Delphine Jubillar : son téléphone portable intrigue

Les analyses ont parlé. Près de dix mois après la disparition de Delphine Jubillar, l'enquête pourrait enfin connaître un tournant. Alors que Cédric Jubillar est interrogé ce vendredi 15 octobre, sa compagne a poussé un coup de gueule...

Delphine Jubillar : son téléphone portable intrigue
© Capture d'écran - Facebook - Delphine et Cédric Jubillar

[Mis à jour vendredi 15 octobre à 15h12] Cédric Jubillar, interrogé depuis 08h35 au palais de justice de Toulouse, bénéficie du soutien de sa nouvelle compagne, Séverine, qui martèle son innocence. "J'espère que les juges vont enfin ouvrir les yeux. Pour moi, Cédric est innocent, il est temps maintenant de le laisser sortir", a-t-elle lâché au micro de RTL, convaincue que cette nouvelle audition a pour objectif de le "faire craquer et l'épuiser". "Je me dois de tenir le coup pour Cédric. J'ai confiance en Cédric, je m'accroche à ça. Mon souhait le plus cher, c'est qu'il sorte, qu'il récupère ses deux bouts de chou et qu'on le laisse enfin tranquille", a-t-elle ajouté.

Cédric Jubillar : son comportement avec ses surveillants pénitentiaires

Pendant son audition, il doit, entre autres, s'expliquer sur le "comportement inadapté" dont il a fait preuve, ces derniers mois en prison, selon La Dépêche Du Midi. Il insulterait notamment les surveillants pénitentiaires et aurait écrit à leur sujet, dans un courrier envoyé à une amie: "Je les emmerde, ces petites fiotes". En outre, Cédric Jubillar s'appliquerait à dévisser régulièrement les ampoules de sa cellule pour ne pas être dérangé par la lumière. De quoi agacer sérieusement les surveillants de la prison.

Delphine Jubillar : son téléphone portable intrigue

Les téléphones portables des Jubillar pourraient constituer une source d'informations précieuse pour les enquêteurs. Mais celui de l'infirmière de 33 ans n'a jamais été retrouvé depuis sa disparition. L'époux de la mère de famille a assuré que celle-ci était sortie le soir du 15 décembre, vers 23h, avec ses deux chiens, et qu'elle avait pris son portable avec elle. Une version des faits qui ne peut être confirmée à l'heure actuelle. Mais selon BFMTV, les enquêteurs savent que le téléphone de Delphine Jubillar s'est éteint à 7h48. Le dernier message qu'elle a envoyé sur Snapchat date du soir du 15 décembre, à 22h58. Il s'agissait d'une photo d'elle envoyée à son amant de Montauban. Toutefois, son portable a été utilisé peu après, dans la nuit, et l'on sait que Whatsapp a été ouvert, tout comme la caméra de son téléphone. Aucun moyen de savoir si c'est bien l'infirmière qui avait fait usage de son appareil... ou une tierce personne.

Cédric Jubillar : cette attitude qui n'était pas "dans ses habitudes"

Quant à Cédric Jubillar, son téléphone portable indique qu'il a joué au jeu-vidéo Game Of Thrones jusqu'à 22h08. L'activité de son appareil s'est ensuite interrompue, jusqu'à 3h53, lorsqu'il a ouvert l'application de rencontre Badoo. A 3h54, il a ensuite tenté de contacter Delphine Jubillar près de 200 fois, de plusieurs manières. A 3h57, il a envoyé plusieurs messages à deux amies de son épouse, sur une conversation groupée créée précédemment pour l'organisation de son anniversaire surprise. "Je la cherche partout. Je veux juste savoir si tout va bien", aurait-il écrit parmi les messages. Toutefois, et toujours selon BFMTV, pour les enquêteurs, il est "curieux que son téléphone soit éteint de 22h08 à 3h53, ce qui ne semble pas être dans ses habitudes".

Cédric Jubillar, libéré de prison ?

