Bernard Ménez : Femme, Coma, Argent, Physique, Complexe, Phobie...

Ses débuts difficiles, sa femme, ses ennuis avec le Fisc, son régime, ses soucis de santé, son obsession... Tout ce que vous ne saviez pas sur l'acteur Bernard Ménez, qui fête ses 77 ans le 8 août !

Bernard Ménez : Femme, Coma, Argent, Physique, Complexe, Phobie...
© Bernard Ménez en 2019 par Jacques BENAROCH/SIPA

Bernard Ménez fête ses 77 ans le 8 août. Mais pour le comédien, pas question de se reposer sur ses lauriers! Il est récemment remonté sur scène aux côtés de Camille Hugues pour jouer la pièce mise en scène par Eric Assous, Les Montagnes Russes. Il faut dire que l'acteur a longtemps ramé pour voir ses talents reconnus. Ses débuts compliqués, son passé de prof, sa femme, ses enfants, ses soucis de santé, son complexe... Secrets et moments forts de la vie de Bernard Ménez.

Bernard Ménez naît le 8 août 1944 à Mailly-le-Château, dans l'Yonne

Bernard Ménez grandit aux côtés de ses trois frères, d'un père agent des Postes, Télégraphes et Téléphones, et d'une mère d'abord secrétaire de mairie, puis femme au foyer.
Tandis que tous ses frères deviennent ingénieurs, Bernard Ménez, timide de nature, se dirige vers l'enseignement, tout en s'adonnant au théâtre qui lui permet de s'ouvrir à de nouvelles aventures.
Après avoir obtenu son baccalauréat en 1960, Bernard Ménez entre en classe préparatoire scientifique au lycée Charlemagne. En parallèle, il devient moniteur de colonies de vacances pendant plusieurs étés, puis est promu au rang de directeur.
Il est ensuite reçu au concours de l'École normale supérieure de l'enseignement technique, mais, peu enclin à entamer cette formation, il préfère effectuer son service militaire en tant qu'élève officier de réserve.

Bernard Ménez, prof malgré lui

A la fin des années 60, il devient instituteur et professeur de mathématiques, physique et chimie, durant plusieurs années.
Dès 1969, Bernard Ménez se rend à l'évidence: c'est le théâtre qui l'anime réellement. En 1970, il allie ses passions pour la comédie et l'enseignement, et fonde la Compagnie Sganarelle spécialisée dans les auteurs classiques pour les lycées et les collèges.
Bernard Ménez obtient son premier rôle au cinéma en 1973 dans Pleure Pas La Bouche Pleine, de Pascal Thomas.

Son rêve américain (ou presque)

Malgré tout, le comédien en herbe ne parvient pas à percer. "Comme à l'époque le Canada incitait les jeunes à immigrer, j'avais pris un billet d'avion pour tenter ma chance à Montréal", s'est-il souvenu auprès du média Trois Couleurs. Finalement, une semaine avant de s'envoler pour le Canada, son agent lui propose de rencontrer le réalisateur Jacques Rozier. La veille de son départ, il lui propose un rôle dans le film Du côté d'Orouët. Le début de la consécration.
Puis, en 1982, il réalise et scénarise le film Les P'tites Têtes
Il remporte également un succès en tant que chanteur, avec son titre inoubliable, Jolie Poupée

Oh, oh, oh, Jolie Poupée...

Après la sortie du morceau, l'acteur est confronté à des problèmes financiers. "J'ai eu affaire à une inspectrice des impôts convaincue que tout contribuable est un fraudeur qui s'ignore. Pour elle, c'était évident, je cachais du pognon en Suisse. Quand j'ai reçu les avertissements, avant Noël, j'ai cru qu'on me prenait tout. Je devenais fou", a-t-il confié à Ciné Télé Revue. Heureusement, l'un de ses amis, comptable, a pu l'aider à sortir de l'ornière et sa "bonne foi a été reconnue".

Bernard Ménez entre à la Comédie-Française en 1991, mais...

Il la quitte rapidement. Et pour cause, certains sociétaires ne lui réservent pas un accueil des plus chaleureux. "Mon contrat était de six mois, et vu la tête accueillante de certains sociétaires lorsqu'ils m'ont vu arriver, je n'ai pas insisté, j'ai donné ma démission", a-t-il confié au Point sans en dévoiler davantage.

Vie de famille

L'acteur est marié à une femme d'origine espagnole, prénommée Maribel. Il est père de trois enfants, William, Olivier et Élisa Ménez, qui travaille dans la production du jeu Les 12 Coups de Midi avec Jean-Luc Reichmann.

Parcours politique

En 2002, Bernard Ménez se lance dans la politique. Il se présente aux élections législatives et termine 4e de la 12e circonscription de Paris. Puis, il créé le mouvement DIVERS (Démocrates Indépendants Voulant Ensemble le Renouveau de la Société). Puis, au premier tour des élections législatives de 2007, il recueille seulement 0,3 % des suffrages. Un échec qui le convainc de ne plus se présenter à de futures élections.
Depuis 2017, il fait partie de l'Académie Alphonse-Allais, qui réunit 75 membres du monde de l'art et de la culture.

Problèmes de santé

Bernard Ménez a été confronté à des soucis de santé. En août 2020, alors qu'il était à l'hôpital pour effectuer une coloscopie, il s'est retrouvé dans un "état grave" et avait dû être plongé dans un coma artificiel, avait indiqué France Dimanche. Heureusement, quelques temps plus tard, Bernard Ménez avait rassuré son public sur son compte Facebook: "Ca va mieux. En tout cas, je vous remercie tous très fort d'avoir pensé à moi... Ça m'a été d'un grand réconfort".

Sa phobie 

Bernard Ménez a "horreur de grossir", a-t-il expliqué à France Dimanche, avant de préciser: "Donc j'ai l'instinct immédiat qui me fait ralentir dès que besoin. Surtout que je fais normalement 2h de tennis par semaine". Alors, lors du premier confinement, l'acteur s'imposait un régime strict. Il mangeait "seulement une fois par jour, en fin d'après-midi".

Son pic, son roc...

Le comédien a longtemps été complexé par son nez. "J'avais vraiment l'impression d'avoir le long nez de la famille, et pas très droit. Je me sentais à la traîne, anormal. Et d'avoir du mal avec les filles n'arrangeait rien. Mon nez a été une préoccupation permanente jusqu'au jour où, grâce au cinéma, il a été un atout", a-t-il détaillé auprès de Ciné Télé Revue.