Cédric Jubillar : "fin d'un cycle"? Un nouveau témoignage troublant

Un an a passé depuis la disparition de Delphine Jubillar. Tandis que les avocats de Cédric Jubillar évoquent la "fin d'un cycle", de nouveau témoignages ont semé le doute...

Cédric Jubillar : "fin d'un cycle"? Un nouveau témoignage troublant
© Capture d'écran - Facebook - Delphine et Cédric Jubillar

[Mis à jour lundi 6 décembre à 14h09] La vérité a-t-elle été dite? "Je crois que cet interrogatoire marque la fin d'un cycle, le cycle Cédric Jubillar. Il est grand temps que la justice s'intéresse à d'autres pistes", ont estimé les avocats de Cédric Jubillar, qui a été entendu par les enquêteurs le 3 décembre, indique La Dépêche. Il a dû s'expliquer sur la chronologie de la soirée de la disparition de Delphine Jubillar. "Il a redit qu'il n'a rien à voir avec la disparition de sa femme Delphine Jubillar. Il aimerait savoir ce qui lui est arrivé, pour lui et pour ses enfants. Il affirme que Delphine est sortie de la maison et elle n'est pas revenue", ont ajouté ses avocats.

Delphine Jubillar : de troublants témoignages

Pourtant, de nouveaux témoignages viennent semer encore le doute sur l'éventuelle responsabilité de Cédric Jubillar dans la disparition de sa femme. Si celui-ci a assuré qu'elle était sortie dans la nuit du 15 au 16 décembre pour promener les chiens, des voisins du couple ont expliqué le 5 décembre dans Sept à Huit: "Cela me surprend beaucoup parce qu'elle ne s'en occupait pas des chiens... C'était Cédric qui s'en occupait. On ne l'a jamais vue sortir les chiens seule le jour. Donc ça m'étonnerait qu'elle les sorte seule la nuit".

Un autre ancien voisin, Kevin, a vu la situation se dégrader au sein du couple, qui semblait pourtant s'aimer au début. "C'est toujours les premières années qui sont les meilleures", a-t-il déclaré dans l'émission. Il y a quelques années, Cédric Jubillar avait la tête pleine de projets pour sa famille, dans leur logement de Cagnac-les-Mines: "Il voulait se donner à fond dans cette maison vu qu'il était du bâtiment. Il pensait faire une piscine, un solarium".

Cédric Jubillar, violent avec son fils ?

Une amie de la disparue a, elle, brossé un portrait peu flatteur du détenu, racontant des scènes de violence avec son fils dont elle aurait été témoin. Au Parisien, elle s'est souvenu que le petit Louis, âgé de 7 ans, aurait été frappé par son père plusieurs fois: "À trois reprises, je l'ai vu subir des fessées très violentes données par son père. Je me souviens d'une en particulier. Cédric s'était servi d'une tong pour taper sur les fesses de son fils. Le geste était choquant, mais la force avec laquelle Cédric frappait l'était encore plus. Cela se passait en quelques secondes et les autres adultes présents n'avaient même pas le temps d'intervenir".

L'élément qui peut faire basculer l'enquête : 145 mystérieux appels téléphoniques

Selon La Dépêche du Midi, d'autres éléments troublants ont été découverts. Et cette fois, ils concernent la conjointe de l'amant de la disparue. Celle-ci aurait découvert la liaison entre Delphine Jubillar et son compagnon et aurait alors contacté l'infirmière, lui demandant de ne pas officialiser leur relation tant que le couple ne serait pas officiellement séparé. Mais d'après de nouveaux éléments de l'enquête, les relevés téléphoniques de la compagne de l'amant de Montauban montrent qu'elle a passé pas moins de 145 appels téléphoniques vers un numéro inconnu, entre le 14 décembre, minuit et le 16 décembre à 14 heures, soit quelques heures après la disparition de Delphine Jubillar. Pour l'instant, le destinataire de ces appels n'a pas été identifié. La compagne de l'amant de Montauban a été entendue une fois par les enquêteurs.

D'autres lieux fouillés pour retrouver Delphine Jubillar

Cédric Jubillar sortira-t-il de prison? La cour d'appel de Toulouse a tranché le 22 novembre et a décidé que le mari de Delphine Jubillar resterait en détention. L'artisan-plaquiste avait été entendu le 16 novembre dans le cadre d'une demande de remise en liberté. Pendant ce temps, les enquêteurs continuent de rechercher Delphine Jubillar, près d'un an après sa disparition. "Les gendarmes ont répertorié tous les lieux qui offraient des possibilités de cache", rappelle La Dépêche du Midi. De nombreux lieux n'ont pas encore été fouillés et pourraient l'être prochainement, tels que "le puits de la Grillatié entre Carmaux et Blaye-les-Mines" ou "le site de la déchetterie de Trifyl", selon le quotidien local.
Chaque endroit qui aurait pu être visité par Cédric Jubillar, artisan-plaquiste, suscite la curiosité des enquêteurs. Les "lieux de chantier" sur lesquels l'époux de la disparue s'était rendu récemment et même les "déchetteries sauvages liées au monde du BTP" devraient être explorés.

