Kendji Girac raconte sa vie "comme un gitan", près des caravanes

Contre toute attente, Kendji Girac ne vit pas dans une résidence luxueuse... mais réside près des caravanes de sa famille. Le futur papa de 24 ans a montré son univers très privé au "Parisien", entouré des siens et de petits chiens !

Kendji Girac raconte sa vie "comme un gitan", près des caravanes
© Stephane Vansteenkiste/SIPA

Kendji Girac a beau passer certaines nuits dans des hôtels luxueux et écumer les plus grandes scènes de France, c'est dans la caravane familiale qu'il se "sent le mieux", a-t-il confié au Parisien... Le journal quotidien l'a suivi dans son élément.
Le chanteur de 24 ans réside dans un petit pavillon d'une banlieue parisienne, tout près des caravanes de sa famille.
Point de villa prestigieuse ou de manoir au décor fastueux. Il s'agit d'une simple "maison individuelle modeste au grand toit de tuiles marron", qui "est agrémentée d'un petit jardin en gravier", lit-on. "Parfois je dors dans la maison, parfois dans la caravane, c'est un refuge dans lequel je me sens bien, et j'adore y entendre le bruit de la pluie qui me berce. C'est une chance d'avoir les deux… Et oui, je vis toujours comme un gitan", a expliqué l'artiste fier de ses racines, au Parisien.

Et de préciser : "Peu de gens imaginent que je vis encore comme ça, mais c'est mon équilibre". Chez lui, les barbecues en famille sont légion. Il est constamment entouré de sa mère Carmen, son père Paul, son grand frère, ses sœurs, leurs compagnons, leurs enfants... et même de trois petits cabots de race Spitz !

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Jai de la chance dêtre en confinement avec mon père. Il faut profiter de ces moments en famille #restonscheznous

Une publication partagée par Kendji Girac (@kendji) le

Kendji Girac, "seul" et "abandonné" 

L'interprète de Color Gitano a bien essayé de prendre son envol loin des siens et de jouir d'un train de vie plus luxueux... en vain.

"Je ne lâcherai pas ce petit coin de paradis même pour un appartement sur les Champs-Elysées à 10 millions d'euros. Il y a quelques années, j'en ai loué un pendant un mois et demi, rue de la Boétie, je le payais 4 000 ou 5 000 euros par mois. J'y suis resté une semaine et je suis rentré ici. Il n'y a rien à faire, je n'y arrive pas. Ça m'a agacé, je me sentais seul, abandonné. Malgré les allers-retours qui me prennent du temps, c'est ici que je me sens le mieux", a détaillé le coach de The Voice Kids, qui aurait touché 200 000 euros pour sa participation au programme, selon Télé 7 Jours.

Kendji Girac, élagueur le jour, bête de scène la nuit

Pas question de laisser ses chevilles enfler. Kendji Girac sait d'où il vient et n'a pas peur d'y retourner. Son père, élagueur de profession, n'a pas non plus changé de train de vie.

"J'ai travaillé encore ce matin. J'adore mon métier même s'il est très dur et dangereux. D'ailleurs, Kendji le faisait aussi. Cet été, il est même parti sur un chantier pour aider un cousin à couper des branches. Quand ils l'ont vu arriver, personne n'y croyait", a-t-il raconté.

Nul doute que le chanteur, qui s'apprête à devenir papa, transmettra ses valeurs à son futur enfant avec sa compagne Soraya Miranda. En attendant, il savoure d'ores et déjà le succès de son 4e album, Mi vida, sorti début octobre.

En dehors de la cellule familiale toutefois, la réalité reprend ses droits.

Les fans se massent derrière le chanteur, il enchaîne les interviews de promotion et va même s'entraîner dans une salle de sport VIP, où l'on peut croiser "Laurent Delahousse et sa compagne Alice Taglioni en plein gainage", selon Le Parisien.

De quoi perdre le nord... mais Kendji Girac n'oublie pas "le coeur qui bat sous sa peau"...