Camille Moreau-Nélaton, une céramiste et impressionniste à découvrir à Rouen

Quel talent ! Céramiste et impressionniste, Camille Moreau-Nélaton était une femme moderne et singulière comme le montre l'exposition qui lui est consacrée au Musée de la Céramique à Rouen dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste.

Camille Moreau-Nélaton, une céramiste et impressionniste à découvrir à Rouen
© RMN-Grand Palais (Limoges, Cité de la céramique) / Frédéric Magnoux

"Camille Moreau-Nélaton avait trois handicaps : c’était une femme, elle ne se consacrait pas aux arts nobles comme la peinture et la sculpture et elle n’avait pas besoin de vendre ses œuvres pour vivre", raconte Xavier de Massary, arrière-arrière petit-fils de l’artiste et commissaire avec Alexandra Bosc de l’exposition Camille Moreau Nélaton, une femme céramiste au temps des impressionnistes  organisée par le Musée de la céramique de Rouen. Mais il faut croire que cette céramiste hors norme a réussi à transformer ces handicaps en atouts !

Une famille d'artistes

Portrait-Camille-Moreau-Nelaton
Camille Moreau-Nelaton © Xavier de Massary

Appartenant à la même génération que Claude Monet ou Auguste Renoir, Camille Moreau-Nélaton voit le jour en 1840 dans une illustre famille. Son père n’est autre Auguste Nélaton le chirurgien personnel de l’empereur Napoléon Ill. C’est son oncle Jules Nélaton, peintre, qui l’initie au dessin. Quand elle épouse Adolphe Moreau, conseiller d’état, elle entre dans une famille férue de peinture.

Ne découvre-t-elle pas une boite de couleurs dans sa corbeille de noces ?

Son mari qui est son plus fervent soutien lui propose de suivre l’enseignement d’Auguste Bonheur, le frère de Rosa Bonheur, la célèbre sculpteure et peintre. A l’époque, elle aime peindre les paysages qu’elle observe depuis sa maison de Fère-en-Tardenois dans l’Aisne.

Le Japon comme source d'inspiration

Une dizaine d’années après son mariage, Camille Moreau-Nélaton se prend de passion pour la céramique et commence à dessiner des fleurs, des oiseaux et des poissons sur des assiettes puis sur un service de toilette dans un style teinté de japonisme.

Inspirée par Félix Bracquemond et Théodore Deck, Camille Moreau-Nélaton se consacre ensuite au travail de l’argile lui permettant d’explorer toutes les facettes de son talent.

L’artiste avait en effet une approche singulière et moderne du traitement du décor, des émaux et de la couleur et maitrisait la technique de la barbotine, propre aux céramiques dites "impressionnistes".

Oeuvre-Camille-Moreau-Nelaton
Vases Terre cuite jaune ; décor d'émaux colorés parfois en superposition, partiellement gravés, recouverte d'un vernis © Musée des Arts Décoratifs, Paris / Jean Tolance

L’exposition qui est lui consacrée au musée de la céramique à Rouen revient longuement sur ces techniques.

Inspirante, Camille Moreau-Nélaton a aussi été très importante dans la formation de son fils Etienne, artiste, historien et collectionneur des peintres impressionnistes. Ce dernier est d'ailleurs l'auteur de la première et unique monographie consacrée à l'artiste disparue dans l'incendie du Bazar de la Charité à Paris, en compagnie de sa belle-fille.

Revenant longuement sur le statut atypique à l’époque de cette femme mariée amateure qui exposait et vendait ses œuvres, cette exposition rassemble pour la première fois des pièces aujourd'hui dispersées dans des collections publiques mais aussi provenant de collections privées et familiales !

Exposition "Camille Moreau Nélaton, une Femme Céramiste au Temps des Impressionnistes",

Musée de la Céramique de Rouen, du 11 juillet au 15 novembre 2020.

Tarif plein : 11 euros/ Tarif réduit : 8 euros. 

Ouvert tous les jours de 14 à 18h sauf le mardi.