Cédric Jubillar sera-t-il bientôt libéré de détention? L'avocat du mari de Delphine Jubillar, Me Jean-Baptiste Alary, semble le penser. Selon La Dépêche du Midi, de nouvelles analyses sont tombées le 13 octobre. L'eau de la machine à laver dans laquelle Cédric Jubillar avait lavé la couette de son épouse, le matin de sa disparition, n'a montré aucune trace de sang ni d'urine. Le siphon du lavabo de la salle de bains n'a révélé "aucune trace suspecte" non plus. Or, ces éléments auraient pu constituer d'importantes preuves pour inculper Cédric Jubillar. 
Le matin de la disparition de Delphine Jubillar, alors que les enquêteurs avaient débarqué au domicile du couple, ils avaient aperçu le mari de l'infirmière en train de laver une couette dans sa machine à laver. Un comportement qui paraissait suspect et pouvait laisser penser qu'il cherchait à cacher des preuves. C'est en partie sur cet élément que se fondait l'accusation de l'artisan-plaquiste, qui doit être entendu par la justice le 15 octobre et devrait prochainement déposer une nouvelle demande de remise en liberté

Delphine Jubillar : l'élément qui change tout

La trace de Delphine Jubillar s'arrêtait à un panneau "stop" à 160 mètres du domicile du couple à Cagnac-les-Mines. Du moins, c'est ce que l'on a cru pendant plusieurs mois, puisqu'un voisin avait aperçu un chien renifleur de la gendarmerie, s'arrêter à ce panneau, marquant la "fin de la piste" de l'infirmière, selon Le Point. Mais il s'avère finalement que le chien de Saint-Hubert ne s'était pas arrêté pour sentir la trace de la mère de famille. Il ne faisait qu'uriner sur le panneau.
La piste de Delphine Jubillar n'a pas été retrouvée en dehors de son logement. Il est donc probable que l'infirmière n'ait jamais quitté son domicile. Des proches de la mère de famille avaient d'ailleurs insisté auprès des enquêteurs sur le fait qu'elle ne sortait jamais la nuit, par peur du noir. 

Cédric Jubillar : pourquoi il ne "craquerait" pas

Tandis que Cédric Jubillar doit être de nouveau interrogé le 15 octobre, Dominique Rizet, chroniqueur de Faites Entrer L'Accusé, est persuadé que l'artisan-plaquiste continuera à nier en bloc être responsable de la disparition de sa femme. "Il n'a aucune raison de ne pas rester sur ses positions. S'il n'a pas craqué jusqu'à maintenant, il n'y a aucune raison qu'il parle", a-t-il déclaré au micro de France Bleu.

Cédric Jubillar, interrogé : ce qui pourrait faire basculer l'enquête

L'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar pourrait connaître de véritables rebondissements. Vendredi 15 octobre, Cédric Jubillar doit être entendu par la justice. "Un interrogatoire au fond, le premier depuis celui qu'il a subi sa garde à vue entre le 16 et le 18 juin dernier", indique Le Parisien.
"Les recherches me semblent être une priorité. Ensuite, en fonction des éléments trouvés par les enquêteurs, mon client sera interrogé. Il y a déjà eu des mois de recherche. Cédric Jubillar s'expliquera sur toutes les questions qui lui seront posées. Encore une fois, c'est un dossier dans lequel il clame son innocence, vide de preuves", a expliqué l'avocat du détenu, Me Alexandre Martin, au micro de Sud Radio. "Il n'y a aucun élément qui puisse expliquer qu'il puisse être le coupable dans cette affaire, si tant est que Delphine Jubillar ait été tuée. On est devant un véritable mystère. Il n'y a pas de corps, pas de scène de crime", a-t-il ajouté, précisant qu'une fois l'interrogatoire passé, Cédric Jubillar souhaitait enclencher une nouvelle demande de remise en liberté.

Le corps de Delphine Jubillar, dans "des veines souterraines" ?

Autre élément qui pourrait modifier le cours de l'enquête: des gendarmes spécialistes en spéléologie ont été appelés en renfort afin d'explorer la piste d'un corps caché dans des "veines souterraines difficiles d'accès", a précisé La Dépêche du Midi. Pour l'instant, ceux-ci concentrent leurs recherches sur un ancien lavoir à charbon de Blaye-les-Mines, situé à 7 kilomètres du domicile des Jubillar, et qui avait été laissé à l'abandon depuis sa fermeture dans les années 90. 

Delphine Jubillar : l'argent, à l'origine de sa disparition ?