L'amant de Montauban, auditionné trois fois

Les avocats de Cédric Jubillar, eux, soutiennent qu'une piste n'a pas été assez explorée: celle de l'amant de Montauban, avec qui Delphine Jubillar avec prévu de s'installer au début de l'année 2021, soit quelques mois après sa disparition. L'homme serait-il impliqué dans l'affaire? Pour l'instant, celui-ci a été auditionné trois fois par les enquêteurs, selon BFMTV. L'amant de Montauban vivait en couple avec la mère de son enfant, dont il prévoyait de se séparer et qui avait découvert sa liaison avec Delphine Jubillar. La compagne de l'amat de Montauban avait d'ailleurs contacté l'infirmière le jour de sa disparition, pour lui demander de rester discrète sur leur aventure tant que le couple ne serait pas officiellement séparé.

Cédric Jubillar, recadré par la présidente du tribunal : ces mots qu'il a prononcés

Cédric Jubillar a été entendu le 16 novembre par la cour d'appel de Toulouse, qui doit examiner la nouvelle demande de remise en liberté déposée par ses avocats. Une audience qui s'est déroulée à huis clos, selon France Bleu. Mais un petit incident s'est produit au sein du tribunal. Tandis que la présidente demandait aux journalistes présents de quitter la salle, Cédric Jubillar a saisi l'occasion pour chuchoter aux médias: "J'ai jamais fait de mal à Delphine". Mais la présidente a entendu ces propos et s'est exclamée: "Vous n'êtes pas là pour donner des interviews à la presse!". L'un de ses avocats, Alexandre Martin, a tenté de justifier l'attitude de son client: "Mais il n'a jamais eu l'occasion de s'exprimer!".
Durant l'audience, les avocats de l'artisan-plaquiste ont déploré une "détention provisoire abusive" et ont regretté que "la présomption d'innocence" soit "bafouée". L'avocat général, lui, a requis le maintien en détention du mari de Delphine Jubillar. La décision des magistrats doit être communiquée le 22 novembre. Autre échéance: le 3 décembre, Cédric Jubillar doit être entendu sur le déroulé en détail de la fameuse nuit de la disparition de son épouse.

Le cri du cœur des proches de Delphine Jubillar

Delphine Jubillar aurait fêté son 34e anniversaire le 15 novembre. En ce jour significatif, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant l'ancienne maison des Jubillar, à Cagnac-les-Mines.
La cousine de la disparue, Lolita, était présente pour lui rendre hommage et a interpellé Cédric Jubillar face aux caméras de BFM TV. "Ça va faire un an et on ne sait toujours rien (...) S'il a fait quelque chose, qu'il le dise. S'il sait quelque chose qu'il le dise", a-t-elle lâché. Et d'ajouter: "Cédric, c'est quelqu'un qui est très manipulateur, quelqu'un qui sait cacher des choses, qui sait mentir". Le détenu, clame toujours son innocence et ses avocats ont déposé une nouvelle demande de remise en liberté le 16 novembre.
Pour la cousine de Delphine Jubillar, celle-ci n'aurait pas pu sortir seule ce fameux soir. "Elle avait peur du noir et c'est totalement faux qu'elle soit sortie avec ses chiens. (...) Il a pu se passer quelque chose au domicile", a-t-elle déclaré à la chaîne d'information.

Delphine Jubillar : son dernier texto avant sa disparition

Delphine Jubillar avait envoyé un ultime sexto avant de disparaître. Le soir du 15 décembre, elle a d'abord regardé la finale de La France A Un Incroyable Talent, avec son fils Louis, à l'époque âgé de 6 ans. Puis, elle s'est changée en tenue de nuit, un combishort, et a envoyé un SMS à son amant de Montauban. "Moi aussi envie de toi, j'attends que ça, que ton lit soit le mien", a-t-elle écrit en plus d'un selfie envoyé, selon Le Parisien. D'après le témoignage d'une voisine, Cédric Jubillar serait sorti marcher dans le quartier entre 21h et 22h. Vers 22h30, l'infirmière de 33 ans et son fils se sont rendus dans la chambre de Cédric Jubillar afin "de faire un petit câlin", selon le récit du détenu, confirmé par le petit Louis.
Une demi-heure plus tard, alors que l'enfant était couché, il a entendu une dispute éclater entre ses parents. "Puisque c'est comme ça, on va se séparer", aurait notamment lâché l'artisan-plaquiste. Cédric Jubillar venait-il de découvrir le SMS envoyé par son épouse à son amant? 
Vers 23h07, deux voisines ont entendu les cris d'une femme et des aboiements de chiens, qui pourraient, selon elles, provenir du domicile des Jubillar. Le compte WhatsApp de Delphine Jubillar a été ouvert à 0h09 et sa caméra a été activée à 1h34. Mais par qui? Là encore, le mystère subsiste.