Banal, le sexe anal  ? 40% des Français déclarent le pratiquer

Durex lève le voile sur le sexe anal et brise les tabous... avec une nouvelle exposition qui met en avant les plaisirs de cette pratique. Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez-vous rue de Turenne, à Paris !

Banal, le sexe anal  ? 40% des Français déclarent le pratiquer
© Illustration de Shreya Gulati

Cette année, Durex éveille les consciences sur la pratique du sexe anal, trop souvent tabou. À travers un nouveau manuscrit qui sera exposé gratuitement au 98 rue de Turenne dans le Marais, à Paris, du 28 au 30 août, Durex compte lever le voile sur les non-dits et démocratiser cette pratique. 
En collaboration avec Maia Mazaurette, Durex a remis au goût du jour le sexe anal, un chapitre oublié sur les 36 qui constituent le fameux Kamasutra
Composé d'une série d'illustrations qui représentent 5 positions telles que "La Charge d'Andromaque" ou "Le Tigre Débridé", le manuscrit du chapitre oublié révèle le plaisir que procure le sexe anal. Ces représentations naissent du joli coup de crayon de l'illustratrice Shreya Gulati, qui illustre différents couples explorant le sexe anal. Une pratique sexuelle qui n'a pas de frontières. 

Illustration de Shreya Gulati,dans le cadre de la nouvelle exposition de Durex et Maïa Mazaurette © Illustration de Shreya Gulati,

Par son art, Durex souhaite véhiculer un message important : "Nous espérons que la création de ce 'chapitre oublié' soit la première étape pour encourager une conversation plus ouverte et un monde où le sexe soit sans tabou, pour tous". 

Une pratique sexuelle répandue

La pratique du sexe anal fait l'objet d'idées reçues. Pourtant, l’enquête réalisée par Toluna QuickSurvey, en septembre 2019, dans notre pays, montre que cet acte sexuel est plutôt courant :

39% des personnes interrogées affirment avoir pratiqué le sexe anal au cours de l'année écoulée.

57.6% d'entre eux ont des relations anales au moins une fois par semaine.

Alors pourquoi ce petit plaisir est-il passé sous silence ? L'experte du sexe Maïa Mazaurette a la réponse: "À cause d'un héritage culturel divisant notre anatomie entre organes plus ou moins dignes, la sexualité anale continue d'être stigmatisée. Nous ne sommes pas censés l'apprécier, à peine pouvons-nous la tolérer. Les représentations en font une pratique douloureuse et dégradante ". 

Durex a également son avis sur la question : " Le sexe anal a été sous-représenté depuis bien trop longtemps", "La réalité d'aujourd'hui est que de nombreux couples ont des relations sexuelles anales ou veulent les explorer".  L'exposition est ensuite a (re)découvrir le 1er septembre sur www.durex.fr !