Camille Cottin : "J'apprécie l'idée de charmer ailleurs que par ma beauté"

Camille Cottin est de ces actrices qui respirent l'intelligence, le dynamisme et la vivacité d'esprit et dont le succès n'a pas altéré la conscience d'autrui. Fille d'un artiste-peintre et d'une mère "qui dit ce qu'elle pense", maman de Léon (7 ans) et Anna (15 mois), cette boule d'énergie ne joue pas les divas complexes et torturées, mais elle inspire des sentiments positifs. Spontanée, mais pas provoc', cette fumeuse invétérée expire ses mots sans souci ni de séduire ni de déplaire. Brisant sa réserve naturelle, elle nous livre un peu de son monde, optimiste, réjouissant coloré, à l'instar du film qu'elle défend, Cigarettes et Chocolat Chaud, une ode à la différence qui sent bon l'impertinence matinée de douce régression.

Camille Cottin : "J'apprécie l'idée de charmer ailleurs que par ma beauté"
© Marechal Aurore/ABACA

Star de Connasse, princesse des cœurs, aperçue dans Toute Première Fois et Nos Futurs, Camille Cottin, 38 ans, a crevé le petit écran avec la série Dix pour Cent, et c'est avec bonheur que nous la retrouvons au cinéma aux côtés de ce bon bougre de Gustave Kervern dans la comédie qui va réchauffer votre hiver…
Dans Cigarettes et Chocolat Chaud, Denis Patar est un papa poule farfelu bien décidé à préserver ses ouailles, Janis l'ado et la jeune Mercredi, d'une réalité cruelle qui les a privées de leur maman. Pas facile de jongler entre deux gamines surdouées, plusieurs boulots, les soucis domestiques et une ribambelle d'animaux… Décidée à recadrer ce foyer joyeusement bordélique, une inspectrice sociale oblige ce daron marginal à suivre un "stage de parentalité"…

Le Journal des Femmes : Pouvez-vous nous présenter le personnage que vous incarnez ?
Camille Cottin 
: Je suis Séverine Grellot, assistante sociale très investie dans son boulot. En 2007, des mesures drastiques ont été prises pour que, à travers les travailleurs sociaux notamment, les institutions privent d'aides financières les parents signalés par leur entourage comme défaillants et ceux dont les enfants ne fréquentaient pas l'école avec assiduité. On a voulu appliquer des principes de généralité sur l'éducation alors que chaque famille est un cas particulier et appelle une étude minutieuse pour résoudre des soucis importants. La responsabilité qui pèse sur les épaules des parents est déjà immense. C'est d'une grande sévérité de sanctionner chaque manquement de structuration ou chaque carence dans le processus d'épanouissement de sa progéniture…

Allez-vous vous orienter vers des rôles ou des opus engagés ou est-ce l'aspect l'artistique qui guide vos choix ?  
Camille Cottin
 : Ce qui m'a poussée à accepter au départ, c'est l'aspect ludique dans l'interprétation et le jeu, mais j'ai de plus en plus envie de raconter des histoires qui nous concernent tous et qui nous permettent de voir le monde à travers un nouveau prisme dont le social et le sociétal sont inextricables. Cigarettes et Chocolat Chaud est un film extrêmement personnel, mais il est tellement sincère - au plus près de ce que sa réalisatrice Sophie Reine a ressenti et perçu - qu'il en devient universel. Ma sensibilité me guide vers des compositions proches des personnes qui les conçoivent et pour qui c'est une nécessité de les écrire.

Quel est votre péché mignon ?
Camille Cottin
 : J'en ai tellement ! La cigarette et le chocolat, c'est aussi vrai que cliché.

Quel est votre talent caché ?
Camille Cottin
 : La cuisine… et il serait vraiment temps que je le découvre ! Je suis une catastrophe aux fourneaux.

