Melissa Gilbert (La Petite Maison dans La Prairie) a 58 ans : Mère toxique, Alcool, Drogues, Botox, Chirurgie... Excès et Nouvelle Vie

Vous connaissez tous son visage. Enfin, celui de Laura Ingalls. Car Melissa Gilbert, révélée dans "La Petite Maison dans La Prairie", n'a pas résisté à l'appel du bistouri. "Je me suis réveillée et je me suis dit: mais 'Tu ressembles à une carotte!'. J'ai coupé mes cheveux, arrêté le Botox et tout le reste...", vient-elle de confier. Retour sur le parcours chaotique de l'enfant chérie de l'Amérique: son adoption, ses démons, la chirurgie esthétique, ses secrets...

Melissa Gilbert (La Petite Maison dans La Prairie) a 58 ans : Mère toxique, Alcool, Drogues, Botox, Chirurgie... Excès et Nouvelle Vie
© SIPA (publiée le 06/05/2022)

Un générique inimitable, qui résonne encore aujourd'hui dans le coeur des fans des séries des années 1980. À l'écran, on a découvert Mélissa Gilbert, alors âgée de 10 ans, sous les traits de Laura Ingalls, petite-fille tout en jupons et longues tresses, dans La Petite Maison dans La Prairie. Saga portraiturant la famille idéale avec son cultissime papa coupeur de bois, Charles Ingalls. Une mélodie du bonheur version pionniers américains au coeur de l'Amérique du 19e siècle. Une peinture pas toujours rose évidemment (qui ne se souvient pas de la cruelle Nelly Olson?), mais elle a propulsé la petite Melissa Gilbert en icône de la Pop culture. 

Melissa Gilbert, une enfance compliquée dans la prairie

Mais si face caméra, tout avait l'air du conte de fées champêtre, côté coulisses, Melissa Gilbert, née le 8 mai 1964 à Los Angeles en Californie, confie avoir eu du mal à gérer cette notoriété. Dans ses mémoires - baptisées Prairie Tale, sorties en 2009 -, l'actrice raconte les facettes sombres de son enfance. Celles d'une petite-fille qui a grandi sous le joug d'une mère autoritaire, contrôlant ses moindres mouvements. "Bienvenue dans ma vie pas si simple!", confie-t-elle en préambule.

Melissa Gilbert : "Ma mère contrôlait toute ma vie"

"Ma mère, que j'aime beaucoup, a continuellement révisé l'histoire de ma vie", poursuit l'actrice en incipit de ses mémoires. Une vie sous contrôle, où tout était soumis à validation et empêchait ainsi la petite Mélissa de s'exprimer. "Par exemple, ma mère était à la tête de tout, y compris de ma carrière, ma consommation de nourriture, comment je m'habillais. Je ne l'ai jamais remise en question. Parler contre la famille était la forme ultime de déloyauté. Et la déloyauté n'était pas tolérée. C'était comme la mafia (...) J'ai toujours eu un peu peur d'être renvoyée, d'où que je vienne." Car Melissa porte en elle les craintes d'une petite fille adoptée...

Melissa Gilbert, une enfant adoptée par l'acteur Paul Gilbert

Derrière les paillettes de sa vie d'enfant star hollywoodienne - son père l'acteur Paul Gilbert a son étoile sur Hollywood Boulevard non loin de la sienne -, se cache la blessure d'une enfant abandonnée à sa naissance par ses parents biologiques. Melissa Gilbert le raconte également dans ses mémoires, alors persuadée d'être la fille d'une ballerine reconnue et d'un brillant étudiant: "J'atteins l'âge où je peux vérifier les faits de mon histoire. Ma mère est une simple danseuse, même si j'ignore de quel danse. Mon père est peintre d'enseignes. Ils sont chacun mariés de leur côté avec trois enfants, s'enfuient ensemble, ma mère tombe enceinte mais ils n'ont pas les moyens pour élever un septième enfant."

La vie rêvée de Laura Ingalls

Finalement c'est bien face caméra, dans les coulisses de La Petite Maison dans La Prairie que Melissa vivait sa meilleure vie d'enfant. "Pour moi, le travail était un rêve éveillé", raconte-elle encore dans son livre autobiographique. "J'étais une enfant insouciante avec un formidable père de substitution incarné par Michael Landon." L'acteur qui incarnait Charles Ingalls dans la série, était un homme aussi bon et généreux que son personnage. Un environnement idyllique dans lequel s'épanouit la petite Melissa. "Il y avait des gens à qui je pouvais parler, sur lesquels je pouvais compter. Il y avait des poules, des vaches, j'avais même mon propre cheval qui s'appelait Peanuts et d'autres animaux avec lesquels je jouais dans un décor idyllique. J'ai adoré jouer Laura parce que je voulais être comme elle"Un vrai conte de fée pour la jeune actrice.

Melissa Gilbert, alcoolique et droguée : sa descente aux enfers

Melissa Gilbert a 19 ans quand la série s'arrête. Au début des années 80, elle glisse peu à peu du côté obscur de la célébrité, ayant bien souvent recours à l'alcool et aux drogues pour trouver un peu de sérénité. "De la bière, un shot de tequila, puis une autre bière, ou deux ou trois. La cocaïne aidait aussi." Avec son petit-ami de l'époque, Rob, ils usent et abusent de toutes sortes de substances. À l'époque, elle confiait ne pas vouloir en prendre: "J'avais peur de mal faire". Melissa explique avoir finalement eu "le courage de sniffer quelques rails. Ça ne m'a rien fait." Ironie, la petite fiancée des Etats-Unis est alors porte-parole de la Maison Blanche pour la campagne anti-drogues Just Say No.

Melissa Gilbert et la dictature de l'apparence : elle est accro aux régimes et à la chirurgie esthétique

Avec une mère abusive, nourrie par leur relation dysfonctionnelle où on lui dicte ses faits et gestes, exposée au monde entier dès son plus jeune âge, difficile pour Melissa de s'épanouir sereinement. Son rapport à son image est compliqué, et celle qui a grandi sous les feux des projecteurs ne supporte pas se voir vieillir. "Mon état d'esprit était: tu dois rester mince, poursuit-elle dans ses mémoires. Tu dois continuer à être vue dans les bons endroits, à porter les bonnes chaussures, à conduire la bonne voiture. C'était tellement ancré en moi!" L'actrice reproduit son rapport addictif et compulsif à la drogue et l'alcool avec la chirurgie. Jamais rassasiée par le botox et les opérations, elle finit par ne plus se reconnaître...

Le chemin de résilience de Melissa Gilbert : "Je me sens enfin bien dans ma peau"

Après ce réveil brutal, usée par les excès et les injections, Melissa Gilbert décide de se prendre en main, comme elle le révélait à People. "J'ai grandi dans une industrie qui valorise l'extérieur beaucoup plus que l'intérieur. Et j'ai été prise dans l'engrenage de ce désir de rester jeune. (...) Je me suis réveillée et je me suis dit: mais qu'est-ce que tu es en train de faire? Tu ressembles à une carotte!" Son épiphanie, elle le doit à son dernier mari Timothy Busfield: "J'ai coupé mes cheveux, arrêté le Botox et tout le reste. J'étais toujours en train d'essayer d'être ce que les autres attendaient de moi. Je me sens enfin bien dans ma peau. Je me sens soulagée et bien plus heureuse." À 58 ans, Melissa Gilbert peut enfin s'aimer comme elle est.