Alba August : "Mes histoires d'amour sont compliquées"

À 25 ans, Alba August est l'une des actrices scandinaves montantes de sa génération. Pas surprenant avec un pedigree comme le sien : elle est la fille de Bille ("Les Misérables", "Un train de nuit pour Lisbonne") et Pernilla August ("Star Wars"). À son tour de briller dès le 8 mai 2019 avec "Astrid", un biopic touchant sur la vie de l'écrivaine Astrid Lindgren. Confidences.

Alba August : "Mes histoires d'amour sont compliquées"
© Copyright DCM Erik-Molberg-Hansen

Avec un papa réalisateur et une mère actrice et productrice, impossible qu'Alba August échappe aux sirènes du 7e Art. Même si, de son propre aveu, elle s'était promis de ne pas suivre la voie de ses aînés, durant une courte période "punk". À l'affiche de la série danoise The Rain disponible sur Netflix, on retrouve Alba August dans la peau de l'écrivaine la plus célèbre de Suède, Astrid Lindgren (Fifi Brindacier, Ronya, fille de brigand) dans le biopic de Pernille Fischer Christensen : Astrid. Ce film-hommage évoque les grands moments qui ont bouleversé la vie de cette artiste féministe avant l'heure, suivant son émancipation de ses 17 à 21 ans. Un véritable défi pour la jeune actrice, qui nous en dit plus sur son personnage et ce qu'il lui a apporté. 

Le Journal des Femmes : Comment avez-vous travaillé votre personnage ?
Alba August : Je suis allé au casting et l'histoire d'Astrid Lindgren m'a touchée. Je ne la connaissais qu'en tant qu'artiste. Montrer son parcours et parler des souffrances vécues par ces femmes est important. J'ai dû apprendre le charleston, la sténographie, comment taper à la machine à écrire... Mes voisins s'en souviennent encore ! (rires) Je me suis accaparée les habitudes langagières et corporelles d'Astrid Lindgren. Par exemple, elle roulait beaucoup les "-r". 

Où se trouve la difficulté lorsque l'on interprète une artiste de renommée mondiale ?
Alba August : Les gens ont une vraie connexion avec Astrid Lindgren car elle a fait partie de leur enfance. Mais sa vie privée n'est pas connue du grand public. J'ai ressenti une sorte de pression lorsque je me suis rendue compte qu'elle était célèbre dans le monde entier. Ce rôle a été un challenge, mais Pernille (Fischer Christensen, la réalisatrice, Ndlr) m'a fait confiance. Toute la difficulté était de passer de l'âge adulte à l'adolescence et vice-versa. Et je suis tombée malade pendant le tournage ! Je ne faisais que vomir, mais on m'attendait pour filmer. Être le personnage principal peut être compliqué. Pernille m'a aidée à surmonter cette solitude.   

Au début du film, on découvre une jeune femme pleine de vie, qui se moque du regard des autres. Astrid préfère danser seule sur la piste au lieu d'attendre qu'un garçon vienne lui faire la cour. Quels sont les traits de personnalité que vous partagez avec votre personnage ?
Alba August : Cette scène a été un moment d'impro géniale ! C'est ma préférée car je me suis amusée. Le plus drôle est que nous avons tourné en Allemagne et les figurants s'attendaient à une scène de bal tout à fait classique... Au lieu de cela, ils m'ont vue me trémousser sur la piste toute seule. (Rires) Astrid est très sensible, empathique. Elle a su garder son côté enfantin et moi aussi. Je suis quelqu'un de spontanée, qui pense que tout est possible. 

Qu'avez-vous retenu en vous glissant dans la peau de cette auteure ? 
Alba August : Astrid Lindgren suivait son cœur. Elle n'avait pas vraiment de but, mais écoutait son intuition. C'était une rebelle, une femme inspirante pour l'époque de par son parcours et son origine modeste. C'est un exemple à suivre : elle osait être autre chose que jolie. 

