ALINE, ex-prostituée, tabassée, alcoolique... et medium [TEMOIGNAGE]

Lumière : c'est le premier mot qui vient à l'esprit quand on rencontre Aline Peugeot . Et pourtant, sa vie, marquée par l'alcoolisme, la prostitution et la violence, a longtemps été engoncée dans les ténèbres. Rencontre avec une femme qui a tout connu et tout appris... jusqu'à devenir medium.

ALINE, ex-prostituée, tabassée, alcoolique... et medium [TEMOIGNAGE]
© Photos By ©Yann Saint-Pé

Deux ans : c'est l'âge où Aline Peugeot est abandonnée par sa génitrice, comme elle l'appelle dans son livre Du chaos à l'éveil spirituel (Ed. Exergue), une femme instable, alcoolique et légère qui multiplie les amants de passage. Peu préoccupée par sa fille, elle la frappe même quand elle est sous l'emprise de l'alcool et un jour, l'oublie chez sa nourrice. Amoureuse d'un homme qu'elle suit lors de sa cavale, la mère indigne ne revient jamais. Aline ne la revoit qu'à l'âge de 25 ans et constate que, mise à part une ressemblance physique troublante, elles n'ont rien en commun.
"Comme on ne m'a jamais rien expliqué, j'ai gardé de cet abandon la sensation d'être toujours aux aguets comme un animal sauvage qui essaie de percevoir avant de voir d'où le danger va arriver", raconte Aline Peugeot qui ajoute : "Ma nourrice aurait voulu m'adopter, mais son mari avait un comportement qui me mettait en danger et j'ai donc été placée à la DDASS jusqu'à l'âge de 5 ans et demi."

Les Peugeot, des parents déficients

A l'aube de ses 6 ans, la petite fille est adoptée par Florence et Pierre-Yves Peugeot à Bondeval dans le Doubs. L'homme est ingénieur dans l'entreprise familiale et la femme, infirmière de profession a arrêté de travailler. Le couple a décidé d'adopter car, étant cousins germains, ils ne peuvent avoir des enfants naturellement.
Triste accueil. Atteint de poliomyélite, son père est froid et absent et sa mère, sévère et intransigeante. Tous deux sont incapables de manifester une quelconque tendresse.

Aline, une enfant incomprise © Aline Peugeot

"Mes parents m'ont adoptée pour des raisons sociales. Dans ces milieux, il faut avoir une descendance et surtout un héritier. Ils n'ont pas eu le choix du sexe quand ils m'ont accueillie et ils ont donc voulu adopter un second enfant, ma sœur, mais là encore, ils ont été déçus, car ils n'ont pas eu le garçon qu'ils voulaient.  Ma mère n'a jamais été une maman et je ne pouvais même pas l'appeler comme cela : j'écourtais et je disais 'Mam'", raconte Aline. "Ils ont transmis ce qu'ils ont connu : ils ont été élevés dans le manque d'affection et dans l'idée que la vie était une guerre, qu'il fallait être armés, que l'amour était une faiblesse. Quand mon père est mort, j'ai demandé à ma mère pourquoi ils avaient été si durs avec moi et elle m'a répondu : 'Nous n'étions pas là pour t'aimer mais pour t'éduquer'. Quand je lui ai répondu que ce n'était pas incompatible, elle m'a répondu que ce n'était pas à eux de m'aimer et que l'extérieur allait s'en charger. "
Mal-aimée, Aline  est encore davantage négligée quand ses parents adoptent Agnès, sa sœur qui souffre de troubles autistiques, car sa mère change radicalement d'attitude. "Avec Agnès, ma mère a été fusionnelle car elle avait 6 mois quand elle a été adoptée et répondait à son manque de maternité. Son handicap la rendait dépendante et ma mère avait besoin d'avoir une emprise sur quelqu'un. J'ai été très jalouse et très méchante avec Agnès : je lui faisais de sales coups, étant enfant. J'avais un vrai besoin de vengeance", raconte Aline.
Durant les années qui suivent, Aline fait tout pour ne surtout pas être l'enfant que ses parents souhaitent formater. "J'étais en totale rébellion car je savais au fond de moi que la façon dont ils se comportaient n'était pas juste. Ils ne savaient pas ce que je vivais en dehors de la maison : le rejet de la société, des camarades d'école, l'incompréhension de professeurs, mon refus face à l'apprentissage. Je refusais d'apprendre des choses qui ne semblaient pas cohérentes. Je suivais ce qui, pour moi, était juste et je ne voulais pas me plier ou me soumettre. Je rejetais ou me méfiais de tout ce qui sonnait faux", raconte Aline qui est placée dans un internat par ses parents, lors de l'adolescence, où elle fait une tentative de suicide.

