangourou Kids propose également des services de nounous à domicile ou encore la garde partagée. 

Garde d'enfants : qui sont les parents prioritaires ? 

  • Le personnel des établissements de santé (hôpitaux, cliniques, maternités...),
  • Le personnel des établissements sociaux et médico-sociaux travaillant en EHPAD et EHPA, établissements pour personne handicapées, services d'aide à domicile, services infirmiers d'aide à domicile, lits d'accueil médicalisés et lits halte soins santé, nouveaux centres d'hébergement pour sans-abris malades du coronavirus et établissements d'accueil du jeune enfant maintenus ouverts.
  • Les professionnels de santé libéraux : médecins, sages-femmes, infirmières, ambulanciers, pharmaciens et biologistes.
  • Le personnel de crèche chargé d'accueillir en urgence les enfants des soignants ainsi que les enfants dont les parents sont enseignants, 
  • Les parents isolés et familles monoparentales,
  • Les services de l'Etat chargés de la gestion de l'épidémie au ministère des Solidarités et de la Santé, en Agences régionales de santé et dans les préfectures.
  • Les professionnels exerçant dans les établissements et services départementaux, publics et associatifs de protection de l'enfance et de protection maternelle et infantile font désormais partie des personnes prioritaires pour bénéficier de la garde d'enfants, de l'accès aux écoles et collèges, de l'accueil en crèche et de la scolarisation de leurs enfants.