Carola Rackete : qui est (vraiment) cette capitaine courage ?

On la surnomme la capitaine courage. Carola Rackete a bravé les autorités italiennes et le blocus instauré par Matteo Salvini pour faire accoster son navire de migrants au port de Lampedusa. Pour son acte désintéressé, elle risque jusqu'à 15 ans de prison. Qui est donc cette nouvelle figure de proue du combat humanitaire ?

Carola Rackete : qui est (vraiment) cette capitaine courage ?
© Alessandro Serrano'/AGF/SIPA

Carola Rackete ou le choix de la bravoure.  Le 29 juin, cette capitaine allemande de 31 ans porte secours à plus de 40 migrants à bord du bateau humanitaire, le Sea-Watch 3. Déterminée à ne pas faire débarquer les rescapés au port (dangereux) de Tripoli en Libye, elle pénètre dans les eaux territoriales italiennes et accoste de force à Lampedusa, après avoir erré deux semaines en mer.
En agissant de la sorte, Carola Rackete force le blocus instauré par le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini. Inévitablement, l'intrépide navigatrice est reçue par un comité d'accueil peu convivial: elle est interpellée par la police, immédiatement après l'accostage. "Je devais entrer dans le port. La situation était désespérée. Mon objectif était seulement d'amener à terre des personnes épuisées et désespérées. J'avais peur", explique-t-elle au Corriere della Serra.
Trois jours après l'incident, une juge invalide son arrestation, soulignant la noble motivation de Carola Rackete de sauver des vies. Une décision que le parquet d'Agrigente, en Sicile, pourvoit en cassation. Si la "capitaine courage", comme on la surnomme, est pour l'instant libre de ses mouvements, elle est la cible de deux enquêtes pour "résistance à un officier" et "aide à l'immigration clandestine", pour lesquelles elle est entendue le 18 juillet, par les procureurs italiens.
À la sortie du palais de justice, elle ne s'épanche pas sur le déroulé de l'audience, mais interpelle l'Union Européenne : "J'espère sincèrement que la Commission européenne, maintenant qu'un nouveau parlement a été élu, fera son possible pour éviter que des situations de ce genre ne se reproduisent". La jeune femme risque jusqu'à 15 ans de prison, 50 000 euros d'amende et la saisie de son navire. Héroïne pour les uns, "criminelle" pour les autres (dont Matteo Salvini), elle devient un véritable symbole. Mais qui est donc cette jeune femme impavide et portée par ses convictions ? 

Carola Rackete, héroïne des mers 

Cette diplômée d'un bachelor en sciences nautiques, dotée d'une fibre humanitaire sans faille, débute sa carrière en effectuant des expéditions en Antarctique et en Arctique pour l'Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine. "J'ai toujours vraiment aimé les zones polaires, parce qu'elles sont très belles et inspirantes. Mais y travailler est parfois triste parce qu'on y voit directement ce que les humains font à la planète", a-t-elle déclaré auprès de l'AFP. En parallèle, elle devient navigatrice et met ses compétences au service de Greenpeace en endossant le rôle d'officier de marine à bord d'un navire océanographique. En plus d'être vivement attachée à la protection de l'environnement, cette native d'Allemagne met un point d'honneur à tendre la main aux nécessiteux. C'est en 2016 que Carola Rackete participe pour la première fois à une mission de secours en mer de migrants avec l'ONG humanitaire allemande Sea-Watch. Elle poursuit son engagement en participant aux missions de Pilotes Volontaires, ONG française qui porte secours aux personnes en détresse via des moyens aériens. 

Carola Rackete : la grâce dans la tourmente

C'est lors de sa cinquième mission en mer que le capitaine courage brave l'autorité de Matteo Salvini pour faire débarquer les passagers migrants du Sea-Watch 3. La réaction du ministère de l'Intérieur italien, furieux, ne se fait pas attendre. Sur Twitter, celui-ci la qualifie d'"emmerdeuse de capitaine du Sea-Watch qui fait de la politique sur la peau des immigrés, payée par on ne sait qui" ou encore de "pauvre femme qui a seulement essayé de tuer cinq militaires italiens". Face à ces propos sexistes et dégradants, Carola Rackete annonce qu'elle compte porter plainte contre Matteo Salvini pour diffamation. Une initiative qui n'adoucit pas l'orgueil de l'impudent leader de l'extrême droite italienne. "Je n'ai pas peur des mafieux, alors imaginez une communiste allemande riche et gâtée... Gros bisous", a-t-il tweeté. Notons, sur une note positive, qu'Anne Hidalgo, impressionnée par le courage de cette Allemande de 31 ans, souhaite lui remettre la médaille Grand Vermeil, plus haute distinction attribuée par le maire de Paris. Une manière de souligner, selon le communiqué, son "soutien aux femmes et hommes qui œuvrent au sauvetage des migrants au quotidien". Une femme digne, contre vents et marées.

Carola Rackete : qui est (vraiment) cette capitaine courage ?
Carola Rackete : qui est (vraiment) cette capitaine courage ?

Carola Rackete ou le choix de la bravoure.  Le 29 juin, cette capitaine allemande de 31 ans porte secours à plus de 40 migrants à bord du bateau humanitaire, le Sea-Watch 3 . Déterminée à ne pas faire débarquer les rescapés au port (dangereux) de...