Les femmes, grandes perdantes de la crise du Covid-19 ?

Marlène Schiappa a fait remarquer que les Français en première ligne contre le virus étaient majoritairement des femmes. Infirmières, caissières, enseignantes : elles travaillaient d'arrache-pied pendant la crise du Covid-19 et restent pourtant moins bien payées que les hommes. Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Les femmes, grandes perdantes de la crise du Covid-19 ?
© Mathieu Pattier/SIPA

Une crise d'une ampleur encore inconnue. La pandémie du Covid-19 a permis à un certain nombre de Français de poser un regard différent sur les professions qui ont lutté en première ligne contre le coronavirus. Parmi ces travailleurs aux rôles souvent sous-estimés, les femmes représentent la majorité des effectifs, une donnée cruciale que la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a tenu à honorer.

Invitée le 14 mai sur RTL, Marlène Schiappa a déclaré : "Il est temps de revaloriser, y compris financièrement, les métiers féminisés". La secrétaire d'État fait un constat bien simple : Ce sont les professions où une majorité des postes est occupée par des femmes, qui ont été les plus sollicitées par la crise. Pourtant, ces mêmes salariées restent moins bien payées que les hommes pour un poste équivalent, d'après les données de l'Insee. 

Aides-soignantes, infirmières, enseignantes : les femmes au front

88, 2% des effectifs des aides-soignants

Le secteur de la santé, en premier lieu, compte une majorité d'employés de sexe féminin, même si les femmes représentent moins de 50% des médecins en France. Selon l'Insee, les femmes constituent 88,2% des effectifs des aides-soignants et 86,6% du corps infirmier. Parmi les étudiants appelés en renfort dans les hôpitaux, la plupart étaient des femmes. Elles représentaient 58,2% des candidats aux épreuves classantes de l'entrée en internat en 2019, selon le Centre national de Gestion.

Dans les Ehpad, où les patients sont les plus vulnérables au Covid-19, une étude menée en 2015 par le Drees montre que les femmes constituent 89% du personnel d'encadrement (infirmiers paramédicaux ou socio-éducatifs).

87,7% du personnel aux caisses

Dans les commerces rouverts depuis le 11 mai, les femmes sont également en première ligne. Les postes de vendeurs en contact avec le public sont occupés à 70,3% par des femmes, selon l'Insee. Les hôtesses de caisses, particulièrement mobilisées depuis mi-mars, appartiennent essentiellement à la gent féminine (87,7%).

95,4% des employées de maison

Le personnel des services directs aux particuliers est également largement féminisé à 84,5%. Les employés de maison, à eux seuls, comptabilisent 95,4% de femmes, soit plus de 153 600 personnes.

71% des enseignants

Malgré la fermeture des établissements scolaires pendant le confinement, les professeurs ont continué l'enseignement à distance, avant de reprendre les cours en contact direct le 11 et 18 mai, pour certains.

Les femmes représentent 70,8% de la profession selon le dernier rapport du ministère de l'Éducation sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Ce chiffre est à compléter avec la proportion de femmes dans le personnel scolaire (personnel social et de santé), qui est de 95,5%, rapporte France Info.

Pour l'ensemble de ces professions, particulièrement sollicitées pendant la crise du Covid-19, le gouvernement prévoit plusieurs gestes de reconnaissance, dont une prime de 500 à 1 5000 euros pour les personnels soignants. Il devrait être également possible pour les travailleurs de faire don de leurs RTT aux médecins, infirmières et autres aides-soignants.