Les tournesols, symbole de la renaissance de Fukushima

Près de six mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima, un projet nommé "Fukushima Sunflower Foster Parent Project" a été lancé afin de planter des milliers de tournesols dans la région. En effet, cette plante absorberait la radioactivité qui empoisonne le sol.

Les tournesols, symbole de la renaissance de Fukushima
© Isabelle SCHULLER
tournesol
Les tournesols, symbole de la renaissance de Fukushima © Isabelle Schuller

Six mois après la catastrophe de Fukushima, les habitants de cette région doivent certes se lancer dans la reconstruction des zones sinistrées par le tremblement de terre et le tsunami qui ont touché la côte est du Japon le 11 mars dernier, mais ils doivent également gérer les problèmes de radioactivité causés par l'accident nucléaire qui en a suivi. Certains ont donc choisi de se mobiliser pour faire face à ces challenges de taille auxquels ils sont aujourd'hui confrontés. Ils ont donc créé "Fukushima Sunflower Foster Parent Project". L'objectif est de planter des tournesols dans les zones contaminées par la centrale nucléaire. Une opération similaire avait été en effet organisée en Ukraine après l'accident de Tchernobyl. Certaines études ont démontré que cette plante pouvait absorber de fortes quantités de radiations dans le sol et ce, en peu de temps. Et à en croire les responsables de ce projet, il faudrait environ 30 ans pour que le niveau de radioactivité dans le sol redescende à un seuil normal. Cependant, il faudra plusieurs années pour voir si les tournesols ont un réel impact sur les substances radioactives. A l'heure d'aujourd'hui, 50 000 personnes ont déjà pris part à cette initiative et des tournesols ont été plantés dans près de 13 000 sites différents. Une initiative qui espérons le, apportera une lueur d'espoir à celles et ceux touchés par cette catastrophe.

 Pour en savoir plus : voir le site Fukushima Sunflower