Le jour où elle rencontre son premier mari, un étudiant en médecine, elle décide de prendre son envol et de ne plus jamais être sous l'emprise de ses parents : elle s'installe chez le jeune homme, ou plutôt dans sa cave, et se découvre enceinte à 5 mois et demi de grossesse ! La jeune femme accepte alors de se marier pour que son compagnon ne fasse pas l'armée mais elle est n'est pas heureuse avec lui. Misogyne, il la considère comme sa chose et est passionné par les films X.

Quelques mois après leur mariage, Aline décide de le quitter et perd la garde de son fils Alexandre, qui a moins d'un an quand il est séparé de sa mère.  Un traumatisme qu'Alexandre n'a jamais digéré. "Nous n'avons aucune relation depuis le divorce. Il n'a jamais accepté mon départ. Je me suis toujours dit que je le retrouverai à sa majorité, mais cela n'a pas été le cas. Il s'est rapproché de moi à la mort de mes parents mais c'était par intérêt financier. Je n'ai pas voulu le voir et je lui fait comprendre que ma porte restait ouverte mais celle de mon cœur et pas celle de mon porte-monnaie. Depuis, je n'ai plus aucune nouvelle. Aujourd'hui il a 33 ans et j'espère que quand il aura une famille il comprendra", raconte Aline.

La prostitution pendant 20 ans

Aline pendant ses années de prostitution © Aline Peugeot

Quand elle quitte son premier mari, Aline Peugeot découvre celui qui sera le père de sa fille Elodie, mais aussi l'enfer de la rue qui va, comme elle le confie, la conduire à la prostitution. "J'ai été beaucoup battue par mes parents et je m'automutilais car j'en voulais à ce corps d'être visible. J'attirais les regards alors que je voulais me fondre dans la masse. Je ne voulais pas de ce corps et de le louer ne me faisait ni chaud ni froid. Comme il était la source de tous mes maux, tant mieux s'il pouvait servir à d'autres !".

Pour vendre ce corps, Aline boit. "Je suis timide et pudique et cela n'entrait pas dans mes valeurs car cela n'était pas naturel et je sentais bien à l'intérieur que je devais le réserver pour un amour exclusif. Je voulais avoir un rôle et je l'ai trouvé dans la prostitution pendant une vingtaine d'années." À l'époque, l'activité de sa compagne ne dérange en rien le père d'Elodie. "Cela ne lui posait aucun problème car je ramenais de l'argent tous les jours, qu'il dépensait dans du matériel sono. Il est parti du jour au lendemain et n'a plus jamais donné signe de vie. Je soupçonne sa famille de savoir quelque chose mais de ne pas me le dire."

Les coups dans l'indifférence

Abandonnée par son compagnon, seule avec sa fille, Aline est perdue, quand elle rencontre un collègue du père d'Elodie qui se présente comme un confident, mais qui se transforme vite en bourreau. L'homme est en effet violent et lui fait vivre un enfer pendant 7 ans. "Je hurlais à mort quand il me frappait et je passais mon temps à l'hôpital ou au poste de police : on me disait de porter plainte mais quand je demandais :  'Que va t-il se passer quand il aura purgé sa peine ?' On me répondait : 'Il sortira et se vengera.' Rien n'a été fait pour m'indiquer où était la porte de secours et j'étais seule avec ma fille. J'avais donc peur mais je me faisais soigner et je ne disais rien. J'avais un terrible sentiment d'injustice et j'ai réalisé que dans l'inconscient collectif, la femme n'avait pas le même statut que l'homme."

Elodie est épargnée par son beau-père mais assiste aux scènes de violence terribles. Aujourd'hui, à 22 ans, la jeune femme essaie de suivre son propre chemin. "Elle évolue : pendant quelques temps, elle a voulu prendre le contre-pied par rapport à moi, mais maintenant elle s'identifie à mon parcours. Elle a été violée récemment et s'excuse d'exister comme je l'ai fait. Je suis là pour lui expliquer que ce sont des mémoires cellulaires que je lui ai transmises et qui ne lui appartiennent pas", explique Aline.

