Mariage Covid : nombre de mariages, état d'urgence prolongé

Chargement de votre vidéo
"Mariage Covid : nombre de mariages, état d'urgence prolongé"

La crise sanitaire a provoqué une chute de 34% du nombre de mariages en 2020 par rapport à l'année 2019, selon les derniers chiffres de l'Insee. L'Assemblée nationale a également voté pour le prolongement de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin 2021.

Combien de mariages en 2020 ?

[Mise à jour du 21 janvier à 10h35]. Selon le bilan démographique 2020 de l'Insee publié ce 19 janvier, le nombre de mariages en 2020 a diminué de 34,1% par rapport à 2019 ! En raison de la crise sanitaire et des rassemblements limités, 148 000 couples "seulement" se sont unis en 2020 alors qu'ils étaient 224 000 en 2019 et 234 000 en 2018. L'année 2020 avait pourtant commencé sur les chapeaux de roues avec un nombre de mariages en janvier et février largement supérieur à celui de 2019. Mais cette embellie a été stoppée par le premier confinement selon l'Insee. "Il n'y a eu presque aucun mariage en avril et en mai, et nettement moins que les années précédentes en juin-juillet", explique l'Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué. Entre mars et août 2020, le nombre de mariages a été divisé par deux par rapport à 2019. Des mariages ont été organisés comme les années précédentes en septembre et en octobre, mais ces deux mois ne suffisent pas à faire pencher la balance.

Etat d'urgence sanitaire prolongé : jusqu'à quand ?

Ce 20 janvier, l'Assemblée nationale a voté en faveur du prolongement de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin 2021. Ce projet de loi doit être débattu au Sénat en première lecture le mercredi 27 janvier avant une adoption définitive avant le 16 février prochain. 

Lieux de culte : combien de personnes ?

Depuis le 16 janvier, la France est sous couvre-feu de 18h à 6h pour une durée d'au moins 15 jours. Ce 24 novembre, Emmanuel Macron avait annoncé que les lieux de culte pourraient accueillir jusqu'à 30 personnes à partir du 28 novembre. Un chiffré jugé insuffisant par les autorités religieuses et les fidèles. Dénonçant une mesure "non nécessaire, disproportionnée et discriminatoire", des évêques et plusieurs associations catholiques avaient donc saisi le Conseil d'Etat qui avait annulé ce 29 novembre le décret limitant à 30 le nombre de personnes dans les églises et autres lieux de prières. "Il est enjoint au Premier ministre de modifier, dans un délai de trois jours les dispositions (du décret limitant le nombre de fidèles à 30) en prenant les mesures strictement proportionnées d'encadrement des rassemblements et réunions dans les établissements de culte", avait déclaré le Conseil d'Etat.

2 sièges libres entre chaque personne et une rangée sur deux

Finalement, Jean Castex avait annoncé ce 2 décembre que la jauge dans les lieux de culte serait limitée à un siège sur trois et une rangée sur deux. Ainsi, "les offices dans les lieux de cultes sont permis à condition de laisser deux sièges libres entre chaque personne ou entité familiale, ainsi qu'une rangée occupée sur deux. La limite de 30 personnes ne s'applique plus depuis le 3 décembre 2020 et les mariages sont limités à 6 personnes au plus", avait précisé le gouvernement. 

Mariage à la mairie : la jauge réévaluée ?

Comment expliquer que 30 personnes étaient jusqu'alors autorisées dans les lieux de culte, alors que seulement 6 personnes sont acceptées à la mairie, sans compter l'officier d'état civil et le secrétaire de la mairie ? "Par soucis d'équité, on a décidé qu'il y aurait désormais la même jauge pour les mariages civils que pour les cérémonies religieuses" avait annoncé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, sur ses réseaux sociaux ce 13 décembre. Dans les faits, le nombre de personnes accueillies pendant les mariages civils dépend de la taille des salles des mairies.

Pas d'événements festifs, ni de location de salles

Depuis le 15 décembre, le confinement est donc remplacé par un couvre-feu dès 20 heures ou 18 heures selon les départements, et jusqu'à 6 heures. Néanmoins, le nombre de personnes doit rester limité (avec 6 adultes à table). Emmanuel Macron avait, en effet, tenu à rappeler que les grands rassemblements demeuraient interdits et que "les déplacements inutiles" devaient être limités. Les grands rassemblements et événements festifs dans les salles à louer restent donc interdits, avait précisé le Président. Les mariages réunissant les proches ne sont donc pas encore d'actualité, puisque l'objectif du gouvernement est bien de "limiter toutes les activités qui multiplient les rassemblements et conduisent les gens à se rassembler dans des lieux clos"

Quels risques d'être contaminé à un mariage ?

Le site CovidTracker permet de calculer le risque de croiser une personne contaminée par le virus SARS-CoV-2 en se rendant dans un restaurant à une fête ou un mariage. En renseignant dans l'outil de calcul le taux d'incidence du virus du département ou de la métropole, une donnée disponible sur le site, et le nombre de personnes présentes, le risque est estimé sous forme de probabilité. Par exemple, pour un mariage avec 150 personnes à Nantes, la probabilité de croiser au moins une personne porteuse du virus est de 39%, de 75% à Strasbourg et de 22% à Brest.

Pourquoi les mariages sont-ils interdits ?

Emmanuel Macron avait déjà été clair le 15 octobre: "nous sommes dans une situation préoccupante et nous devons réagir pour freiner la diffusion du virus", avait déclaré le Président. Il souhaitait par conséquent que les Français réduisent leurs contacts privés, notamment "les moments de convivialité où l'on risque de s'infecter". Selon lui, les rendez-vous privés, les fêtes et les anniversaires, ainsi que les soirées festives, comme les mariages, sont des moments accélérateurs. Dans une tribune publiée le 13 septembre dernier au Journal du Dimanche, six médecins avaient tenu à rappeler les risques de contagion des fêtes privées. "Nous, médecins, ne sommes pas dans l'injonction. Mais il faut prendre soin les uns des autres et peut-être siffler la fin de la récréation. Évitez, autant que possible, les rassemblements privés. Plus une pièce est petite, plus elle contient de monde, moins elle est aérée, et plus vous augmentez les risques", avaient-ils écrit. En outre, selon les autorités sanitaires, ces rassemblements familiaux et festifs où l'on se retrouve dans la joie sont souvent l'occasion d'oublier les gestes barrières.

Faut-il reporter son mariage ?

La question d'un éventuel report se pose désormais pour les mariés du printemps. Les mariages de février, de mars, d'avril et de mai semblent de nouveau compromis et ceux prévus les mois suivants, inquiètent évidemment les fiancés qui ignorent s'ils pourront ou non se marier comme ils l'avaient prévu. De manière générale, jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire en février voire en juin 2021, la question des rassemblements se pose encore. Emmanuel Macron a par ailleurs prévenu, que nous devrons vivre avec le virus, au moins jusqu'à l'été prochain et selon l'OMS, nous n'atteindrons pas l'immunité collective en 2021, et ce même avec les campagnes de vaccination. Comme en juillet et août dernier, certains ont donc déjà pris la décision de reporter leur mariage Pour autant, d'autres décident tout de même de sauter le pas, en se mariant en petit comité. Hors de question pour eux de laisser le virus gâcher leur amour !