L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval : pourquoi la découvrir au ciné

"L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval" relate le projet fou d'un employé des postes qui, à la fin du 19e siècle, a décidé de construire un palais sur sa propriété. Nils Tavernier s'est emparé de cette histoire française, interprétée par un duo d'acteurs épatant, Jacques Gamblin et Laetitia Casta. Un film immanquable, en salles le 16 janvier !

L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval : pourquoi la découvrir au ciné
© SND

Homme lunaire et renfermé sur lui-même, Ferdinand Cheval, un facteur de la Drôme, parcourant chaque jour plus de 30 kilomètres pour son travail, a construit, durant 33 ans, un palais devant sa maison. Soutenu par sa femme et sa fille, il lui faudra 90 000 heures de travail pour bâtir cette demeure unique, aujourd'hui visitée par plus de 170 000 touristes chaque année. Retranscrite à l'écran par Jacques Gamblin et Laetitia Casta, sous la direction de Nils Tavernier, L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval mérite d'être vue. Voici 10 bonnes raisons :

  • Parce qu'il s'agit d'une histoire -incroyablement- vraie. Celle d'un homme modeste, qui n'a jamais voyagé, mais a construit, inspiré par son imagination, la nature et les cartes postales passées entre ses mains, le "palais idéal" le plus original qui soit.
  • Pour la réalisation précise, documentée et délicate de Nils Tavernier, à qui l'on doit le récent et réussi De toutes nos forces.
  • Jacques Gamblin est troublant de sincérité et d'intériorité dans le rôle de cet artiste, moqué de son vivant, que ni l'effort ou les drames personnels ont détourné de son projet.
  • Laetitia Casta, sublime, magnifie le rôle de cette femme supportrice d'un mari que beaucoup jugent fou ou sauvage mais dont elle a su voir "la belle âme". L'actrice continue d'épingler de jolis rôles à sa filmographie.
  • Parce que l'équipe a eu la chance de tourner dans le véritable Palais du Facteur Cheval, à Hauterives, classé monument historique (contre l'avis de beaucoup) en 1969, par André Malraux, alors ministre de la culture.
  • Pour la prouesse technique de l'équipe qui a reconstitué la construction du Palais étape après étape, en utilisant des plans truqués, des fonds verts et autres effets spéciaux.
  • Pour les costumes et le maquillage. Oublié le morphing via des effets spéciaux ! Ce sont des heures de maquillages, cheveux gris et des costumes rembourrés qui ont été nécessaires pour simuler le vieillissement des personnages sur plus de quatre décennies.
  • Pour le grand soin apporté aux décors et la lumière. Tous les ciels, ou presque du film, ont été retravaillés à l'ordinateur pour sublimer la campagne, les fonds des intérieurs ont été repeints en fonction de la colorimétrie des yeux des comédiens et plus le film avance, plus des tons d'ocre ont été introduits dans les plans pour signifier la vie du Facteur qui devient plus douce.
  • Pour les seconds-rôles, Bernard Le Coq, Florence Thomassin, Natacha Lindinger, ou encore la jeune Zélie Rixhon, qui interprète Alice, la fille du couple Cheval.
  • Parce que comme le dit le réalisateur, c'est avant tout une histoire d'amour. Et ça ne fait jamais de mal ! 

L'Incroyable Histoire du Facteur Cheval de Nils Tavernier, en salles le 16 janvier