Jean-Michel, le sauveur d'Aline Peugeot

Aline traverse encore une période très sombre de sa vie quand elle croise le chemin de Jean-Michel. Il est, lui aussi, dans le désespoir mais revient tous les jours depuis qu'il a senti une évidence, une reconnaissance d'âme. Mais Aline freine des quatre fers pendant des mois, avant de céder devant l'évidence de cet amour profond et sincère. Elle quitte son compagnon violent, arrête la prostitution. "Je lui ai fermé la porte pendant des mois parce que j'avais peur de l'abandon. C'est mon âme sœur. C'est la première fois que quelqu'un faisait écho à mes évidences, à mes valeurs, à mes cohérences", raconte Aline.

Aline et Jean-Michel lors de leur mariage © Aline Peugeot

Aline et Jean-Michel finissent par se marier sur la chanson Mon Autre de Maurane et de Lara Fabian sans leur famille respective et partent s'installer pendant un an et demi en Guadeloupe avant de revenir à Epinal. Son père disparaît, peu de temps après une énième dispute quand Aline apprend qu'elle est enceinte de Kylian.

"J'ai eu très peur de perdre Kylian car petit, il a eu de nombreux problèmes de santé. Il vomissait beaucoup et j'étais terrorisée. C'était la première fois que je faisais un enfant volontairement et c'était un trésor.  Aujourd'hui, Kylian a 13 ans. Il est à part depuis toujours. Il se moque des phénomènes de mode ou des jugements extérieurs. Il est comme dans une bulle et il ne remet pas en cause ses constats, ses déductions, ses constats. Je l'encourage dans ses différences."

Huit ans plus tard, Aline revoit sa mère à l'aube de sa mort des suites d'un cancer fulgurant, une mère que pour la première fois elle appelle... maman. "À l'aube de la mort, sa conscience a fait des allers et venues et elle m'a enfin perçue avec le cœur, sans barrière de son caractère qui avait construit une image de moi complètement erronée."

La découverte des dons d'Aline Peugeot

C'est peu de temps avant la mort de sa mère qu'Aline entame un long chemin vers son moi profond. "Pendant dix ans, j'ai fait des recherches pour obtenir des réponses cartésiennes à mon questionnement. Quand j'ai compris que je fonctionnais en mode d'emploi médiumnique, je me suis dit que j'allais pouvoir en faire quelque chose et aider les autres. J'ai appris à faire appel à l'intuition sur demande pour parvenir à un état de conscience modifié. J'ai exercé en tant que médium pendant un an et demi mais je me suis lassée car ce milieu m'a déçu :  de nombreux médiums mettent sous emprise des gens dans la souffrance et la douleur. Or comme j'ai le sentiment profond que tout le monde possède ces facultés, j'ai décidé d'éveiller les gens à cette possibilité de ressentir par eux mêmes. Aujourd'hui, j'organise des stages (informations sur son site et sa chaîne You Tube) pour expliquer comment développer ses propres facultés intuitives et médiumniques.Tout le monde a sa richesse à amener au grand tout. Nous avons tous un sens intuitif et l'homme conditionné a du mal à retrouver cela. Il faut retrouver notre nature animale, primaire, intuitive," raconte Aline.

Aujourd'hui, alors qu'elle entame sa seconde partie de vie, Aline n'a aucun regret. "Il fallait en passer par toutes ces épreuves pour en être là ou je suis aujourd'hui. Cette vie est pleine de leçons, d'apprentissages, de sagesse", confie Aline qui a fini par accepter de porter son nom lors de l'écriture de son livre. "Pendant longtemps j'ai caché mon nom car j'en avais horreur mais quand j'ai commencé à écrire ce livre, j'étais en lien avec François de Witt. Quand il est mort, il m'a envoyé un message qui disait : 'Écrivez authentiquement et revendiquez qui vous êtes' et j'ai compris qu'il fallait que j'incarne ce nom et que ne je devais plus en avoir honte", conclut Aline.

 

 

ALINE, ex-prostituée, tabassée, alcoolique... et medium [TEMOIGNAGE]
ALINE, ex-prostituée, tabassée, alcoolique... et medium [TEMOIGNAGE]

Deux ans : c'est l'âge où Aline Peugeot est abandonnée par sa génitrice , comme elle l'appelle dans son livre Du chaos à l'éveil spirituel (Ed. Exergue), une femme instable, alcoolique et légère qui multiplie les amants de passage....