Près de dix mois après la disparition de Delphine Jubillar, les enquêteurs se penchent sur les finances du couple, qui avait un compte commun, selon la Dépêche. La mère de famille aurait-elle été supprimée pour raisons financières? Quelques heures avant de disparaitre, l'infirmière se serait rendue à la banque afin de "changer ses codes de carte bancaire", lit-on dans le quotidien, qui indique également: "Elle a également clôturé le compte commun et un rendez-vous était programmé trois jours plus tard pour finaliser les démarches". Simple coïncidence ou véritable indice? 

Les Jubillar : leur situation financière difficile

Depuis le début de l'enquête, il est apparu que la situation financière de Cédric Jubillar était un sujet de discorde dans le couple. L'artisan-plaquiste aurait emprunté régulièrement de l'argent à son épouse. Mais son avocat, Alexandre Martin, a assuré à La Dépêche: "Il travaillait courant décembre 2020 et même s'il puisait un peu d'argent dans le livret des enfants, il mettait un soin particulier à rembourser à chaque fois la somme empruntée et même au-delà. Il a emprunté 945 euros à son épouse de juin à décembre 2020 mais il lui rendra au final un peu plus de 1700 euros".
Selon le média, Cédric Jubillar avait un salaire mensuel de 1470 euros tandis que celui de son épouse était d'environ 2000 euros. En sachant que les dépenses de Cédric Jubillar pour le cannabis pouvaient s'élever jusqu'à 400 euros par mois et qu'il devait payer 350 euros par mois pour l'achat du terrain de leur maison, sa situation financière était souvent compliquée.

Cédric Jubillar, furieux à cause de frais de lingerie

En outre, Cédric Jubillar, qui soupçonnait l'infirmière d'avoir un amant, "s'était lancé dans une véritable course au 'flicage' pour débusquer les activités extraconjugales de son épouse", explique La Dépêche. En découvrant des frais de chambre d'hôtel et de lingerie, il serait entré dans une rage folle et aurait alors menacé son épouse, face à Nadine Jubillar, sa mère.

Une cagnotte Leetchi frauduleuse pour "les amours de Delphine"

Une cagnotte Leetchi a été créée "pour subvenir aux besoins des deux amours de Delphine", ses enfants Louis et Elyah. Mais la cousine de Delphine Jubillar tient à alerter les internautes. Il s'agit d'une cagnotte frauduleuse, qui aurait pourtant déjà généré 100 euros de dons! "Une cagnotte a été faite pour les enfants de ma cousine sans l'accord de la famille de Delphine et la famille ne le savait pas. Veuillez bien le faire partager sur les groupes car ces personnes-là n'ont aucun respect", a-t-elle déclaré dans Femme Actuelle. "Nous vous demandons de ne pas y participer, de la signaler et de signaler le groupe (Facebook, ndlr) 'Justice pour Delphine la vérité pour Louis Elyah famille Aussaguel", a-t-elle ajouté. La cagnotte en ligne a finalement été supprimée.

Cédric Jubillar pense-t-il au suicide ?

Cédric Jubillar, maintenu en détention depuis le 18 juin dernier, et placé à l'isolement, aurait-il des pensées suicidaires? L'un de ses avocats, Me Jean-Baptiste Alary a répondu dans Femme Actuelle: "Ce n'est pas quelqu'un qui est dans un danger psychologique. Il n'y a pas eu de signalement de comportement suicidaire". En revanche, l'époux de Cédric Jubillar serait rongé par le manque de ses deux enfants. "Il souhaite retrouver la liberté, retrouver ses enfants, pouvoir les voir et les serrer dans ses bras et que l'on respecte sa présomption d'innocence", a-t-il déclaré.

Cédric Jubillar : sa mère souhaite reprendre son "rôle"

La mère de Cédric Jubillar souhaite reprendre son "rôle" de grand-mère avec les enfants du détenu, Louis et Elyah et rester "à l'écart le plus possible de toute cette hystérie", a-t-elle déclaré au micro de 100 % Radio. Pour l'instant, c'est la sœur aînée de Delphine Jubillar qui a été désignée comme tiers de confiance pour un an renouvelable, tandis que l'un des frères de la disparue a le droit de garde des enfants pour un week-end par mois.