Mort de Victorine, 18 ans : portrait du meurtrier présumé et question du viol

Ludovic Bertin, papa d'un bébé de six mois, a avoué avoir tué la jeune Victorine Dartois. L'homme de 25 ans a été déféré jeudi devant les magistrats instructeurs qui l'ont mis en examen pour "enlèvement", "séquestration" et "meurtre précédé d'une tentative de viol" . Portrait du suspect, mobile du crime et réactions de la famille.

Mort de Victorine, 18 ans : portrait du meurtrier présumé et question du viol
© Sampers Erik/ABACA

[Mis à jour le 16 octobre à 09h12] Ludovic Bertin a été mis en examen pour pour "enlèvement, séquestration" et "meurtre précédé d'une tentative de viol" de la jeune Victorine Dartois, a annoncé le parquet de Grenoble. Aux juges d'instruction, il a raconté l'avoir croisée alors qu'il faisait son footing et que celle-ci se rendait chez elle à pieds après son après-midi shopping, le 26 septembre, près du stade de la prairie à Villefontaine. Une conversation aurait été engagée, mais une bousculade puis une dispute aurait suivi, de plus en plus violente... jusqu'à ce qu'il l'étrangle et noie son corps dans le ruisseau. 

Toutefois, le suspect de 25 ans n'a pas été en mesure d'expliquer pourquoi le pantalon de Victorine Dartois avait été baissé. Le père d'un bébé de six mois nie avoir violé la jeune femme de 18 ans. 

"Les éléments communiqué par le mis en examen sont peu satisfaisants, parcellaires et peu convaincants. Ce qui nous laisse très perplexe, c'est cette rencontre qui aurait mal tourné. Quand on connaît Victorine, on a du mal à croire qu'elle se soit emportée et qu'il y ait eu cette bousculade ayant mené à l'étranglement. La famille ne croit pas que Victorine ait pu s'emporter suite à cette bousculade", a estimé l'avocate de la famille selon Le Progrès
Antécédents judiciaires, situation familiale, entourage, déclencheur du passage à l'acte… Voilà ce que l'on sait.

Qui est le père de famille qui a avoué le meurtre ?

Arrêté par le GIGN, puis placé en garde à vue le 13 octobre, le suspect n'est pas inconnu des services de police. Empêtré dans quelques affaires de stupéfiants, il était décrit comme un "petit délinquant local", selon Le Parisien

D'après l'avocate de la famille, Kelly Monteiro, le suspect "n'est pas un proche de la victime". Pourtant, il habitait au rez-de-chaussée d'un petit immeuble de trois étages de Villefontaine, dans le quartier des Fougères, près de la famille de Victorine... et situé à près de dix minutes à pied du stade de la Prairie, où Victorine avait téléphoné à sa sœur vers 19 heures, juste avant sa mort

Pour un membre de son entourage, il s'agit d'un "garçon normal, même s'il avait pas mal changé depuis un peu plus d'un an en raison de sa consommation de stupéfiants". L'homme, âgé de 25 ans, est père d'un bébé de six mois et marié depuis plus de 3 ans.

Mais le quotidien était loin d'être rose. "Il y avait souvent des engueulades chez lui. On entendait des cris", a confié l'un de ses voisins, toujours au Parisien. Selon France Info, sa compagne et leur nourrisson auraient déjà déménagé de leur habitation.

Selon Le Dauphiné Libéré, Ludovic B. exerçait en tant que chauffeur-livreur après avoir échoué dans une affaire de négoces de pièces automobiles qu'il avait lancée en tant qu'auto-entrepreneur. 

Adolescent, il aurait été considéré comme un "perturbateur", mais jamais perçu comme un homme dangereux. 

Le suspect a déjà été condamné pour "port d'arme" et "destruction" alors qu'il était mineur, selon le Dauphiné Libéré. Il était également connu des services de police pour des "vols avec effraction" et "délits routiers", pour lequel il aurait porté plusieurs mois un bracelet électronique

Le suspect a participé à la marche blanche

Deux semaines après son crime, le 10 octobre, Ludovic B. avait croisé l'un de ses amis, Hakim, qui travaillait dans la même société de chauffeurs-livreurs, le 10 octobre. Selon ses confidences au Parisien, il "n'était pas dans son assiette, avait moins d'assurance que d'habitude". Les deux hommes auraient même conversé sur l'affaire du meurtre de Victorine. "Il m'a dit : 'J'espère qu'ils vont le retrouver'. Mais il esquivait un peu le sujet".

Selon son ami, le suspect, père d'un bébé de six mois, était "sociable, aimait bien rigoler dans le travail, profitait de la vie et partait en vacances". Et d'ajouter ; "Ça commençait à rouler pour lui, il était heureux d'être papa. Il me posait plein de questions".

Selon plusieurs témoignages, Ludovic B. aurait même participé à la marche blanche en mémoire de la jeune femme dont le corps a été retrouvé dans un ruisseau de Villefontaine, en Isère.