En êtes-vous déjà venue aux mains avec quelqu'un ?
Camille Cottin
 : Oui, je me suis beaucoup battue pendant l'enfance et ça a continué un peu… notamment avec ma meilleure amie. Je pouvais en arriver à une violence physique avec les personnes dont j'étais très intime. Au bout d'un moment, on se connaît tellement que les mots deviennent dérisoires.

Qu'avez-vous d'extravagant au quotidien ?
Camille Cottin
 : Je ne ferme jamais ma porte d'entrée, mais je ne devrais pas le dire…

Quel était votre fantasme d'adolescente ?
Camille Cottin
 : Devenir comédienne.

Etait-ce compatible avec une scolarité sérieuse et studieuse ?
Camille Cottin
 : Je n'ai jamais aimé vraiment l'école. Je me suis résignée, il fallait en passer par là…

À quelle question n'aimez-vous pas répondre ?
Camille Cottin
 : Toutes celles qui me concernent personnellement et heurtent ma timidité. C'est difficile pour moi, j'ai une pudeur tenace. Je peux jouer le jeu de la promo, parler ciné, culture ou musique, mais me définir reste difficile.

Quel livre me conseilleriez-vous ?
Camille Cottin
 : Vernon Subutex de Virginie Despentes.

Quels sont vos bonheurs simples ?
Camille Cottin
 : Passer le dimanche matin en famille, traîner à la maison tous ensemble le plus tard possible, prendre l'apéro en terrasse avec des copains, aller à des concerts…

Quel compliment vous fait-on souvent ?
Camille Cottin
 : Ce sont plutôt les témoignages d'amour, de réussite qui me touchent. Ceux qui me donnent l'impression d'avoir apporté un peu de légèreté et de bonheur aux gens.

Qu'est-ce qui vous est indispensable ?
Camille Cottin 
: De prendre du plaisir dans ce que je fais.

Quelle situation peut vous mettre mal à l'aise ?
Camille Cottin
 : Je suis une obsessionnelle de la vérité. Je me paralyse quand je me retrouve dans une situation de mensonge, même un tout petit. J'ai vachement de mal à gérer ça.

Qu'est-ce qui a changé chez vous récemment ?
Camille Cottin
 : Je pense que je suis un peu moins nerveuse, moins angoissée pour rien…

Vous êtes quelqu'un qui a le trac ?
Camille Cottin
 : Enormément, mais ça fait un petit moment que j'ai appris à en faire un allié dans mon métier et qu'il me galvanise. En revanche, je ne peux m'empêcher de stresser…

C'est un complexe chez moi alors je m'autorise à vous le dire : en vous regardant à l'écran, je me suis dit "cette femme assume son nez, c'est chouette"…
Camille Cottin
 : J'essaye, tant qu'il reste au milieu de ma figure. Au quotidien, je m'en fiche, mon nez fort ne me dérange pas. C'est surtout à l'image que ça me gêne, quand je le vois sous tous les angles et qu'il ne me plaît jamais. Il y a eu plein de moments où j'ai voulu le refaire… Pourtant, passer par la chirurgie esthétique me pose problème : je ne suis plus toute jeune. Si je commence à trafiquer mon apparence, c'est la porte ouverte à tous les excès… Et puis, j'apprécie l'idée de ne pas être forcément un canon de beauté et de cultiver mon charme ailleurs que dans une perfection physique. Attention, c'est compliqué et je suis souvent en conflit avec mon ego !

Sans quoi ne pourriez-vous pas vivre ?
Camille Cottin 
: Sans amis et sans amour au sens large du terme. Je dis ça pour toutes les célibataires. Je ne parle pas d'une relation passionnelle, exclusive avec un homme ou une femme, mais également d'amour dans le travail, avec mes proches, dans la rue, partout... C'est nul, mais j'ai besoin de la bienveillance des autres et j'essaye en retour d'être une gentille fille.

Regardez la bande-annonce de Cigarettes et Chocolat Chaud, au cinéma le 14 décembre : 

Chargement de votre vidéo
"Cigarettes et chocolat chaud - bande-annonce"