Le jour où j'ai mis un doigt à mon mec [TEMOIGNAGE]

Le plaisir prostatique vous intrigue ? Virginie, 31 ans, a choisi de tester et de surprendre son partenaire avec une pénétration digitale de son anus. Elle nous raconte son aventure, étape après étape, réflexion après réflexion. Un récit dynamique et inspirant...

Le jour où j'ai mis un doigt à mon mec [TEMOIGNAGE]
© 123RF

La prostate… ça me connait (ou pas). Il y a un an, je suis tombée sur un article qui expliquait que le plaisir prostatique pouvait être dingue pour un homme. Curieuse, j'ai demandé à Google de m'en apprendre davantage. Même si on lit que tous les hommes ne raffolent pas de cette pratique (qui pourrait perturber leur rapport à la virilité) et qu'il faut passer par la porte de derrière (ce qui peut aussi perturber celle qui tend le doigt, enfin dans mon cas), je me suis dit qu'il était dommage de ne pas explorer cette possibilité. Et si mon mec en avait envie et n'osait pas m'en parler ? Autre scénario : et s'il n'y pensait pas mais s'apprêtait (grâce à moi) à découvrir un orgasme d'un nouveau genre ?

"J'ai bien pris note : il faut approcher l'anus en douceur, tourner autour, observer la réaction de son partenaire…"

Tous les deux, on est plutôt à l'aise au lit. Bon, on n'est pas du genre à parler et mettre des mots. On est ensemble depuis six ans. Je me souviens de notre première sodomie, au bout d'un an de relation. Ça s'est fait naturellement. On n'a rien anticipé, pas débriefé. Je suis plutôt pour la pratique qui s'installe en douceur. Je connais mon mec aussi : si ça ne lui plait pas, il ne va serrer les dents en m'assurant que c'est sa façon de sourire quand il est à deux doigts de jouir. Bref, décidée à me lancer (un de ces quatre), j'ai bien pris note : il faut approcher l'anus en douceur, tourner autour, observer la réaction de son partenaire (parti en courant ou tout content, du genre qui vous signale que vous pouvez franchir la ligne de départ) et s'inviter tranquillement dans le tunnel après avoir badgé. Une fois entré, il faut agiter le doigt comme si on appelait quelqu'un (hey, toi, viens par-là). Pour la théorie, voilà. De toute façon, je suis plutôt spontanée au lit, donc je me suis dit qu'on verrait bien en pratique. Comment ça vient, comment ça se fait. L'ambiance, tout ça. Aucune obligation, juste une envie d'aventure. 

"C'était une étape : j'étais plus proche de son anus que de son oreille"

Je n'en ai pas fait une obsession. C'était juste dans un coin de ma tête… et encore. Parfois, je n'y pensais pas du tout. Il s'est passé un nombre incalculable de rapports sans que je ne tente la moindre approche. Il y avait les jours où ça ne me venait même pas à l'esprit, les jours où je ne le sentais pas, les jours où je me demandais si mes ongles étaient trop longs et risquaient de lui faire mal. Puis il y a eu un nombre incalculable de rapports durant lesquels j'ai massé la zone du périnée, entre les testicules et l'anus. C'était une étape. J'étais plus près de son anus que de son oreille quoi. Il ne mouffetait pas du tout. Apparemment, c'était agréable. Ou du moins pas désagréable. En tout cas, j'ai bien pris mon temps. Je n'y voyais aucune urgence de toute façon. 

"Je me promenais vers son périnée, à quelques millimètres de son anus, et j'ai senti que c'était le moment"

Je ne sais plus comment, mais le jour de gloire est arrivé. Je me souviens d'un rapport plus intense que les autres. Grosse fièvre. Beaucoup de préliminaires (parfois, on fait d'ailleurs l'amour sans pénétration, on aime bien jouer dans tous les sens). Je me promenais vers son périnée, à quelques millimètres de son anus, et j'ai senti que c'était le moment. J'ai aussi compris que le degré d'excitation jouait un rôle fondamental. Certes, nous sommes toujours excités, mais il y a toujours des rapports sexuels durant lesquels nous atteignons une autre dimension. Et c'est dans cette autre dimension que nous sommes susceptibles de nous lâcher davantage, puisque soudainement, nous devenons fous, nous nous dévorons, les limites sautent comme de la dynamite.