Selon le Dauphiné Libéré, le grand frère de Ludovic B. avait récemment publié une vidéo sur sa chaîne YouTube dans laquelle il avait dessiné une jeune fille blonde, qui semblait désigner Victorine, ainsi qu'un homme lui demandant de se déshabiller. La vidéo, troublante, a été retirée dans la nuit du 14 au 15 octobre.

Choc et incompréhension à Villefontaine

Les habitants du village d'Isère sont choqués. Killian, 17 ans, qui va au lycée avec la sœur de Victorine, a déclaré, plein d'effroi, au Parisien : "J'imagine cet homme de 25 ans qui s'est permis de prendre une fille à ses parents, alors qu'il a lui-même un enfant. Il s'est permis de lui faire peur, de la tuer". Les enquêteurs devront faire la lumière sur l'incompréhensible.

"Victorine était au mauvais endroit, au mauvais moment"

Mais qu'est-ce qui a pu pousser ce père de famille, consommateur de cocaïne, à commettre l'irréparable ? "Cela ressemble simplement à une mauvaise rencontre. Il aurait visiblement tenté de l'aborder. Victorine était au mauvais endroit, au mauvais moment", a déclaré au quotidien l'une des sources proches du dossier.

Un triste concours de circonstances ou un meurtre avec préméditation ? Beaucoup de questions restent en suspens. 

Pour beaucoup, Victorine était une jeune femme "accessible et souriante", qui aimait participer aux sketchs organisés par l'église du quartier. 

Ludovic B. : comment a-t-on retrouvé sa trace ? 

Le matin du 14 octobre, les enquêteurs se seraient rendus là où le corps de la jeune femme a été retrouvé, en présence de l'homme de 25 ans, afin de comparer les informations délivrées durant ses aveux et les éléments factuels des découvertes policières, d'après Le Dauphiné Libéré

C'est un quidam qui aurait aperçu le suspect sur les lieux du drame, avant d'en informer l'un des gendarmes. Un autre élément les aurait d'ailleurs mis sur la piste : Ludovic B. se serait débarrassé de ses vêtements et chaussures dans un conteneur d'une des communes proches de Villefontaine. Le 14 octobre, les enquêteurs ont pu retrouver ces vêtements. 

Durant l'interrogatoire, une perquisition a eu lieu à son domicile. 

Il sera présenté aux juges et probablement mis en examen à l'issue de sa garde à vue ce jeudi 15 octobre.

Une analyse ADN est en cours pour comparer avec celui qui avait été retrouvé sur le corps de la victime, et confirmer (ou non) les propos de l'homme. 

Des aveux qui surviennent près d'une semaine après les obsèques de Victorine Dartois. Les funérailles se sont déroulées à l'église Saint-Jean-Baptiste, à Bourgoin-Jallieu (Isère), le 7 octobre à 14h30, après une veillée de prière le 30 septembre à la paroisse Saint-Paul-des-4-vents et une marche blanche rassemblant presque 6000 personnes le 4 octobre. 

Des obsèques déchirantes

300 personnes ont pu assister à la cérémonie des funérailles à l'intérieur de l'édifice religieux.

Un écran géant avait également été installé place Carnot, sur le parvis de l'églisepour tous ceux qui souhaitaient faire leurs adieux à la jeune fille de 18 ans, respectant bien évidemment les règles sanitaires et le port du masque. 600 personnes étaient présentes pour suivre en direct la messe cocélébrée par 15 prêtres dont le représentant de l'évêque de Grenoble.

"J'ai pleuré quatre fois dans ma vie, à chaque naissance, et là, une cinquième fois", a dévoilé dans une émotion bouleversante James Dartois, le père de Victorine.

"Jamais je n'aurais imaginé que tu partes si tôt et si brutalement. Je me souviens d'une soirée à table où nous discutions en famille. On se disait : 'Et si l'un d'entre nous décède du jour au lendemain ?' Et toi, tu nous répondais : 'Si je meurs, vous seriez perdus sans moi'. Et à cinq, on plaisantait en te répondant : 'Oh non, au contraire, on aurait la paix' Moi, quand j'y pensais, je me répétais que je mettrais fin à mes jours si une personne d'entre nous mourait. Malheureusement, ce jour est arrivé. Aujourd'hui Victorine, tu me donnes une force que je n'ai jamais eue auparavant. Je ne pense qu'à toi. Et tu sais quoi ? Je n'ai aucun mauvais souvenir avec toi, aucun", a déclaré la grande soeur de Victorine, Romane, lors de l'office. "Tu avais des mots et des expressions qui nous faisaient rire, tu étais notre petit boute-en-train de la maison."

Seule sa famille, catholique et très pratiquante, a accédé à la mise en terre du cercueil blanc au cimetière.

Le cadavre de Victorine, disparue le 26 septembre au soir à Villefontaine en Isère, avait été retrouvé "immergé dans un ruisseau et difficile d'accès", situé dans la réserve naturelle de l'étang de Saint-Bonnet le 28 septembre, 

Reconstruire les faits

Une enquête a été ouverte pour enlèvement, séquestration et homicide volontaire par le parquet de Grenoble. Une première autopsie a été pratiquée, révélant que Victorine serait morte "par noyade avec l'intervention d'un tiers".

