REBELLES : 3 bonnes raisons de foncer voir ces badass au ciné

En salles le 13 mars, "Rebelles" marque la première réalisation solo d'Allan Mauduit, après "Vilaine", co-dirigé en 2008 avec Jean-Patrick Benes. Il y donne le pouvoir à trois ouvrières incarnées par Cécile de France, Audrey Lamy et Yolande Moreau.

REBELLES : 3 bonnes raisons de foncer voir ces badass au ciné
© Albertine Productions

C'est une des très belles pochades made in France de ce début d'année : drôle et fort sympathique. Rebelles d'Allan Mauduit, vainqueur du Globe de Cristal lors du dernier Festival International de comédie de l'Alpe d'Huez, relate avec une précieuse générosité et un vrai sens du rythme les aventures délirantes de trois ouvrières d'une conserverie embarquées dans des aventures mafieuses. Nous vous donnons trois bonnes raisons d'y succomber en salles, dès le 13 mars.

Un point de départ original

Elles s'appellent Sandra (Cécile de France), Marilyn (Audrey Lamy) et Nadine (Yolande Moreau). A priori, tout les oppose sauf leur emploi : celui d'ouvrière dans une conserverie de poissons de Boulogne-sur-Mer. Chacune a ses raisons d'être lassée d'un monde décoloré, où les difficultés du quotidien entament le moral et l'esprit. Mais la panacée survient –heureusement ?– lors d'un terrible incident. En fin de journée, le patron libidineux de l'usine tente de violer la première, laquelle, en se défendant, lui tranche par mégarde le pénis et le tue. Les deux autres, témoins de la scène, préfèrent cacher le corps et garder le sac plein d'argent que le macchabé a laissé derrière lui. Commencent alors des péripéties truculentes qui vont redéfinir les fondements de leurs existences. Comme début d'intrigue, il faut avouer que ça envoie d'la sardine !  

Des actrices au diapason   

Si Rebelles est une réussite, c'est grâce à l'engagement et l'amour de ses trois comédiennes principales. Leur foi dans ce projet crève l'écran et leur plaisir de s'en donner à cœur-joie provoque un incontestable effet contaminant sur le public. Cécile de France, d'ordinaire habituée à des rôles de parisiennes cool, excelle sous les traits d'une ex Miss antipathique, qui retourne dans sa ville natale pour mettre la main dans la poiscaille. Un contre-emploi qui lui va à ravir. Audrey Lamy, pour sa part, met toute sa gouaille et son énergie débordante au service de Marilyn, une héroïne à 1000 volts et à la grande gueule. Quant à Yolande Moreau, elle se révèle parfaite en employée un peu discrète et suiveuse, et dont la personnalité va se réveiller au gré des déboires. Entre elles, l'alchimie est immédiate !

Des références bien digérées

Scénariste de la série à succès Kaboul Kitchen, Allan Mauduit puise pour Rebelles (dans lequel il retrouve l'acteur Simon Abkarian, interprète du Colonel dans le show de Canal+) ses principales références dans un cinéma anglo-saxon décomplexé, qui traite de sujets sociétaux avec entrain, façon The Full Monty. Dans le goût du dialogue et des situations cocasses, on pense également –toutes proportions gardées– aux frères Coen et à Quentin Tarantino. Le cinéaste (comme ses actrices) aime ce cinéma qui ose des excès et qui est voué à générer une forme de jubilation permanente. Pour autant, s'il fait penser dans son ton à une pléthore d'œuvres en langue anglaise, Rebelles reste un pur produit français, du terroir, avec un monde ouvrier jamais caricaturé. Ici, point de place pour la satire. Le but est de rire aux côtés de personnages vivants et vibrants, sans jamais dans le misérabilisme. Et ça fait un bien fou.

REBELLES : 3 bonnes raisons de foncer voir ces badass au ciné
REBELLES : 3 bonnes raisons de foncer voir ces badass au ciné

C'est une des très belles pochades made in France de ce début d'année : drôle et fort sympathique. Rebelles d'Allan Mauduit, vainqueur du Globe de Cristal lors du dernier Festival International de comédie de l'Alpe d'Huez, relate...