"Déterminée comme jamais et connectée à mon GPS, j'y suis allée"

Enfin bon, je dis ça comme si mon doigt s'était dressé et était entré en toute fluidité. En réalité, j'ai vachement tourné autour du pot. C'était presque ridicule la pulpe de mon index planté à l'entrée de son anus, qui attendait sagement. Genre on scannait mon empreinte. Ce dont je me rappelle, c'est qu'après être restée plantée là, j'ai décollé mon doigt et nous avons fait d'autres choses. Puis je suis revenue, repartie, jusqu'à ce que j'insère "un peu" de mon doigt. Aucune mauvaise réaction de sa part. Il me semblait même qu'il était très excité et satisfait. Je ne savais pas si c'était grâce à mon initiative et le power point que je potassais depuis un an sur le point P, ou si c'était plutôt un tout, les caresses, la fellation, les baisers sauvages… Toujours est-il que tranquillement (mais sûrement), déterminée comme jamais et connectée à mon GPS, j'y suis allée.

Pour ce qui est du geste "viens par-là", ce n'était pas simple. L'étroitesse… Va bouger. Puis surtout, va penser. J'étais à la fois hyper concentrée sur ce que je devais faire pour lui procurer du plaisir, et à la fois très perturbée par mon geste, si intime. J'étais là, j'avais réussi, et mon mec ne m'avait même pas claqué la main. Il ne plissait même pas les yeux. Il prenait son pied (je touchais aussi son pénis, je veux dire : il aurait été bizarre de lui mettre un doigt sans rien faire d'autre).

Super, donc, j'assouvissais sa potentielle curiosité ou bien je lui ouvrais la voie d'un nouveau plaisir jusqu'ici inconnu. Je ne crois pas avoir beaucoup remué le doigt, je me suis plutôt contentée de tâter les parois. C'était déjà bien. Puis je suis sortie. Ce qui était étonnant, c'est que la Terre tournait toujours et que notre rapport vivait sa vie, comme d'ordinaire. Tant mieux ceci-dit.

"Après mon approche approximative d'une prostate dont j'ignorais l'humeur à cet instant précis, j'ai demandé à mon mec s'il avait aimé"

Je suis revenue une ou deux fois. Je n'ai pas de souvenirs exacts. Nous avons continué notre "rapport de préliminaires", nous avons joui, nous nous sommes allongés. Et je lui ai demandé "T'as aimé ?". Je lui demande souvent après l'amour, même si on ne s'épanche jamais. En général, il répond "oui", ou "c'était moins intense que parfois mais la bonne nouvelle, c'est qu'on refera l'amour". Et donc, ce jour-là, après mon doigt dans les fesses et mon approche approximative d'une prostate dont j'ignorais l'humeur à cet instant précis, mon mec m'a répondu : "Oui, mais je n'ai pas trop aimé le doigt dans les fesses".

Voilà, depuis, je me balade vers son périnée mais je ne vais pas plus loin. Je suis contente d'avoir essayé, surtout pour lui. Contente d'avoir osé une nouvelle expérience, parce que c'est toujours bien de tenter, de découvrir, de se faire un avis. C'est peut-être dommage d'en rester là, mais peu importe : il n'a pas aimé le doigt dans les fesses, je ne vais quand même pas insister.

Le jour où j'ai mis un doigt à mon mec [TEMOIGNAGE]
Le jour où j'ai mis un doigt à mon mec [TEMOIGNAGE]

La prostate… ça me connait (ou pas). Il y a un an, je suis tombée sur un article qui expliquait que le plaisir prostatique pouvait être dingue pour un homme. Curieuse, j'ai demandé à Google de m'en apprendre davantage. Même si on lit que tous...