Michael Lonsdale, la "honte" de sa famille : pourquoi il a été un enfant caché

Michael Lonsdale nous a quittés à 89 ans, le 21 septembre. Saviez-vous que le comédien avait été caché durant son enfance et avait été "la honte" de la famille ?

Michael Lonsdale, la "honte" de sa famille : pourquoi il a été un enfant caché
© JEANNEAU MICHEL/SIPA

Avant de connaître la gloire et le succès, l'acteur Michael Lonsdale, qui a poussé son dernier soupir le 21 septembre à 89 ans, a été la honte de sa famille. L'acteur est le fruit de l'union interdite entre la Française Simone Béraud et Edward Lonsdale-Crouch, militaire de l'armée britannique.
À l'époque, elle est déjà mariée lorsqu'elle tombe amoureuse (et enceinte) de ce soldat dans les années 1930. Elle est prête à quitter sa vie de privilégiée pour s'enfuir avec l'homme dont elle est tombée sous le charme… Mais elle dépend financièrement de son père, lui-même né hors-mariage. Après un court moment d'hésitation, elle décide de s'enfuir avec celui qui a volé son cœur, quitte à jeter l'opprobre sur sa famille. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Nicolas Bedos (@nicolasbedosofficiel) le

L'amour avant l'honneur

"Sa mère quitte quelques semaines plus tard son mari pour l'inconnu. La jeune femme n'ose pas annoncer la naissance du petit Michael, le 24 mai 1931 (à Paris, NDLR), à sa famille. Qui, lorsqu'elle est mise au courant, lui demande de cacher sa 'honte' le plus loin possible, en Australie".

La petite famille ne s'installe pas à l'autre bout du monde, mais décide tout de même de trouver refuge à Londres, en 1935, avant de poser ses valises pour dix ans au Maroc. 

De l'art de transformer ses faiblesses en forces

Dans son livre Il n'est jamais trop tard pour le plus grand Amour, Michael Lonsdale a décrit les sentiments qui l'ont envahi après cette enfance particulière.

L'acteur a su transformer ses faiblesses, ses blessures, en véritable forces. "Il fallait cacher la honte, et la honte, c'était moi (...) Je me suis souvent demandé si la raison pour laquelle je suis devenu comédien est liée à cette enfance, et je crois que oui. Pour deux raisons, c'était, d'une part, la possibilité de continuer à jouer – jouer je n'aimais que ça, je n'étais pas un bon élève – et, d'autre part, il y a quelque chose en moi sans doute qui s'est dit : 'Ah ! vous avez voulu me cacher, eh bien ! je vais vous montrer à tous que j'existe", a-t-il raconté.