Olivier Duhamel, accusé d'inceste : l'enquête classée sans suite

Alors qu'Olivier Duhamel avait avoué des faits d'agressions sexuelles sur son beau-fils, le frère jumeau de Camille Kouchner, l'enquête préliminaire a été classée sans suite...

Olivier Duhamel, accusé d'inceste : l'enquête classée sans suite
© BALTEL/SIPA

[Mis à jour le lundi 14 juin à 12h08] L'enquête qui visait Olivier Duhamel a été classée sans suite "en raison de la prescription de l'action publique", nous apprend le parquet de Paris, le 14 juin. Le politologue était au cœur d'une procédure pour "viols sur mineur de quinze ans par personne ayant autorité" et avait admis avoir agressé sexuellement son beau-fils, "Victor" Kouchner, fils d'Evelyne Pisier. 
"Ce motif de classement est retenu lorsque les faits révélés ou dénoncés dans la procédure constituent une infraction qui aurait donné lieu à poursuites de la part du parquet si le délai fixé par la loi n'était pas dépassé", a précisé le procureur de Paris, Rémy Heitz.

Olivier Duhamel : ce qu'il avait avoué

Il avait tout avoué... ou presque. Le politologue avait été entendu par les policiers de la Brigade de Protection des Mineurs, le 13 avril, trois mois après qu'il a été accusé par son ex-belle-fille Camille Kouchner de faits d'inceste sur son frère jumeau, dans son livre La Familia Grande. Une audition qui avait duré près de 6 heures, selon TF1.

"Il a évoqué une énorme bêtise, une faute impardonnable au regard de la différence d'âge. Pour autant, il a cherché à minimiser les faits", a précisé une source proche de l'enquête au Parisien. Au moment des faits, celui qui est surnommé "Victor" par Camille Kouchner, avait 13 ans. Désormais, ce dernier a 45 ans.

"Si Victor le dit"... Les déclarations d'Olivier Duhamel

Dans son ouvrage, la fille de Bernard Kouchner a assuré que son frère jumeau avait été violé par leur beau-père, et que celui-ci se rendait dans sa chambre, la nuit, pour lui faire subir des fellations. Mais le politologue affirme qu'il ne se souvient pas des faits susmentionnés et a évoqué "uniquement" des caresses et baisers.

"Je ne m'en souviens pas, mais si Victor le dit, c'est que ça doit être vrai", avait-il toutefois déclaré. 

Mais contrairement aux accusations de Camille Kouchner et de son frère, Olivier Duhamel persiste et signe: selon lui, les agressions sexuelles n'ont pas duré plus d'un an et toutes se sont produites lorsque "Victor' avait au moins 15 ans. Les circonstances sont aggravantes si la victime est âgée de moins de 15 ans. 

Olivier Duhamel, entendu : des faits sous le coup de la prescription

Le veuf de la romancière Evelyne Pisier, mère de "Victor", dit ne pas bien savoir ce qui l'a poussé à commettre ces actes et assure qu'il n'a eu ces comportements qu'avec son beau-fils. 

Malgré tout, puisque les faits tombent sous le coup de la prescription et qu'aucune autre personne entendue n'a témoigné avoir été agressée sexuellement par le politologue, Olivier Duhamel n'a pas été placé en garde à vue et aucune charge ne peut être retenue contre lui. 

La fille et le fils d'Olivier Duhamel et Evelyne Pisier, Aurore et Simon, qu'ils ont adoptés en 1987 et 1989, ont eux aussi été entendus, mais assurent n'avoir jamais été attouchés par leur père.