Vous avez grandi dans un foyer où le cinéma avait une place de choix. Est-ce une tare ou une plus-value d'être la fille de deux grandes figures de cet univers ?
Alba August : Je réalise qui sont mes parents seulement quand les gens m'en parlent. Je pense qu'avoir des parents qui comprennent ce que je fais et qui sont passés par là est un plus car ils me montrent quel chemin prendre. Ils me donnent les outils pour bien prendre ma vie en main. S'ils avaient mon âge, nos relations auraient peut-être été difficiles, mais ils sont si vieux ! (rires)  

"J'ai su garder ma part d'enfant." 

Avez-vous côtoyé le monde d'Astrid Lindgren étant enfant ? Que représente-t-elle pour vous, maintenant que vous la connaissez mieux que personne ?  
Alba August : Elle a fait partie de mon enfance. En Suède, ses livres sont plus connus que la Bible ! Désormais, elle n'est plus cette femme de lettres aux drôles de lunettes que je connaissais. Elle fait partie de moi, on peut dire qu'elle est une amie. 

C'est un biopic qui raconte les combats d'une femme à une époque difficile. Avez-vous ajouté une touche personnelle à votre interprétation ?
Alba August : Je suis quelqu'un de complexe et le script l'est aussi. Dans le film, l'histoire d'amour se finit mal... Astrid dit "non" car elle est appelée ailleurs. J'ai demandé à la réalisatrice si Astrid ne devrait pas finir avec cet homme et elle m'a répondu : "Je ne sais pas, c'est compliqué !". Mes histoires d'amour sont similaires : rien n'est ni tout blanc, ni tout noir, c'est toujours : "Je t'aime mais..."

À part jouer la comédie, qu'est-ce qui vous fait vibrer ? 
Alba August : J'adore chanter ! Et cuisiner aussi, mais plus dans le sens de travailler les ingrédients pour créer quelque chose. Etant petite, j'aimais peindre et fabriquer de petits objets. J'aime travailler avec mes mains mais je n'ai plus le temps... Je vais essayer de le trouver.  

Biopic, série de science-fiction... Quels genres d'histoires préférez-vous raconter ? 
Alba August : Je veux plus d'histoires sur les femmes ! On fait des films sur la Seconde guerre mondiale, mais je veux savoir ce que les femmes ont fait durant cette période. Il faut plus de personnages féminins et de femmes à la réalisation... Il faut arrêter de faire ce que l'on attend de nous et faire ce nous voulons. Pernille Fischer Christensen n'aurait pas pu faire ce film à propos d'une femme lambda au début du XXe siècle. C'est la célébrité d'Astrid Lindgren qui a permis la réalisation du projet.  

"Astrid et moi sommes devenues amies !"

Les pays scandinaves sont souvent perçus comme étant en avance sur les questions de parité. Avez-vous déjà ressenti une différence en matière de respect des femmes au cours de votre carrière ? 
Alba August : Récemment, lors d'un tournage en Suède, je me sentais étrangement en sécurité car il y avait beaucoup de femmes à la technique et à la production. Sur le plateau, il y avait autant d'hommes que de femmes, l'ambiance était géniale ! Le changement commence par petites touches. 

D'autres projets en dehors de la série "The Rain" ?  
Alba August : En septembre 2019, je serais à l'affiche de Quick, un film sur l'histoire vraie de Thomas Quick, condamné pour des meurtres dont il s'est accusé lui-même mais qu'il n'a pas commis. J'y interprète le rôle de Jenny Kuttim, une journaliste qui cherche des réponses avec son confrère, Hannes Råstam (Jonas Karlsson). Ils tentent de comprendre cette histoire folle qui a secoué la société et la justice suédoise. 

"Astrid" de Pernille Fischer Christensen avec Alba August, Magnus Krepper, Maria Fahl Vikander. Durée : 2h03. En salles le 08 mai 2019. 

Alba August : "Mes histoires d'amour sont compliquées"
Alba August : "Mes histoires d'amour sont compliquées"

Avec un papa réalisateur et une mère actrice et productrice, impossible qu'Alba August échappe aux sirènes du 7e Art. Même si, de son propre aveu, elle s'était promis de ne pas suivre la voie de ses aînés, durant une courte période "punk" . À...