Son corps n'aurait pas été retrouvé dénudé, aucune trace de violence sexuelle n'aurait été constatée, mais la piste n'est pas écartée. "Des ecchymoses ont été découvertes sur le corps de Victorine", précise néanmoins le médecin légiste.

Les enquêteurs tentent encore de retracer minutieusement les faits sur les circonstances du drame, comme l'a rapporté Le Parisien

Le 25 septembre, l'étudiante aurait passé l'après-midi avec ses amis au Village des marques, un centre commercial. Tous auraient mangé ensemble à la Crêpe au Carré avant de se rendre à nouveau dans le centre-ville par un bus qui les auraient mené jusqu'à la gare routière de  Saint-Bonnet.

A 18h45, Victorine manque de quelques secondes le bus de la ligne F qui doit la ramener chez elle. 38 minutes d'attente sont annoncées pour le prochain... La jeune fille, qui a prévu de se rendre à la foire de Bourgoin-Jallieu avec sa sœur, décide de marcher jusqu'à son domicile. Un trajet qui est censé lui prendre 30 minutes. "Elle était habituée à prendre ce chemin. On a proposé de la raccompagner, mais c'est un endroit qu'elle connaît, elle nous a dit de rentrer chez nous…", a précisé un de ses amis au Parisien.

La jeune femme de 18 ans entame alors son itinéraire par une voie goudronnée, bordée par des champs et un bois. Elle passe devant un stand de tir à l'arc et se retrouve 15 minutes plus tard au parking du Stade de la Prairie, là où elle aurait passé son dernier coup de téléphone. Un endroit "pas tranquille" d'après certains parents interrogés par le Parisien.

Victorine peut alors passer à deux endroits différents pour rentrer chez ses parents. Elle aurait préféré emprunter la route éclairée, plus rassurante, plutôt qu'un tunnel sans lumière. Elle traverse ensuite la D36, pour se rendre dans une rue en sens unique jusqu'à la maison familiale. Sa trace s'est arrêtée ici...

Un numéro vert avait  été mis en place (0 800 200 142) pour faire avancer les recherches des enquêteurs. 

Louée pour sa joie, sa gentillesse et son sourire, unanimement appréciée, Victorine faisait l'unanimité.

Aucune querelle, aucune "histoire" connue, précise l'avocate sur France Info. Proches et défense réfutent l'hypothèse du suicide.

 

Je tiens tout dabord à tous vous remercier encore et encore pour TOUT. Vos paroles nous touchent, nous font verser des...

Publiée par Romane Dartois sur Mardi 29 septembre 2020

Enorme mobilisation

L'appel avait été lancé par la sœur aînée de Victorine le 27 septembre au matin.

Sa famille n'avait plus eu de nouvelles de l'étudiante en BTS communication au lycée Nicolas-de-Condorcet à Saint-Priest depuis 19h alors qu'elle se trouvait pourtant sur le chemin du retour vers son domicile. Elle avait passé un dernier appel téléphonique à ses parents, indiquant qu'elle avait loupé le bus et qu'elle ferait donc le trajet à pied.

Sur son compte Facebook, Romane Dartois avait publié un long texte ainsi que deux photos pour mobiliser le plus de forces possibles afin de retrouver l'adolescente. 

"URGENT ! MA PETITE SŒUR A DISPARU ! Cette jolie jeune fille de 18 ans qui est ma petite sœur a disparu... Elle était en route pour rentrer à la maison. Le chemin qu'elle parcourt pour rentrer est de St bonnet centre jusqu'aux Fougères à VILLEFONTAINE, le dernier appel qu'elle a passé était au Stade de la prairie à 19h depuis elle ne répond plus aux messages, aux appels...", avait débuté la jeune femme. 

 

URGENT ! MA PETITE SUR A DISPARU ! Cette jolie jeune fille de 18 ans qui est ma petite sur a disparu... Elle etait...

Publiée par Romane Dartois sur Dimanche 27 septembre 2020

"J'écris ce message avec beaucoup d'émotions et je compte sur vous pour qu'on l'a retrouve en bonne santé. Il ne s'agit pas d'une fugue, ce n'est absolument pas son genre.", avait-elle conclu, dans la détresse.

A la suite de cet appel à témoins, 300 personnes étaient parties à la recherche de l'étudiante à la Faculté de Lyon 3 dans la journée de dimanche.

Les proches de Victorine avaient également relayé l'information sur les réseaux sociaux...

Les recherches se sont poursuivies le lendemain avec des plongeurs et deux chiens Saint-Hubert. Dans la journée du 28 septembre, les baskets, le sac à main et un masque chirurgical appartenant à l'étudiante avaient été retrouvés au bord de l'étang par l'un des chiens employés durant les recherches. Avant la macabre découverte...

Chargement de votre vidéo
"Mort de Victorine : le point sur l'enquête - JDF"