Stéphanie de Monaco : drames et bonheurs d'une princesse libre

Passionnée, déterminée, engagée, Stéphanie de Monaco, scrutée dans ses moindres faits et gestes, s'est affranchie du regard des autres pour exister. Rebelle du Rocher, Altesse rock'n'roll, femme amoureuse, elle s'est cherchée sans jamais sacrifier sa personnalité, s'est trouvée et a su faire de ses souffrances une force. Maman comblée à l'heure du mariage de son fils aîné, elle nous subjugue.

Stéphanie Marie Elisabeth Grimaldi voit le jour  le 1er février 1965 à Monaco. Petite dernière des trois enfants du prince Rainier III et de la Princesse Grace, elle grandit choyée auprès de son frère, le prince Albert II de Monaco (né en 1958) et de sa sœur, la princesse Caroline de Hanovre (née en 1957).
Stéphanie, qui dès son plus jeune âge parle anglais et italien, fait ses études secondaires au pensionnat des Dames de Saint-Maur à Monaco, puis aux cours Dupanloup à Paris où elle décroche son bac Littéraire en 1982. Sportive, elle cultive un goût prononcé la gymnastique, la natation, le ski nautique et le ski alpin. Son enfance et son adolescence paisibles de benjamine de la famille royale ne laissent présager que de bons augures. Pourtant, la tragédie survient. Le 14 septembre 1982, elle est victime d’un terrible accident de voiture avec sa mère. Stéphanie s’en sort, Grace meurt. Cet évènement très perturbateur dans la vie de la jeune fille de 17 ans va la pousser à mener sa vie comme elle l’entend et à laisser de côté le protocole.

Succès. Après son bac, elle suit des cours de stylisme et, nageuse invétérée, créé une ligne de maillots de bain nommée Pool Position. Avec sa silhouette fuselée, elle s’improvise mannequin et présente elle-même les modèles. La jeune femme au style affirmé compose aussi un parfum, L’Insaisissable, un nom qui lui correspond bien. Lasse de la mode, elle se lance dans une carrière de chanteuse. En 1986, Stéphanie, coupe courte et look garçonne,  enregistre avec l’aide d’un ami proche, Ouragan.

Tempête dans les bacs : le titre se vend à plus de 5 millions d’exemplaires et reste 10 semaines en tête du Top 50. La gloire se poursuit avec la sortie du signe Flash tiré de son album Besoin, mais le showbiz, très peu pour elle. Son Altesse Sérénissime la Princesse Stéphanie de Monaco a sans cesse envie de changement et ne trouve pas le bonheur dans  la vie d’apparat. Elle s’engage dans l’humanitaire avec force et conviction. Impliquée dans la lutte contre le Sida, elle devient la présidente de Fight Aids Monaco qui a pour mission d’ "Informer, Prévenir et Soutenir". L’occasion de revenir à la musique avec le titre L’Or de nos vies (2006) composé par le groupe Kyo et interprété par le collectif Fight Aids, single dont le profit est reversé à Fight Aids Monaco.

Sans abandonner ses activités caritatives, l’insaisissable Stéphanie jongle avec différentes passions et activités et décide de se consacrer au cirque. Après la mort de son père en 2005, elle devient présidente du Festival international de Monte-Carlo, créé par le Prince Rainier. Elle hérite de la passion de son père pour l’univers du cirque et par amour pour un acrobate Adans Lopez Peres.

Sa vie amoureuse est aussi à l’image d’une tornade. Les liaisons (supposées ou avérées) de la jeune rebelle du Rocher sont la cible des journaux à scandales. Night-clubbeuse, la jeune Grimaldi serait ainsi tombait sous le charme de Paul Belmondo, de l’acteur américain Rob Lowe ou encore d’Anthony Delon. Des flirts surmédiatisés, puis des fiançailles avec l’homme d’affaires (et de presse) Jean-Yves Le Fur. En 1995, SAS La Princesse Stéphanie tombe éperdument amoureuse de… son garde du corps Daniel Ducruet, fils d'un modeste docker de Beausoleil. Deux enfants naissent de cette union roturière : Louis, en novembre 1992 et Pauline, en novembre 1994. Sans faste et quitte à donner un ulcère à Rainier III (qui leur interdit l’église), les amoureux maudits convolent en justes noces le 1er juillet 1995… avant de divorcer un an après, à la suite de la publication de photos du play-boy des plages en compagnie de Miss Seins Nus Belgique. Son mariage brisé, Stéphanie, toujours aussi libre, enchaîne les conquêtes, vit une romance sur les chapeaux de roue avec un pilote automobile…. puis tombe enceinte. Le 15 juillet 1998, elle donne naissance une petite Camille, reconnue par Jean-Raymond Gottlieb, bodyguard de la princesse qui apprécie qu’on la surveille de près.

En septembre 2003 et toujours en position d’équilibriste, Stéphanie de Monaco épouse l’acrobate Adans Lopez Peres… avant de s’en séparer quelques mois plus tard. Après le tumulte des sentiments, Stéphanie semble plus posée et apaisée. Elle ne vit plus sur un fil, ne se montre plus à fleur de peau, si ce n’est pour publiciser son combat en faveur des animaux. Digne fille de cœur de Brigitte Bardot dans son renoncement aux paillettes et au glamour bien-pensant, cette pasionaria de la cause des éléphants est avant tout maman.

Epanouie par les siens, par sa famille et désormais réconciliée avec les responsabilités dues à son rang,  Stéphanie de Monaco, 54 ans, se consacre pleinement à ses trois enfants. Elle fait de leur éducation, sa priorité, et apparaît rayonnante lors des manifestations du gotha monégasque, heureuse comme jamais d'avoir marié son fils aîné.

Stéphanie de Monaco : drames et bonheurs d'une princesse libre
Stéphanie de Monaco : drames et bonheurs d'une princesse libre

Stéphanie Marie Elisabeth Grimaldi voit le jour  le 1er février 1965 à Monaco. Petite dernière des trois enfants du prince Rainier III et de la Princesse Grace, elle grandit choyée auprès de son frère, le prince Albert II de Monaco (né en 1958) et...