Jacques Villeret : "alcoolique et dangereux" selon Irina qui révèle l'horreur

Vous avez été plus de 2,4 millions à (re)découvrir Jacques Villeret dans "Un Crime au Paradis", sur France 3, hier soir. Aussi sympathique qu'il le paraissait, l'acteur était pourtant en proie à de nombreux démons. Irina Tarassov, sa première épouse, a raconté "l'enfer" qu'elle a vécu à ses côtés.

Jacques Villeret : "alcoolique et dangereux" selon Irina qui révèle l'horreur
© MATTON YANN/SIPA

C'est un duo inoubliable qui a rythmé la soirée des Français, le 2 août! Diffusé sur France 3, Un Crime au Paradis, de Jean Becker, le film dans lequel Josiane Balasko donne la réplique à Jacques Villeret est parvenu à réunir 2,4 millions de téléspectateurs en moyenne. Une fois de plus, le défunt comédien a attendri, ému et fait rire les Français.
Pourtant, derrière ce visage de facétieux bonhomme, l'acteur cachait de multiples parts sombres. Lorsqu'il découvre à l'adolescence que l'homme qui l'élève depuis des années, Raymond Villeret, second mari de sa mère Annette, n'est pas son vrai père, le comédien, dont le réel nom est Mohammed Boufroura, tente de noyer son chagrin dans la boisson. Le début d'un sinistre voyage vers les enfers...

Jacques Villeret et Irina Tarassov : une vie de couple assombrie par l'alcool

Sa première épouse Irina Tarassov raconte les démons contre lesquels Jacques Villeret bataillait au quotidien dans son livre Un jour, tout ira, sorti en 2005, peu après le décès de l'acteur. "L'alcool est un instrument pour lui. Passé un nombre de verres, il retrouve la colère qui l'encombre depuis l'enfance, se prenant pour le maître du monde, menaçant, agressif et parfois dangereux", a-t-elle expliqué à Gala
Ils se marient en décembre 1979, quelques années après leur rencontre. Peu à peu, l'actrice s'engouffre dans un quotidien qui prend des allures de véritable "enfer" au côté d'un homme qui boit, puis offre des cadeaux pour se racheter, et menace de se suicider lorsqu'elle lui annonce qu'elle compte le quitter. Lorsqu'il apprend qu'il ne peut devenir père naturellement, il sombre un peu plus dans la bouteille.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Irina Tarassov-Villeret (@irinatarassovvilleret) le

"Il n'avait jamais tort, ne s'excusait jamais"

La situation évolue de mal en pis et l'actrice se voit dans l'obligation de surveiller littéralement l'homme qu'elle aime. Irina Tarassov lui fait sa toilette quotidienne, le pousse à monter sur scène, le console lorsque celui-ci n'obtient pas de rôle dans le film de Claude Berri, Manon des Sources. Pourtant, l'acteur ne montre aucune once de reconnaissance. "Il n'avait jamais tort, ne s'excusait jamais", expliquait-elle, toujours à Gala.

Un divorce compliqué

Malgré ces années à lutter pour qu'il remonte la pente, Irina Tarassov ne parvient pas à dégager l'homme qu'elle aime du gouffre dans lequel il s'est enfoncé. À la fin des années 90, lorsqu'elle lui demande de faire un choix entre leur mariage et l'alcool, la réponse de l'acteur est sans appel. Ils divorcent en 1998 et l'actrice se retrouve alors dans une situation financière délicate. 
En 2002, Jacques Villeret redécouvre l'amour au côté de Seny, qui devient sa seconde épouse. Malheureusement, elle non plus ne parvient pas à apaiser les démons de l'acteur qui s'éteint le 28 janvier 2005 d'une hémorragie interne consécutive à une hépatite.