UNE HISTOIRE D'AMOUR ET DE DESIR : notre coup de cœur du 1er septembre

"UNE HISTOIRE D'AMOUR ET DE DESIR : notre coup de cœur du 1er septembre"

"Une Histoire d'amour et de Désir" est le second long-métrage de Leyla Bouzid, six ans après "A peine j'ouvre les yeux". La cinéaste tunisienne y explore avec sensualité la rencontre de deux étudiants sur fond de poésie arabe. Magnifique.

Présenté en juillet dernier en clôture de la Semaine de la Critique à Cannes, Une Histoire d'Amour et de Désir aurait largement pu prétendre à la compétition. Six ans après l'excellent A peine j'ouvre les yeux, et son portrait d'une jeunesse tunisienne menant la révolution, la cinéaste Leyla Bouzid s'engouffre pour l'occasion au creux de vents contraires, au croisement parfait entre la passion du désir et sa répression. Pour le matérialiser, elle s'appuie sur son protagoniste, Ahmed -incarné par l'éblouissant Sami Outalbali. Loin de son personnage sexuellement libéré de Sex Education (Netflix), il incarne un étudiant de la Sorbonne qui découvre la littérature érotique arabe en même temps qu'il s'amourache de Farah (Zbeida Belhajamor), une étudiante tunisienne fougueuse et libre.
Comment briser les chaînes des tabous sexuels ? Est-ce que la toucher ou l'embrasser anéantira la puissance de l'amour naissant ? Quid des questions de réputation dont il a hérité dans son quartier ? Face à l'amour entêtant et aux envies qui lui tourmentent les chairs, Ahmed va essayer, sous la caméra sensuelle de la cinéaste, de faire taire sa réflexion pour que son instinct prenne le contrôle. Sa lutte intérieure serre le cœur et libère, ça-et-là, de sublimes soleils.
A découvrir au cinéma, en salles le 1er septembre