Mort de Maryse Vaillant, psychologue à l'écoute des femmes

Douce, attentive, cultivée, Maryse Vaillant nous a aidées à devenir femmes, amantes, filles et mères, épouses ou célibataires. Elles nous a quittées, emportée par le cancer.

Mort de Maryse Vaillant, psychologue à l'écoute des femmes
© Maryse Vaillant © - 2012 / © William Daniels

Maryse Vaillant est décédée après une lutte acharnée contre une maladie qui lui avait déjà fauché un sein. Son combat contre ce satané crabe, Maryse Vaillant l'a mené, sans pathos, pour sa fille chérie, Judith, ses trois petits-enfants et son compagnon, Pierre. Pour cette passion des autres et de la transmission qui l'a animée jusqu'à son dernier soupir.
Née en 1944 à Château-Thierry dans l'Aisne, Maryse Vaillant est d'abord éducatrice puis chargée de mission pour la protection judiciaire de la jeunesse. A 22 ans, elle fait deux tentatives de suicide, puis travaille sur elle. Psychologue clinicienne, elle interroge les rouages de l'enfance, de l'adolescence et de la famille.
Elle s'installe en 2001 dans le Finistère afin de se consacrer à l'écriture. Un havre de paix loin des plateaux télés, mais une fenêtre sur le monde qu'en professionnel éclairée, inspirée et humble, elle ne cesse jamais de regarder. Et d'aimer. Le féminisme chevillé au corps, cette bonne vivante signe vingt-cinq ouvrages qui parlent d'amour, de sexualité, de fidélité, du regard des hommes, du rôle des parents... Son métier, c'est aussi une relation d'amitié avec les médias. Quelle experte didactique et sympathique !
Tous les journalistes qui ont eu la chance de la rencontrer, d'échanger avec elle, gardent le souvenir d'une interlocutrice exceptionnelle. Ceux qui ont assisté à ses cours à l'Université Paris VI sont aussi émus et tristes.
Sa curiosité intellectuelle, sa liberté de ton alliée à une réelle pédagogie nous ont appris à choisir, à décider, à faire preuve d'autorité, à moins dépendre des attentes et du désir des autres.

"C'est la proximité de la mort qui rend l'existence si colorée", disait-elle, en 2008, à Madame Figaro. D'ailleurs, dès l'annonce du terrible diagnostic, Maryse Vaillant décide de déguster un plateau de fruits de mer et de manger du crabe. Pour cette femme de mots, cela a du sens.
Le malheur l'aurait-il rattrapée ? Pensez-vous ! Son dernier livre doit paraître dans quelques semaines chez Abin Michel. Il s'intitule "Savoir que l'on va mourir et profiter de la vie". Humour, intelligence et tendresse. Maryse Vaillant va nous manquer.

marysevaillant
Mort de Maryse Vaillant, ici en 2012 © William Daniels