Gérard Jugnot : son Dieu, son physique, son père, Alain Delon et avenir de clochard

Gérard Jugnot était l'invité de "Sept à Huit" sur TF1. L'acteur de 69 ans est revenu sur la relation particulière qu'il entretenait avec son père, et les nombreuses mises en garde de ce dernier quant au cinéma... Rares confidences.

Gérard Jugnot : son Dieu, son physique, son père, Alain Delon et avenir de clochard
©  JULIE REGGIANI/SIPA

Devenu une figure incontournable du cinéma français, Gérard Jugnot a une brillante carrière d'acteur mais aussi de réalisateur et de producteur. Le comédien de 69 ans a réalisé son rêve: celui de jouer la comédie. Interviewé par Audrey Crespo-Mara pour l'émission Sept à Huit sur TF1, il a raconté ses débuts de jeune talent et ses complexes sur son physique de "Monsieur Tout le Monde""À partir du moment où vous vous regardez dans la glace et que vous ne ressemblez pas à Alain Delon, vous vous dites : 'Bon, il faut que je trouve autre chose'", a déclaré le père d'Arthur Jugnot, toujours avec humour et autodérision.
Celui qui a fait ses premiers pas avec la troupe du Splendid en 1974 a également été confronté aux critiques de son propre père, plutôt réticent à une vie sous les projecteurs. "Quand j'étais petit, mon père c'était un Dieu. Après on s'est aperçu qu'on ne se comprenait pas sur certaines choses", a d'abord dévoilé Gérard Jugnot.

Gérard Jugnot : futur "clochard" selon son père

Lorsque le complice de Thierry Lhermitte et Michel Blanc évoquait ses désirs de cinéma, son père lui répondait "t'emballe pas, tu finiras clochard".  Interrogé sur ces quelques mots loin d'être agréables, Gérard Jugnot a finalement répondu dans Sept à Huit. 

"Son grand mot c'était 't'emballe pas', mais j'ai décidé de m'emballer", a assuré l'époux de Patricia Campi. Et il a bien fait !

Un pessimisme que l'acteur des Choristes a hérité de son paternel... Mais ce dernier lui a depuis pardonné ses sombres pensées. 

"Mon père était un peu inquiet, il voyait les choses un petit peu en noir, et je crois qu'il n'avait malheureusement pas ce que moi j'ai trouvé, c'est-à-dire un sens de la dérision, et de transformer cette noirceur en plaisir… ", a expliqué Gérard Jugnot.

Gérard Jugnot : la fierté de son père

C'est bien plus tard que le comédien a découvert que son père était fier de lui ! 

"Il ne l'a pas formulé, mais je pense qu'il était content. À sa mort, j'ai découvert un tas de dossiers, avec des coupures de presse, des critiques… Il enregistrait même des passages chez Drucker…", a-t-il pudiquement révélé.

Avant d'ajouter : "Il est parti, il avait 82 ans et il voyait que je n'étais pas à la rue. Son inquiétude de me voir clochard avait disparu". 

Une jolie conclusion...