LES PARFUMS, JUMBO et BROOKLYN SECRET sont nos 3 coups de cœur du 1er juillet

Plongez votre regard dans les parfums de deux solitudes. Découvrez l'une des histoires d'amour les plus singulières du cinéma. Ralliez Brooklyn pour y célébrer deux âmes qui se rencontrent. "Les Parfums", "Jumbo" et "Brooklyn Secret" sont nos conseils ciné de la semaine.

LES PARFUMS, JUMBO et BROOKLYN SECRET sont nos 3 coups de cœur du 1er juillet
© Pyramide Distribution

Les Parfums de Grégory Magne

Huit ans après L'Air de Rien, qu'il avait co-réalisé avec Stéphane Viard, Grégory Magne ouvre cette année un flacon cinématographique gorgé de riches effluves : Les Parfums. Présenté fin 2019 à Saint-Jean-de-Luz, cette comédie feel-good évoque la rencontre de deux solitudes. D'un côté : Anne Walberg, ancienne sommité du monde du parfum, égotique et associable au possible, qui est contrainte d'arpenter la France pour des missions qui ne l'enthousiasment guère. De l'autre : son chauffeur, en déconfiture familiale, et toujours enclin à lui tenir tête quand tout le monde cède à ses caprices. Ce face-à-face, bâti sur la trame du road-trip, est porté par l'alchimie d'un duel, puis d'un duo, réunissant de manière alchimique Emmanuelle Devos et Grégory Montel. Plongée tout en délicatesse dans une profession méconnue –le pouvoir des nez– et dans les bulles mélancoliques de ses héros, ce film post-covid, au bouquet doux, se respire à plein écran.  

Avec Emmanuelle Devos, Grégory Montel, Gustave Kervern  (1h40)

Chargement de votre vidéo
"Les parfums // VF"

Jumbo de Zoé Wittock

Initialement prévu pour une sortie antérieure au confinement, Jumbo, le plus singulier et barré des films de ce printemps ciné bis, est fin prêt à exercer sur vous un véritable pouvoir de fascination. Très librement inspiré de l'histoire d'une femme ayant épousé la Tour Eiffel, cet ovni passé par les festivals de Sundance et de Berlin propose une love story pas comme les autres. Son héroïne, Jeanne, sorte d'Amélie Poulain perchée et solitaire, s'entiche du manège-phare du parc d'attraction dans lequel elle travaille de nuit. Une attirance dévorante, foudroyante pour laquelle elle s'abandonne corps et âme, au grand dam notamment de sa mère, perdue et désemparée. Si le film souffre de quelques maladresses, il nous happe en évitant tout jugement moral sur l'objectiophilie –l'héroïne n'est jamais regardée comme une bête de foire– et en immortalisant cette idylle comme n'importe quelle autre. Après Portrait de la jeune fille en feu, Noémie Merlant étincelle dans le rôle-titre.

Avec Noémie Merlant, Emmanuelle Bercot, Bastien Bouillon  (1h33)

Brooklyn Secret d'Isabel Sandoval

C'est du cinéma purement new yorkais, avec une portée intime et sociale forte, comme l'affectionnent Ira Sachs ou Tom McCarthy. Avec Brooklyn Secret, la cinéaste trans Isabel Sandoval signe une œuvre personnelle qu'elle est parvenue, avec une certaine grâce, à universaliser. Elle y incarne le rôle principal : celui d'Olivia, une immigrée philippine vivant dans la peur d'être expulsée de l'Amérique de Donald Trump. Alors que le mariage blanc qu'elle devait faire prend l'eau, cette dernière rencontre le petit-fils de la grand-mère ashkénaze dont elle s'occupe avec amour. Entre eux se développe, par petites couches délicates, un récit de tendresse et d'amour. Les fragilités -non négligeables- de ce drame deviennent progressivement des forces, le hissant en honnête radioscopie d'un personnage dont la quête stratifiée –identitaire, sexuelle, géographique– nous touche et nous embarque jusqu'aux silences. A l'instar de ceux des premiers plans, qui susurrent une réconciliation avec soi à venir.  

Avec Isabel Sandoval, Eamon Farren, Ivory Aquino (1h40)