Jean-Jacques Goldman : les femmes de sa vie, sa famille, ses secrets [PHOTOS]

Chanteur au grand cœur et à la discrétion légendaire, Jean-Jacques Goldman continue de fasciner, à raison. Retour en images sur l'itinéraire de ce chanteur mystérieux et talentueux.

Personnalité préférée des Français, mais aussi l'une des plus secrètes, Jean-Jacques Goldman est mis à l'honneur sur France2 dans le magazine Un Jour, un Destin de Laurent Delahousse. L'occasion de revenir sur le parcours d'une star de la chanson qui rêvait d'anonymat...
Jean-Jacques Goldman est le troisième d'une famille de quatre enfants, né dans le XIXe arrondissement de Paris d'un père polonais communiste qui a participé à la résistance française. Son enfance, il la passe entouré de ses frères et sœurs et de ses parents, qui ont un magasin d'articles de sport. "J'étais dans une famille très révoltée, militante. J'étais un peu le traître de la famille car je m'intéressais uniquement à la musique et aux filles. A table, cela parlait de Cuba, et moi, je ne savais même pas où c'était", a-t-il expliqué dans le documentaire Jean-Jacques Goldman, de l'intérieur. Et d'ajouter: "Enfant j'ai eu peur de tout : l'école, les autres, tout me terrifiait".

Jean-Jacques Goldman, boy-scout, étudiant en commerce… et musicien

Un enfant discret qui voit son âme d'artiste se réveiller davantage lorsqu'il intègre l'association de scoutisme Éclaireuses Éclaireurs de France. C'est au sein de ce groupe qu'il découvre son talent pour la musique. Il y apprend la guitare en jouant autour de feux de camp et se lance dans des leçons de piano et de violon.
À 14 ans, il entre dans une chorale de gospel à l'église de Montrouge et devient le leader d'un groupe au sein duquel il joue de l'orgue numérique. Grâce au père Dufourmantelle, ils sortent un disque vendu à la sortie de la messe. Le jeune artiste en herbe touche du doigt son rêve musical...
Peu doué pour les études, il parvient tout de même à intégrer la prépa HEC et entame des études de commerces à Lille, au sein de l'EDHEC, avant de s'inscrire en faculté de sociologie. Un parcours studieux pour un étudiant dont l'esprit est ailleurs… dans les nuages et surtout dans les accords de sa guitare ! Jean-Jacques Goldman se décide à rejoindre le groupe de rock Taï Phong après avoir effectué son service militaire. Le succès frappe à leur porte grâce à leur titre Sister Jane, qui fait un tabac.

Jean-Jacques Goldman : Mariage et drame familial

En 1975, il épouse Catherine Morlet et devient papa d'une petite Caroline la même année, avant de lui donner un petit frère, Michael, et une petite sœur, Nina.
Alors que le chanteur commence à vivre de sa musique et découvre les joies de la paternité, un drame familial vient le rattraper. Son demi-frère, Pierre Goldman, est condamné à la prison à perpétuité en 1974, accusé d'avoir pris part à un vol à main armé au sein d'une pharmacie parisienne qui a entraîné la mort de deux employées.
Deux ans plus tard, ce militant  d'extrême-gauche est acquitté… mais il meurt, assassiné brutalement. Le meurtre n'est jamais résolu, mais revendiqué par un groupe d'extrême-droite. "Ce drame a pesé dans l'histoire de Jean-Jacques Goldman. L'un de ses amis d'enfance, avec qui il a fait ses débuts musicaux, m'a dit qu'il avait été évidemment touché par la mort de Pierre Goldman", a expliqué la journaliste Magali Serre au Progrès.

Jean-Jacques Goldman, l'ami des stars

Dans les années 80, Jean-Jacques Goldman se relève peu à peu de cette épreuve et trouve réconfort dans sa musique. Il commence enfin à percer avec son morceau Il Suffira d'Un Signe, puis enchaîne les succès avec Je Marche Seul, Envole-moi ou Encore Un Matin… 
Par l'intermédiaire de ses amis Michel Berger et Daniel Balavoine, il rencontre Johnny Hallyday et compose quelques uns de ses plus grands titres, tels que L'Envie, Laura ou Je Te Promets. Il croise aussi Florent Pagny pendant un spectacle des Enfoirés, devient son ami, et lui écrit, entre autres, les titres Si Tu Veux M'essayer ou Est-ce Que Tu Me Suis. À de nombreuses reprises, il est sacré personnalité préférée des Français.

Jean-Jacques Goldman : "J'avais honte de passer à la télé"

Mais les chevilles de Jean-Jacques Goldman n'enflent pas devant tant de gloire, au contraire. Le chanteur se passerait bien de la célébrité et des foules en délire, il préférerait se fondre dans la masse. "Quand j'ai fait l'Olympia, je n'ai pas invité mes parents, j'avais presque honte de passer à la télé", a-t-il confié dans le documentaire Jean-Jacques Goldman, de l'intérieur.
Les préoccupations de l'artiste sont ailleurs : très engagé, Jean-Jacques Goldman participe activement aux concerts des Enfoirés pour les Restos du Cœur, et compose même La Chanson des Restos. Il s'implique également dans de nombreuses associations comme le Sidaction ou Solidarité Asie.
Quand il n'est pas sur scène ou en train de composer de nouveaux titres, l'artiste aime tout simplement passer du temps avec les siens, traîner chez lui ou encore faire du snowboard (un sport pour lequel il s'estime plutôt doué).

Jean-Jacques Goldman : qui sont ses 6 enfants

En 2001, après son divorce d'avec sa première femme, il épouse Nathalie qui n'est autre que… l'une de ses fans. Audacieuse, la jeune femme tape un soir à la porte de la loge de son idole et tous deux tombent sous le charme l'un de l'autre. Depuis, ils mènent une vie à l'abri des caméras et s'occupent de leurs trois filles, Maya, 16 ans, Kimi, 15 ans, et Rose, 13 ans.
Quant à ses enfants aînés, chacun poursuit son chemin. Michael Goldman, 42 ans, lui, a fondé son label fondé sur le financement participatif, My Major Company, qui a révélé, entre autres, Joyce Jonathan et Grégoire. Caroline Goldman, 46 ans, marche dans les pas de sa mère et est devenue psychologue pour enfants. Quant à Nina Goldman, 36 ans, elle est pédiatre.

Jean-Jacques Goldman et l'argent : combien il gagne

Désormais, l'artiste s'est retiré de la vie publique et coule des jours paisibles auprès de sa petite famille à Londres. Le chanteur a même quitté la troupe des Enfoirés, et pourtant, Jean-Jacques Goldman continue à (très) bien gagner sa vie.
Selon Public, il perçoit chaque année environ 2 millions d'euros de droits d'auteur versés par la SACEM, notamment lorsque ses tubes, ou ceux qu'il a composés, sont diffusés à la radio